Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

flute traversière

  • Crayon magique

    Allez, on innove on innove.

     




    Tu m'excuseras pour le bafouillage (bafouillement ?) (non, je ne suis pas étudiante en lettres) (puisque je te dis que nooooon !!!), mais j'ai du mal à parler parfois, surtout quand je suis le cours de mon inspiration ...

     

     


  • La musique adoucit les moeurs, II

    Donc je te parlais hier de ma relation "je t'aime moi non plus" avec Ben.

     

    Un homme adorable, qui a l'âge de mon père à peu de choses près. Tellement enfant dans sa tête quand je l'ai connu ...

    On va pas se mentir hein, y'a eu pas mal de clashs entre lui et moi.

     

    Paraît que jamais une élève ne lui a tenu tête comme ça, et n'avait été aussi "insolente".

    Mais 'tention, insolente dans un sens "positif".

     

    Passque quand quelque chose ne me plaisait pas, je boudais et je criais. Et accessoirement, je ne bossais pas.

    Et quand j'arrivais en cours, et que Ben ne pouvait pas me prendre à cause d'un rdv ou autre, ben je partais pendant qu'il parlait, et je claquais la porte bien fort.

    A 12 ans(Oui, j'étais une chieuse. Certaines mauvaises langues te diront que ça n'a pas changé, mais c'est faux. Si si !)

    T'imagines un peu ce que ça peut donner maintenant à 20 ans ? Bon, je suis plus subtile maintenant, je fais l'insolente intelligemment, et je m'en sors haut la main à chaque fois. Et en plus, mes profs en redemandent et communiquent avec les élèves de ma promo via MON adresse mail. "Pauline, auriez vous l'obligence de dire à untel que son examen est repoussé ?" et autres conneries du genre....

    Bref, nous digressons nous digressons.

     

    Donc, je claquais la porte au nez de Ben. 10 minutes plus tard, il m'appelait pour s'excuser du rdv en question qui l'empêchait de me prendre (en cours hein ? pas me prendre tout court) et pour faire la paix, afin qu'on se revoie la semaine d'après dans notre monde des bisounours.

     

    Et malgré tout ça, figure toi qu il me faisait suffisamment confiance pour me demander de le remplacer parfois, quand il ne pouvait pas assurer certains de ses cours. Pas à 12 ans hein, mais à 16-17 ans.

    Et ça, j'en étais super fière.

     

     

    Et je suis fière d'avoir eu cet homme comme professeur, surtout quand je me souviens du jour où un nouveau prof de trombone est arrivé. Un peu abasourdi par mes manières de rustre (entrer dans n'importe quelle salle de cours sans frapper, mettre un peu de bordel et repartir) il a demandé à Benoît si j'étais toujours comme ça.

    Réponse : "ah oui, tu sais, c'est LE phénomène de l'Ecole de Musique ..."

    Ce prof de trombone a voulu me mater, une fois. quand j'suis entrée sans frapper dans sa salle, il m'a fait ressortir et demandé de frapper PUIS d'entrer.

     

     

    Une fois dans le couloir, j'suis retournée voir Benoit ...

    Et maintenant, suite à une sombre histoire de début d'adultère dans laquelle il est impliqué (et moi aussi), c'est moi qui a maté ce prof et qui le mène par le bout de la queue du nez.