Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

je vais tuer mes futurs colocs

  • Grrr

    ***** Flash express *****

     

     

    Nous avons des nouvelles concernant la future Auberge Parisienne.

    C'est fini. J. et moi ne serons plus jamais potes.

     

    D. l'a appelé pour lui dire que toute cette histoire nous prenait la tête et nous foutait le moral à plat. Alors J. a gracieusement décidé de nous appeler chacun notre tour pour s'expliquer sur son absence d'hier, et sur tout le reste.

     

    Quelle chance, il a commencé par moi.

     

    Figures toi qu'avant-hier soir, il a bu, et que c'est la raison pour laquelle il ne s'est pas pointé hier.

    Soit. Enfin, boire la veille d'un RDV matinal, y'a mieux comme plan.

     

    Mais passons.

     

    Moi j'ai dit ce que j'avais à dire, que j'avais pas confiance en lui, la preuve, il se pointe même pas aux RDV que LUI MÊME fixe. Idem pour les exams, on attend toujours qu'il passe un examen (ah, on m'informe dans l'oreillette que je ne suis qu'une mauvaise langue, il a passé 4 examens ce semestre) (sur douze initialement prévus).

    Bref, bref, bref.

     

    Il a dit qu'il venait toujours avec nous, ce à quoi j'ai répondu qu'il avait intérêt à s'investir un peu plus alors.

     

    "Attends, mais je m'investis quoi."

     

    MAIS BIEN SÛR !

     

    Suis-je bête à ce point ?

    Je n'avais pas compris que durant tout ce temps qu'il ne passait ni en cours, ni en partiels, il le passait à S'INVESTIR.

     

    J'suis cruche à ce point là tu crois ? (Heureusement qu'il m'a pas dit la phrase ci dessus, sinon j'crois que j'aurais pété un plomb.) (Genre j'ai pas pété un plomb de toute façon en voyant le résultat.) (Et t'as pas le droit de dire "oui")

     

    Donc, il a dit que nous étions un peu en froid en ce moment, et que c'était difficile de communiquer.

    Soit.

    Nous sommes en froid, il est vrai. Nous ne communiquons plus, certes. Sauf quand je suis bourrée et avec Flow, certes.

    Mais quand même, comme je le lui ai rappelé, j'ai quand même fait le premier pas plusieurs fois vers lui, histoire que notre coloc se passe bien, ou tout au moins, qu'elle parte d'un meilleur pied qu'il y a quelques jours encore.

     

    Et tu sais ce qu'il a répondu, avec sa voix toute mielleuse qui donne envie de gerber quand tu l'entends, cette voix réservée à se foutre ironiquement des autres ?

     

    "Oui mais moi, j'ai aucune envie de faire le premier pas vers toi en ce moment."

     

     

     

    Oui, youhuuuu j'adoooore ce mec.

    Tu crois qu'il en fallait davantage pour me faire sortir de mes gonds ? Non ? T'as bien raison.

     

    "OK, ben dans ce cas là tu te démerdes avec C. et D., moi j'en ai plus rien à foutre."
    Ca c'est moi que je l'ai dit hein ? Confonds pas ...

     

     

    Et j'ai raccroché.

     

     

    Et j'ai pas répondu quand il a rappelé.

    (déjà, là, faut se demander pourquoi j'arrive pas à faire la même chose avec *Lui* ...)

     

     

    J'ai prévenu les deux autres. Qu'il était hors de question que j'ai encore un contact avec lui. Qu'il soit là ou pas l'an prochain, ben j'm'en foutais, parce que j'lui parlerais pas.

    Paraît que ça lui va très bien comme ça, qu'il pense qu'on peut être capables de vivre à quatre comme ça.

     

     

    Moi j'dis ...

     

    Vivement Septembre.

    Là, y'en aura de la matière pour le blog ... J'me poserais pas de questions pour savoir quoi raconter, faudra carrément que j'fasse du tri si ça continue ...

     

    Fort heureusement (dit-elle avec un immense soupir de soulagement) il fait pas son Erasmus au même endroit que moi.

    Quelques heures de liberté par jour ... Hurrah.