Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tout disparaît autour de moi

  • Il fait bon vivre ...

    ... en Picardie.


    Si si.


    J'entends déjà
    les mauvaises langues dire que nous n'avons qu'une vache et un mouton pour toute richesse.



    Mais c'est FAUX.


    Nous avons d'autres choses particulières, certes, mais tellement enviables.




    Tu vois, par exemple, je peux te révéler en EXCLUSIVITE (Attention, SCOOP inside !) que la Picardie, ben c'est le pays où tout disparaît.

    (Oui, le pays. Passqu'en picard, ben un village ou une région, ça se dit un pays. Et tiens toi bien, bientôt j'vais te pondre des articles tout en picard. Faut bien passer l'temps, non ???)



    Je disais donc : le pays où tout disparaît.



    Ca a commencé pas plus tard que jeudi soir, 1h après mon retour triomphal dans cette région ensoleillée et caniculaire (ne rigole pas, c'était d'actualité jeudi !).



    Figure toi que j'étais à table avec mes parents et ma soeur, en train de manger (ma vie est passionnante, n'est-il pas ?), quand soudainement, en tout début de repas en plus, je me suis retrouvée seule en train de manger.

    Les gens qui étaient là avant ? Disparus.

    La vaisselle ? Disparue.

    Les victuailles ? Disparues.



    Sauf si c'était à moi.



    Mais c'est diiiiiiingue ça, non ?

    Pour un retour triomphal, on peut dire que c'est mission accomplie.



    Je te passe l'épisode de mon pic à cheveux qui était sur la table basse au RDC, et qui se retrouve sur mon étagère à l'étage, en l'espace d'une nuit.


    Je te passe également l'épisode de mes lunettes de soleil, qui sont passées du bureau de l'étage à la chaise en bois dehors.


    Tout cela est sans intérêt.



    Vendredi, pour faire plaisir à ma maman (surtout passqu'elle l'avait demandé, mais bon, ceci n'est qu'un infime détail), je me suis employée à crocher le linge sur le séchoir.

    Truc passionnant. (Papa, dépêches toi de fabriquer les piquets et le fil à linge, bordel !)



    Et je l'ai mis sur la terrasse, passqu'il faisait suuuuper beau et chaud (Quand j'te dis qu'il fait BON VIVRE en Picardie !), pour qu'il sèche plus vite.



    2h après, mon papa a fermé le volet de la baie vitrée, pour pas que le soleil il tape trop et qu'il fasse canicule aussi dans la maison.

    Je lui sors innocemment :

    "Oh, t'aurais pu rentrer le linge avant de fermer, j'vais être emmerdée pour rentrer le truc par la petite porte."




    Et là ...


    "Bah y'a pas de linge dehors."

    "Tu l'as rentré déjà ? Ooooh merci !" (On retrouve bien ici les compétences linguistiques et grammaticales particulièrement exemplaires et exceptionnelles caractérisant les étudiants en Lettres.)



    "Ben non, j'l'ai pas rentré, j'pensais que tu l'avais fait, y'a plus de linge."


    Tu te doutes bien qu'en tant que Sherlock Holmes débutante mais motivée, j'suis allée voir là où était mon papa. Et en effet, pendant qu'il descendait le volet roulant, ben on voyait rien sur la terrasse.



    Mais CATASTROPHE me suis-je exclamée !

    (Non, en vrai j'ai dit "Ben ... Comment ça se fait ?" Oui, on ne peut pas toujours avoir la classe, que veux-tu ...)

    J'suis allée sur la terrasse, et là ...

    Le séchoir était complètement renversé par terre.

    Mais même pas sur la terrasse hein, non non, carrément sur l'herbe.

    Presque sur la haie du voisin. (Heureusement, c'était du bon côté, de l'autre côté, nos voisines sont vaches. Mais des vraies vaches hein ? Qui bouffent de l'herbe, pondent des oeufs donnent du lait et tout.)

     

     



    Je ne te parle même pas des CD qui disparaissent, des clefs de voiture qui se retrouvent dans un tiroir ou dans un sac plastique, et de toutes ces choses qui jouent avec mes nerfs ...

    Par contre, encore une fois, les gens ont disparus. Je me retrouve seule avec le chien.



    Tu crois qu'ils vont rentrer un jour quand même ???