Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le déjeuner

Quand l'ex-Homme s'est décidé à (enfin) déjeuner avec moi, j'ai dit oui. 

Pour des raisons bêtes, et simples a la fois.
Chez moi, la rupture doit déjà être visuelle. 

Ça sert a rien de rompre via Gtalk ou SMS, j'ai besoin de voir la personne pour me rendre compte, pour accepter que c'est fini. Alors évidemment, plus vite on se voit, mieux c'est. 
Et puis en plus, il voulait me parler, m'expliquer des trucs. 
Ben ma curiosité n'a pas été déçue. Ah ça, non.

Le mec m'explique qu'il a rompu parce qu'il avait peur de tomber amoureux, et qu'il ne pouvait pas se le permettre, et il enchaine avec un "et puis j'ai rencontré quelqu'un, je suis tombé amoureux, je l'ai pas vu venir, c'est arrivé sans prévenir."


BONJOUR LA DÉLICATESSE. 


Je sais pas encore ce qui m'a retenue, ce qui m'a empêchée de partir, tout de suite. Je crois que j'avais juste pas les couilles de le planter dans la file d'attente du resto.
Alors je suis restée.
Et le grand silence s'est installé entre nous, chacun de nous regardant ailleurs.
 
Lui me demandant de dire quelque chose... Dire quelque chose, mais quoi ? J'ai rien à dire. Je ne trouve rien à dire.
J'ai qu'une envie, lui dire à quel point je regrette de lui avoir fait confiance, d'avoir pris le risque de m'attacher à lui. A ce moment là, dans ma tête, je ne peux pas m'empêcher de le comparer à V., parce qu'au fond, ils ont agi de la même façon. 
Et moi, j'ai juste bêtement cru l'ex-Homme quand il m'a promis qu'il ne serait pas un V. bis, qu'il n'agirait pas comme ça. 


Alors plutôt que de lui dire tout ça, d'exposer ça, de m'exposer encore plus que je ne l'avais déjà fait, j'ai souri, j'ai parlé d'autre chose, de mon doigt blessé, de mes révisions, de mes bracelets. Et puis j'ai souri. Peut-être même que j'ai ri, je ne sais plus. 
Et puis j'ai dit a quel point le contexte de rupture m'avait blessée. Enfin, j'ai essayé de le dire, du mieux que j'ai pu. 
Et puis j'ai souri. Encore. 
L'espace d'un instant, je me suis crue avec un pote. 
En partant, j'ai su que c'était bon, la page était tournée. Je ne sais même pas si je lui en veux. On se reverra, ou pas, ça dépendra de lui, de moi, de tout et de rien. Laissons le hasard s'en charger.


L'après-midi fut pleine de questions, de doutes
Qu'est ce qui fait que j'accorde toujours ma confiance aux mauvaises personnes ?
Pourquoi je tombe toujours sur des mecs "limites" ? 
C'est pas un hasard, c'est un choix, probablement inconscient, j'en sais rien. 
Et tu vois, quand il m'a demandé ce que j'attendais de lui quand on était "ensemble", j'ai pas su répondre autre chose que "j'en sais rien". Et apparemment, c'est pas acceptable comme réponse, puisque d'après lui, j'ai "forcément attendu quelque chose". 


Ben non. J'attends rien, jamais. Je suis incapable de me projeter, d'imaginer, d'attendre quelque chose.
Que ce soit avec mes potes, avec mes mecs, à l'orchestre, je veux juste sourire, rire, sans me poser de questions. Profiter de l'instant présent. Toujours.


Peut-être que c'est ça mon problème, j'attends rien des gens, alors tous ces mecs, ces potes et ces amies préfèrent se barrer ailleurs, là où d'autres attendent des choses, ont besoin d'eux pour exister, pour sourire, pour vivre, pour se sentir utiles
 

 

Commentaires

  • Tu me laisses pantois

  • A quel sujet ?

  • "j'attends rien des gens" /" Je suis incapable de me projeter, d'imaginer"

    C'est fortement atypique sentiments ( et ceci est un euphemisme)

  • C'est vrai que c'est nul de rompre par SMS. Ça ne se fait pas...

  • "j'attends rien des gens" /" Je suis incapable de me projeter, d'imaginer"

    C'est fortement atypique sentiments ( et ceci est un euphemisme)

  • On est tellement pareilles...
    Pas d'attentes, pourquoi ça fait peur aux gens?

  • Ca me rappelle ma dernière rupture. Il a posé la même question, j'ai donné la même réponse. Plus d'un mois plus tard, je ne me vois toujours pas donner d'autre réponse...

  • Oh qu'elle est tristoune ta dernière phrase!
    Etre heureux dans l'instant présent, c'est déjà beaucoup, et quelque chose dont beaucoup sont incapables.... et qu'ils jalousent!

    Quand au mec! Arfff! Les mecs et les ruptures... On pourrait en faire un roman (avec 2/3 notions de base! ) L'indélicatesse étant un des principes de base ;-)

    [Bon je file lire les derniers billets je suis pas à la page!]

Les commentaires sont fermés.