Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

y'a plein de gens qui me disent bonjour

  • Lou-Anne

    Vendredi, comme d'hab, répét.

    Et répét importante, puisque c'était pour préparer les défilés du 13 et 14 Juillet.




    Et y'avait une gamine de 7 ans qui était à la répét, assise à ma place quand j'suis arrivée.


    Toute en blondeur, en timidité et en sourires.


    Lou-Anne.





    D'où le titre de l'article, tu l'auras bien entendu deviné par toi-même.




    Ben malgré mon désamour habituel des enfants, mon manque de patience et mon caractère de merde, en même pas une heure de temps Lou-Anne était devenue ma meilleure amie.




    J'te rappelle au passage qu'entre mes colocs et moi, ça va bientôt se finir en enterrement être la guerre, donc faut bien que j'retrouve des gens prêts à devenir mes amis quand même.






    Même que moi, la maniaque des partitions, celle là même qui a mis 9 ans à accepter que des écritures, des traits ajoutés par un prof ou par êlle même étaient très utiles pour bosser un morceau, celle qui au bout de 12 ans de musique a enfin accepté de se munir du crayon à deux mines, rouge et bleu (un jour je te ferai une photo ...), hé bien celle là a laissé Lou-Anne dessiner et écrire des phrases entières sur ses partitions. (là aussi, dès que mon APN voudra bien refonctionner, j'te ferai une photo.)

    C'est pour te dire à quel point j'ai besoin d'amis tout d'même.




    Même qu'elle est venue avec nous défiler le 13 Juillet, et que c'est vraiment ma nouvelle meilleure amie.









    Elle revient vendredi prochain.

    Et même si je l'aime bien, j'vais prévoir des feuilles vierges, parce que mes partitions sont plus importantes que n'importe quel dessin au monde.








    Sinon, la répét, c'était encore du n'importe quoi.





    En vrac, le chef qui demande à un musico s'il sera au bar' dimanche soir (saxophone baryton, c'est plus simple de dire "bar") et le musico qui rétorque " Attends Nico, depuis l'temps qu'on se connaît, tu sais bien que j'suis tout le temps au bar, si tu veux j't'offrirai une bonne bière fraîche."


    Les trompettistes qui se foutent encore des flûtes parce que paraît-il que nous n'étions pas très justes, et ma collègue de pupitre qui dit "Ben c'est ptet parce que Pauline elle joue pas très bien et qu'elle fait plein d'erreurs ?"  Et moi qui enchaîne "Ah ben non, ça peut pas être moi, je joue jamais pendant les répétitions, je fais juste semblant."



    Et ensuite, le chef, Nico, qui coupe en plein milieu de morceau, pour dire que tout le côté gauche de l'orchestre n'était pas juste, et que tout le côté droit sonnait faux.

    Heureusement, qu'y'a t-il au milieu de l'orchestre ? "Tu vois, mine de rien, heureusement que les flûtes sont là, elles sauvent le morceau parce qu'ELLES au moins elles étaient justes." (signé moi même, phrase applaudie par ma camarade saxophoniste.)




    Demain, je te raconterai l'épopée de ce 14 juillet.

    Et un autre jour, je te parlerai du mariage de mon chef d'orchestre, qui a lieu samedi prochain.




    Et aussi de son futur divorce.