Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Devoir de mémoire

Il y a une facette de l'orchestre que j'ai toujours tue, ici ou ailleurs, parce que je ne savais pas comment exprimer mon point de vue, mon ressenti, mon obligation. Et aussi parce que je sais que je me retrouverais forcément face à des avis totalement opposés au mien, et que j'ai pas trop envie de débattre la dessus.

Avec l'orchestre, on participe à toutes les cérémonies patriotiques. Voilà.

14 juillet, 8 mai, 11 novembre, journée des déportés, libération de ville, on a même fait des célébrations de la Résistance, avec députés, conseillers généraux, blablabla.

C'est peu réjouissant, c'est même parfois chiant de se lever a 8h un jour férié pour aller jouer pendant une célébration religieuse, puis au monument aux morts, puis au cimetière militaire.

Pourtant, je le fais. Systématiquement, je fais tout ce que je peux pour être présente, pour jouer cette Marseillaise, ce God save the Queen. 

Je n'ai aucune fierté particulière a être française, j'ai tendance a me revendiquer picarde avant toute chose (oui oui, tu peux te moquer, JE TE VOIS !), mais je fais partie de ces trop nombreuses familles qui ont eu un ou plusieurs hommes sur le front, qui ont fait partie de la Résistance, qui ont été envoyés en Allemagne et en sont revenus différents, traumatisés. 
Je fais partie de ces gens qui ont des connaissances, des amis, des proches en Afghanistan ou ailleurs, et qui scrutent les actualités d'un œil inquiet, avec la frayeur de voir apparaître un jour un nom familier en une des journaux.

Alors tu vois, quand il s'agit de jouer la Marseillaise ou d'entonner le Chant des Partisans, ça me fait plaisir. Ça me remplit de fierté même. Je finis généralement par écraser une petite larme lors de la lecture des noms des "morts pour la France" ou pendant le discours de l'élu tout ému. 
J'aime qu'on me rappelle, régulièrement, que des hommes, des femmes, des gamins, ont eu le courage de se battre pour une liberté qu'on ne savoure que trop peu, qu'on oublie un peu trop facilement. 
J'aime ces cérémonies, ces façons de dire "On n'oublie pas. On ne peut pas, on ne doit pas oublier."

Alors tu vois, demain, quand mon réveil sonnera a 7:30, je vais pester, râler, avoir envie de pleurer et maudire l'orchestre. A 8:15, je filerai sous la douche, je petit-déjeunerai et a 9:30, je poserai mon cul sur une chaise glacée dans l'église pour la cérémonie religieuse, avant d'aller rejoindre les élus pour la cérémonie officielle.
Et vers 11:45-12:00, quand nous jouerons les hymnes français et anglais, je penserai a tous ces gens qui se sont battus jusqu'au bout pour leurs valeurs, leurs idéaux. Pour défendre une certaine liberté, une certaine tolérance. Parce que la France est le berceau des droits de l'homme, de la fraternité. 



A 12:05, je me demanderai avec amertume ce qu'auraient pensé ces milliers de personnes, dont les noms figurent sur tant de registres, en voyant le résultat aujourd'hui. 

Commentaires

  • Non non non la Picardie n'est pas morte ! Non non non la Picardie n'est pas morte ... !
    Plus sérieusement, merci de vous lever pour aller jouer, il est toujours primordial de se souvenir. (Et puis ça me rappelle mes rares souvenirs de fanfare municipale, c'est agréable).

  • Magnifique

  • Je sais bien que ce n'est pas vraiment le sujet de la note, mais lié défense de la liberté et la guerre en Afghanistan... En dehors de la propagande je ne vois pas vraiment ce que la présence française apporte de liberté en Afghanistan.

  • Bravo, t'as rien compris.

  • Y en faut toujours un qui pige rien :D

  • En attendant l'orchestre du Titanic qui va jouer sur le navire UMP : )

  • C est juste : juste.
    Dans tes mots et dans l émotion que tu y véhicules, pour le sens de ce que tu fais.
    Ce devoir de mémoire, est un hommage, un témoignage, un pensée.
    On nous l a trop souvent associé aux extrêmes de droite, alors qu il ne devrait n être que ce que tu en décris :
    Un devoir de mémoire plein d émotions sincère tournées vers ceux à qui il est destiné, adressé par n importe quel femme ou homme.
    Bravo, les bons mots la bonne émotion.

  • Très belle note, alors que je découvre ton blog... Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis sur l'importance du souvenir.

  • Ahaha ! je maudis également la Landwehr quand on a rdv à 6h00 du matin à la place de l'Hôtel de Ville le jour de la Fête-Dieu (le réveil à 5h00 un jour férié, la plupart des gens ne savent pas ce que c'est) ! Ou encore le jour de la Toussaint, au cimetière à 9h00, et ainsi de suite. Sans parler du 1er août, fête nationale Suisse, ou encore les fêtes de Tir en Campagne et les élections de Conseillers d'Etat.

    C'est chiant, on râle, on se lève tôt, on dors 20 minutes le nez dans son bol de Chocapics mais au final, il y a quand même une certaines fierté à amener son petit quelque chose personnel dans ces événements. ^^

  • tu n'es pas la seule à ressentir cette nostalgie... crois-moi

  • Des gens comme ca il en faut! bravo!

Les commentaires sont fermés.