Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mon coloc est cool

  • D.

    D., je ne sais jamais s'il est sensible ou s'il n'est pas sensible.

     


    Mais tu vois, comme je t'avais dit y'a quelques semaines, on a franchi des stades importants tous les deux.





    On en a encore franchi un aujourd'hui.



    Le cap du "C'est dimanche aujourd'hui, on sort pas, je suis épuisée, alors je me maquille pas."



    Etant donné que j'ai la peau d'une blonde, que j'ai des cils et sourcils blonds, je peux te dire que la différence entre jours avec mascara et jours sans mascara, ben ça se voit.


    Et que j'aime pas les jours sans mascara.




    J'ai l'air malade.





    Enfin voilà.





    Maintenant, on se lance même des petits "Tu fais quoiiiiii ?" à travers tout l'appart'.

     

    Oui passque depuis quelques jours, on a retrouvé une intimité personnelle. Sa TV avec lui, mon laptop avec moi.

    Chacun chez soi et les cochons seront bien gardés.





    Et ce que je trouve cool avec lui, c'est que quand je lui dis, à 1h du mat' : "J'ai vachement mal au crâne depuis tout à l'heure" ben il me répond "Oh non, ne me dis pas qu'une migraine se prépare !"




    C'est la première fois que je rencontre un mec qui a conscience de l'emmerdement crée par une migraine.

     

     

    Et ça fait juste un peu de bien.




    (Même si j'ai quand même très mal à la tête)

    (J'vais aller dormir) (encore)



    Demain, je te poste le résumé du concert de samedi.

     

    Sauf en cas de migraine aigüe.

  • Ech sinn an Pareis*

    Voilà.



    Je suis installée à Paris, avec D.


    Rien que nous deux, en tout bien tout honneur.



    Et en plein bonheur.



    Ou presque.




    On se partage 50m2 dans le 15è, pas si loin que ça de la fuck, et près de tout.


    On a tout ce qu'il nous faut, et on est bien.




    On a prévu plein de choses, plein de visites, et la coloc se déroule on ne peut mieux.



    OK, ça ne fait qu'une semaine, mais on écoute la même musique, on a les mêmes envies au niveau concerts/visites/expos, on apprécie nos potes respectifs et on boit tous les deux autant.

     



    D'ailleurs, le week end prochain, ce sera mon Joker pour le Rallye des Pintades.


    Que j'ai hâte de faire, soit dit en passant.





    Ah, et tu sais quoi ?




    Y'a l'ADSL à Paris ....

     

     

    EDIT : Suite au commentaire désobligeant de Will, je détaille un peu plus.




    Alors, on a cours du lundi après midi au jeudi après midi.



    Le matin, c'est toujours moi qui me lève en première.

    Parce que D. ne se lève pas tant que je ne suis pas levée.


    Même si il voit bien qu'il commence à être tard, et qu'on pourrait être en retard.




    D. porte les courses.

    Et il ouvre la porte aussi accessoirement, passque figure toi que moi et les portes de sécurité, ben ça fait deux.


    J'te rappelle tout de même qu'au Lux, mon agent de sécu m'ouvrait la porte.




    D. raffole du pain français.

    Genre, il mange presque une baguette à lui tout seul au dîner.



    D. a déprimé pendant 3 ou 4 jours, passqu'on arrivait pas à brancher et à régler notre TV. Et que sans TV, il ne sait pas vivre.



    Ce qui me dépasse totalement, mais bon ...



    D. n'a pas du tout le sens de l'orientation.

    Parfois, j'me demande ce qu'il ferait sans moi.

    Ou plutôt, OU il se retrouverait sans moi.



    Nous avons franchi différentes étapes.


    Genre l'étape "J'ai oublié mes vêtements dans la chambre, je sors en serviette de la salle de bains".


    Genre l'étape "Oh, scuze moi D., j'savais pas que t'étais en train de t'habiller. Très joli le boxer, soit dit en passant. "


    Genre l'étape "Tu peux me passer ma serviette STP ?"


    Genre l'étape "J'ai envie de faire caca."





    A part ça ? 


    Nos repas sont hautement gastronomiques, comme prévu.

    On mange chez nous tous les soirs, principalement du jambon, du maïs, du pain, du fromage, du yaourt.




    Jeudi soir, on a mangé un repas chaud.




    Mais tu sais quoi ?



    C'est pas nous qu'on a cuisiné : c'est un de mes potes qu'on avait invité pour l'apéro qui a fait le dîner ....






    Ami lecteur, je te le demande officiellement : C'est quand que tu viens boire l'apéro chez moi et D. ???





    (* = Je suis à Paris)