Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2005-2011

 

Comme je te disais , je suis partie profiter du Sud pour quelques heures fin février, chez F.

F., mon "double", moi avec 10 ans de plus (et un accent meridonial a couper au couteau).

 

F. et moi, ça dure depuis 2005, plus ou moins intensément selon les périodes.

 

2005-2007

Elle a Toulouse, moi au Luxembourg. On est en couple chacune de notre coté, avec un mec qui ne nous convient pas, ne nous comprend pas, qu'on n'aime pas. On s'en rend compte trop tard, on picole, on rompt, on revendique nos statuts de filles bien dans leurs têtes et libres.

On a les mêmes failles, les mêmes peurs, les mêmes doutes. Le même manque de confiance en nous. La même impression qu'aucun mec ne nous aimera vraiment un jour, et qu'on ne pourra jamais se laisser suffisamment aller pour aimer quelqu'un, un jour.

Ensemble, on parcourt Paris en un week-end, on se perd au Père Lachaise, on picole et on rit, énormément.

 

2007-2008

Fin 2007, tout s'enchaine.

F. rencontre C., et part s'installer a Aix avec lui.

Elle a Aix, moi au Luxembourg, toujours. Je suis avec attention sa transformation de fille paumée en femme assumée, heureuse et amoureuse.

Heureux hasard, la sœur de C. vit au Luxembourg, a 2 rues de chez moi. Quand ils vont chez elle, au début du printemps, on se voit, évidemment. 3h de SMS futiles, ridicules, gamines que nous sommes. 3h de SMS a compter les kilomètres restant, les minutes nous séparant l'une de l'autre, et surtout, de ma rencontre avec C.

La première.

Première rencontre, et pour briser la glace, quoi de mieux qu'une bataille de boules de neige ? C. se prend ma boule en pleine figure, violemment. La ou d'autres auraient mal réagi, il rit, et on en parle encore aujourd'hui, comme une bonne blague de vieux potes.

C. est génial, ne s'impose pas, pose quelques questions, sourit, s'intéresse vraiment a ce que l'on se dit, à ce que je raconte.

 

2008-2009

Je me partage entre Paris et le Luxembourg, je vis avec Davide que je ne supporte plus au bout de quelques semaines. On est obligés de se séparer chaque week end pour éviter les tensions et engueulades pendant la semaine. Aix devient mon refuge. Toujours accueillie les bras ouverts, même par C., même quand F. n'est pas la quand j'appelle pour demander si je peux débarquer a l'improviste.

On multiplie les randos, je tombe amoureuse du Sud, comme a chaque fois que je tourisme quelque part.

 

2009-2010

F. fête ses 30 ans. C. lui organise un "week end surprise", réunissant ses amis les plus proches, m'incluant dans le lot. Un week end de plus passé a Aix.

J'arrive apres tout le monde, F. a réussi a extirper des infos a C., elle sait que je dois arriver. Et quand j'arrive, pourtant, elle fond en larmes dans mes bras. On reste longtemps comme ça, nous les filles fortes en public, les rocs insubmersibles, on pleure comme des gamines. Parce que ça fait longtemps, parce qu'on se rend compte, l'une comme l'autre, a quel point C. l'aime et a quel point il est merveilleux.

Quelques mois plus tard, C. trouve une maison près de Montpellier, et ils y emménagent. Parce que F. lui avait demandé, parce qu'elle n'aimait pas Aix et ne s'y était jamais vraiment intégrée, parce qu'elle voulait partir, parce qu'il l'aime plus que tout.

 

2011

Apres la rupture d'avec l'ex-Homme, c'est naturellement vers F. que je me tourne, avec un message simple, comme toujours : "On déjeune ensemble après demain ? J'ai besoin de prendre l'air et de voir le soleil."

Comme toujours, je suis accueillie comme l'enfant prodigue. Avec une F. aux petits soins, d'autant plus que C. est en déplacement pro a l'étranger pour plusieurs jours.

Rando, soleil, bières, fous rires.

 

 

C. et F., c'est un peu le couple qui me redonne envie, confiance. C. me montre a chaque fois que je peux espérer trouver un homme comme lui, tout en étant celle que je suis, tout comme F. l'a trouvé lui.

F., elle, me montre qu'on peut changer. Qu'en étant la fille que je suis, je peux espérer devenir la femme qu'elle est.

 

Commentaires

  • une belle histoire ! j'ai hâte que tu trouves ton C à toi !!

  • Post décalé quand sur Twitter tu te gausses des couples en pavillon de banlieue et affirmes ton refus d'avoir des enfants.

    Combien de temps avant que C et F te demandent d'être la marraine de l’aîné ?

    Le bonheur résiderait finalement dans le schéma traditionnel le plus désuet ?

  • sur ce coup je suis d'accord!

Les commentaires sont fermés.