Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pluie

  • Vilaine figue ...

    Je suis une méchante.

    Une vilaine.

    J'ai promis des notes qui ne sont jamais arrivées, pour cause de feignasserie / emploi du temps de ministre / manque d'ADSL / partiels qui approchent.

    Fais ton choix là dedans, sachant que chaque proposition a influé (chacune à une échelle différente) sur ce résultat médiocre (aucune note en plus d'une semaine ...).

     

    Réjouis-toi ô lecteur, lectrice, puisque pendant cette semaine qui s'est écoulée, je ne me suis pas tournée les pouces, non non.

    J'me suis cassée les méninges à trouver quelque chose à te raconter.

    Et puis finalement, j'ai eu une ampoule qui s'est allumée au dessus de ma tête (comme dans les dessins animés -j'ai passé une semaine entière à me gaver de dessins animés tous les matins alors pardonne moi cette référence hautement culturelle) cet après midi, alors que j'étais confortablement installée dans mon TGV-Est en direction de Luxembourg (ça fait tellement longtemps que je le prend, c'est un peu comme si c'était le mien, tu comprends ?).

     

    Figure toi que j'ai été bien punie de ne pas t'avoir raconté tout plein de choses pendant mes vacances ...

    Tu seras d'accord pour affirmer qu'il m'arrive toujours des trucs presqu'invraisemblables ? Entre le portefeuille égaré en plein Paris, la séance de travail intensif à la Bibli Nationale avec la cathédrale qui sonne toutes les 15 minutes, et mes bleus quasi éternels sur différentes parties de mon corps, j'vais finir par être la femme qui a tout tenté et tout vécu avant sa mort. (à prendre au 250è degré, évidemment.)

    D'habitude, je fais mon sac 10 minutes avant de repartir, et je vérifie constamment si j'ai bien pris mon portefeuille, mes billets de train, mes clefs, mes GSM + chargeur, mes cours, etc. Mais là, j'ai préparé mon sac la veille, pour une fois, donc j'ai rien vérifié.

    J'aurais dû.

     

     

    Parce que quand je suis arrivée à la gare, après avoir acheté des billets pour le we prochain (Y'a Mille Feuilles party avec Sonia) j'ai eu un de ces sursauts où tu vois une pièce de chez toi, avec les objets qui y sont, etc.

     

    Hé ben moi, j'ai vu la cuisine de ma môman et mon pôpa.

    Avec le buffet, sur lequel j'pose le courrier le matin, et les clefs de voiture de pôpa.

     

    Sur lequel j'ai posé mes clefs de maison 4 jours auparavant.

    Et qui s'y trouvent toujours ...

     

     

    Enfin voilà, j'ai failli me retrouver à la porte de chez moi, un dimanche soir, dans un pays étranger et hostile. (ouh la menteuse !)

    Fort heureusement, y'a un agent de sécurité qui doit rester en faction 24/24. Bon, ils sont 3 à se relayer, mais le résultat est le même : y'avait quelqu'un pour m'ouvrir la porte ...

    On m'a gentiment fourni un double des clefs ce midi, et j'attends que ma môman trop géniale m'envoie mes clefs par la Poste.

     

    Avec le bol que j'ai, ils seraient bien capables de pommer mes clefs dans leur système d'envoi international, tu crois pas ?

     

     

    (P.S : Suite à une très récente découverte, qui date d'il y a une bonne demie heure, je précise également que sur mon trousseau de clefs, qui est resté donc à 500 km environ de ma serrure, se trouve également les clefs qui ouvrent mon placard de sous sol, avec ma lessive, mon assouplissant, etc. Et EVIDEMMENT, loi de Murphy [ptit con va !] oblige, j'ai renversé du ketchup bien tachant sur mon tee shirt blanc ... La galère pour frotter dans le lavabo, et enfin réussir à gratter un peu de lessive à une amie voisine [c'est une chose dont j'ai horreur, demander qqc à qqn ...])

     Et j'ai pas précisé à ma maman que les petites clefs étaient à joindre au colis pré-cité.

    Donc, pas de lessive avant deux ou trois jours. Demain, je vais etre obligée de me lever à 7h pour aller en acheter, au cas où une autre merde me tombe sur le coin du tee-shirt ...

     

     

    Enfin voilà, en ce moment dans ma laïfe, c'est que du bonheur.

  • Ces choses qui n'arrivent qu'à moi, systématiquement ...

    Y'a de ces trucs parfois, quand on te les raconte, t'as l'impression que ce sont des "fake" (ouais, la figue se met au langage geek international quoique je suis pas sûre que ce soit uniquement employé par les geeks).

    Alors tu vois, mercredi après midi, après les cours fantastiques dispensés à la fac, je suis allée me réfugier à la Bibliothèque Nationale.

    Histoire de faire ma "streber" (quand j'vous dis qu'on fait dans l'international ici ! si si, le luxemborgeois est une langue !!!) et accessoirement, mais vraiment accessoirement hein, de progresser sur ma dissert' de merde.
    J'te passe les détails (j'suis sympa non ? QUI a dit non ?????) mais toujours est-il que j'ai trouvé des trucs intéressants dans une encyclopédie.

    Me voilà donc partie faire des photocopies à l'accueil de la BN.

     

    Devine un peu QUI est arrivé pendant ce temps là et m'a tenu le crachoir pendant 10 bonnes minutes ???

     

    Allez ...

     

    Frank !!!

    Te souviens-tu de Frank ?
    Je t'en parlais déja ici.

    Bon ok, c'était très succinct. Un jour, je te ferais tout un article sur Frank, et tu comprendras pourquoi il compte autant pour moi.

    Mais Frank m'a parlé, encore et encore, alors que je l'avais eu en cours ce matin là ... Je ne me plains pas, il m'a tendu quelques perches pour ma dissert' ... J'le kiffe (L)

     

     

    Et puis jeudi, 1er mai, férié. Normal tu m'diras.

    J'suis allée chez une amie qui habite à 10 minutes à pied de chez moi. J'avais une enveloppe avec une carte de félicitations à lui remettre : une de nos camarades de classe se marie ce samedi, et donc il faut qu'elle fasse signer la carte par toute la classe. Bref, je digresse (mais pas tant que ça, tu vas voir ...)

    Il faisait super beau en début d'aprèm, après la pluie de ce jeudi matin. Le soleil me faisait de l'oeil, j'ai carrément hésité à y aller en tongs (10 minutes à pied, c'est rien du tout ...).

    Va savoir pourquoi je me suis ravisée avant de franchir ma porte ... Une intuition ptet ?

    A mi parcours, j'me suis pris une de ces saucées ...

    J'ai bien cru que mon brushing la carte n'y survivrait pas ... (j'te rassure, même si je sortais de la douche, j'avais pas fait de brushing, comme d'habitude, donc mes cheveux avaient la même allure brouillonne et sauvage que les autres jours ...)

     

    Rassure toi, elle y a survécu, et même très bien.

    Vive moi !

     

     

    (P.S : Au moment où cette note apparaîtra, je serai sur Paris, pour glander et me promener, alors prie pour moi, pour que le soleil soit au rendez-vous ... MERCI !!!)

  • Il pleut il pleut bergère

    Il faisait tout beau ce matin, c'était le grand bonheur en dedans de ma petite caboche :

     "Youpi, je peux mettre mes ballerines sans craindre d'avoir les pieds trempés, pas comme hier !"

    (Ah oui, parce qu'il faut expliquer qu'hier, j'étais trop euuuh à la bourre pour chercher des chaussettes, mettre mes converses, lacer les converses. Alors du coup, j'ai mis mes ballerines à l'arrache, et pouf je suis partie vers mon destin la fac. Sauf qu'il s'est mis à pleuvoir, toute la journée, que ce cher Davide m'a emmené manger loin, puis on a fait tout le trajet inverse pour aller à la papeterie, puis en plein centre ville, là où il y a plein de pavés glissants et tout. Tout ça à pieds. Evidemment. Donc, j'avais les pieds plus que trempés, les orteils glacés, voilà j'vais être malade.)

    Donc, j'étais toute heureuse à la vue de ce grand soleil. J'ai attendu jusqu'à la dernière minute avant de partir pour voir si le temps ne se dégradait pas.

    Pas un nuage. Donc, ballerines.

     

    Mais je suis maudiiiiiiiite des ballerines, ça peut pas être possible autrement !

    Il s'est remis à pleuvoir pendant TOUTE la journée, une fois de plus ... Et là, c'était de la vraie pluie, des grosses gouttes toutes mouillées, alors qu'hier, c'était de la pluie fine, qu'on s'en fout complètement si on se la prend dans la gueule.

    Bref, mon arrêt de bus était bourré à craquer, et par des gens qui avaient des capuches et des parapluies.
    Moi, je déteste les parapluies, je ne possède aucun parapluie, et ça me convient tout à fait. La pluie ne me dérange pas plus que ça. En plus, j'ai pas de capuche non plus.

    Je me suis donc postée à côté de l'abribus, en attendant mon bus. En me faisant tremper, en n'osant pas poser mes sacs de courses par terre, et avec mes ballerines dans les flaques.

    Et c'est à ce moment là que j'me suis rendue compte que finalement, les gestes gentils et totalement désintéressés existaient encore.

     

    Une jeune femme, de quelques années mon aînée, est venue à côté de moi avec son parapluie, et me l'a mis au dessus de la tête.

    Alors que je n'avais rien demandé, rien laissé voir, puisque la pluie, j'aime bien.

     

    Merci encore, madame.

     

    Ca et Frank (un de mes profs') qui voulait me ramener chez moi après la porte ouverte samedi après midi, les gens sont adorables ou c'est moi qui tombe sur les bons ?