Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pintade gourdasse

  • Histoire d'un couple

    Puisqu'on est dans le thème des histoires d'amour, je vais t'en raconter une.



    Une que j'ai cotôyée (je sais jamais écrire ce mot ...) de près, et que j'ai beaucoup aimée tout plein.



    Je t'en avais parlé , en deuxième partie de l'article.

    (Faudra d'ailleurs que je songe à refaire correctement mes articles d'avant, la présentation craint du peu du boudin)

     

     

    Lire la suite

  • Les garçons, c'est nul.

    Je crois qu’on l’a assez répété sur ce blog : je ne suis pas ce que l’on peut appeler une fille « féminine ».



    Entre les potes qui me sortent des compliments du genre « P’tain mais t’es pire qu’un mec tu sais ? » et ma mère-grand qui se lamente de me voir éternellement en jean-baskets, sans parler de ma mère qui rêve d’avoir une fille qui prend enfin soin de sa crinière, ben ce n’est plus à prouver.



    Et puis tu vois, un beau jour, je suis tombée sur le blog de Sonia.

    Alors non, je ne me lasserais jamais de dire à quel point j’admire cette fille, et à quel point je lui suis reconnaissante, et comment je l'aime.


    Pour de tout petits trucs en plus, des trucs tout bêtes.


    La pintade attitioude, pour commencer.
    Ménard ensuite, et ptet aussi un peu pour le gloss.



    Passque figure toi que depuis que je lis Sonia, j’essaye de me « féminiser ».
    J’y vais doucement, t’en fais pas !


    J’ai acheté quelques petites robes, toutes simples et toutes bêtes, que j’ai pas osé mettre au début, et que (modeuses en tout genre, ne lisez pas la phrase qui va suivre au risque de devoir appeler une ambulance) je mettais par dessus un jean (voilà, je vous avais prévenues, vous avez l’air fines maintenant avec votre syncope !!).

    Et puis, j’ai rencontré Dieu.
    Qui n’a pas vraiment eu besoin de me convaincre avec son beauty seminar, vu que rien que de lire les homélies de Sonia, j’étais déjà convertie. (Merci de remarquer la splendide isotopie religieuse ici présente.)



    Et puis, d’un seul coup, ces mêmes potes qui me disaient « pire qu’un vrai mec » et qui me prédisaient un avenir de vieille fille bouffée par ses chats chiens (chuis allergique aux chats), ben les voilà qui me disent « Mais arrête, t’es en train de te transformer en fille », ou autres « J’aime pas les filles qui passent des heures à se mettre des tas de crèmes et de maquillage sur la tronche, franchement, je sais pas ce qui t’arrive ».

    Et qu’ils sont tout désemparés en plus, ces pôv bêtes.



    Franchement, j’trouve que les garçons exagèrent.


    Passqu’en plus, je suis une très mauvaise élève : je ne me ménardise pas tous les jours, je me maquille toujours aussi peu qu’avant, et je mets une robe tous les trente six du mois (oui bon, tous les 27 du mois en fait).



    Bouuuuh les garçons, bouuuuuuuh.



    Mes potes sont trop nuls.



    Franchement.



    Abusé quoi.



    Sérieux.



    Sont graves.







    (J’arrête là, tu crois ???)