Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ferme ta grande gueule

    Tu vois, j’ai toujours pensé que mon visage était harmonieux, limite qu’il était beau.

     

     

    Toutes ces taches de rousseur parsemées, ces yeux bleus, le tout parfaitement symétrique et teeeeellement magnifique. 

     

     

    Mais tout ça, c’était avant Benoît.

     

    Ou plutôt, c’était avant que Benoît ne me fasse complexer à mort.

     

     

     

     

    Benoît, c’est le seul mec à qui je suis fidèle, et ce, depuis ... Pfiouh.

     

     

    12 ans cette année.

     

    Et comme je suis pas une fille fidèle en général, laisse moi te dire que ces 12 ans sont assez exceptionnels.

     

     

     

     

    Bon, faut pas se leurrer hein, ces 12 ans ont été difficiles.

    Beaucoup de coups de gueule, de coups de tête, de fous rires, d’engueulades, de claquements de porte et de rancune.

     

    Pas mal d’incompréhension des deux côtés, et deux têtes dures et butées qui s’affrontent dans des combats silencieux.

     

     

    C’est le quotidien de Benoît et moi.

     

     

    Pas facile quoi.

     

     

    D’ailleurs, quand je suis partie au Luxembourg, on a fait un break tous les deux, sur ma demande.

     

     

    Break qui a duré 1 an et demi, et qui s’est terminé quand je suis revenue vers lui, la queue flûte entre les jambes.

     

     

     

     

     

    Passque oui, Benoît, c’est mon prof de flûte.

     

     

    Et j’ai l’impression qu’il se venge de ce break en me faisant complexer sur ma bouche.

     

     

     

    Ouais, figure toi qu’il n’arrête pas de parler d’elle, et pas forcément en bien.

     

     

     

     

    En même temps, tout ça, c’est pas ma faute.

     

    C’est pas la sienne non plus.

     

     

    C’est juste que j’ai quelques difficultés à jouer de la flûte (un mythe s’effondre, je ne suis pas la nouvelle Jean-Pierre Rampal, quel dommage ...) et que mon son n’est pas top tous les jours.

     

     

    C’est comme les articulations tu sais, ça dépend du temps. Ou des jours. Ou de l’humeur.

     

     

    Mais surtout de l’état des lèvres (merci le Labello en toutes saisons).

     

     

     

    Et encore plus de la bouche.

     

     

     

     

    Ben figure toi que Benoît trouve que c’est à cause de ma bouche, qu’est TROP PETITE.

     

     

     

    Alors depuis qu’il me dit ça, je ne vois plus qu’elle.

     

     

    Ma toute petite bouche, toute minuscule.

     

     

     

    Moi qu’on dit « grande gueule », j’ai une petite bouche.

     

     

     

    Plutôt ironique non ?

     

     

     

     

  • First

    Cher lectorat qui m'attend impatiemment depuis la dernière fois,

    Ne t'en fais pas, je ne t'oublie pas.

    J'ai des notes sur le feu, mais vois tu, j'ai toujours des petits soucis ici (= en Picardie) pour te poster des photos dans mes notes.

    Et comme j'écris des trucs qu'il faut des photos avec, comprends bien mon problème et mon angoisse à l'idée que tu me quittes et que tu ailles voir ailleurs si j'y suis (et j'y suis pas, tu l'as bien compris.)





    Cependant, j'ai l'immense joie de partager avec toi une très très très grande nouvelle, qui vient d'illuminer mon week end.



    Je suis enceinte.





    Nan, j'déconne.




    Le truc qui me remplit de joie, c'est qu'au jeu concours lancé par Google, ben chuis arrivée première.


    "First", d'où le titre, tu l'auras compris.
    (J'aime quand tu es perspicace lecteur de mon coeur.)




    Vas dans Google, tape : "comment faire pour farcir une pintade?", clique sur rechercher, wait and see.






    C'est chez moi que les gens tombent.




    Et là, je pense que tu es tout à fait d'accord avec moi : Noël approchant très vite, les gens reviennent aux valeurs traditionnelles, donc dinde farcie pour le repas de mercredi soir, mais comme les gens ne savent plus ce que sont les traditions, ils cuisinent un peu n'importe comment (un peu comme le Séb qui vit chez Spike) (n'allez pas dîner chez eux) (nan mais sérieusement hein ?).
    Et donc, pour être sûrs qu'ils font bien ce qu'il faut, ils cherchent les recettes sur l'ami Gogole.



    Dont il faut se méfier, nous ne le répéterons JAMAIS ASSEZ.



    Passque si tu veux vraiment farcir une pintade, au sens premier de l'expression, ben laisse moi te dire que c'est pas gagné.






    Surtout si tu restes scotché à ce blog ...






    (P.S : tu remarqueras que le gentil monsieur Google te propose de changer ta requête en "Comment GARDER une pintade ?" ce qui devrait satisfaire le club des Pintades Gourdasses ... Nan ?)




    (P.S 2 : Je ne sais pas quand tu liras cette note, mais s'il te plaît, aies une pensée pour moi en ce dimanche matin : entre 11h et 12h30, je fais un concert. En PLEIN AIR. En Picardie. Sous la pluie, le froid glacial, le vent, la neige, l'orage et les bourrasques de vent. Ah, j'avais déjà dit le vent, nan ?
    Bref. Ca va être le bordel, on va avoir froid, on ne sentira plus nos doigts, mais on est obligés d'y aller.
    Un jour, je te raconterais pourquoi on est obligés de faire tout un tas de trucs.
    En tous cas, laisse moi te dire que ça va être beau : moi et ma trachéite (c'est ma meilleure amie du moment), on va aller jouer avec plein de mouchoirs et de bouteilles d'eau, passque jouer avec la trachéite, ça fait gratter la gorge. Et l'eau, ça apaise. Et puis ma voisine de pupitre viendra jouer avec ses mouchoirs et sa fièvre, passque elle est très enrhubée. Autant dire qu'au premier rang, les flûtistes vont avoir de l'allure ...)

     

     

  • Note amorale (ou pas)

    Aujourd'hui, j'en ai marre.



    Et qu'on ne me parle pas de la déprime d'avant les fêtes, passque moi ce serait plutôt la déprime de la période des examens + la tristesse de me faire entuber comme une débutante + des mauvaises nouvelles qui tombent un peu de tous les côtés.




    Déjà, ce week end, ma famille et moi on a échappé à la mort de peu.


    Passque vendredi soir, pour aller à la répét, j'ai pris la voiture de mon père.




    Que j'ai rentrée dans le sous sol en rentrant, comme d'hab.





    Sauf que.




    Quelques heures après, mon papa est parti bosser, avec sa voiture.



    Et que en arrivant au boulot, son collègue est descendu tout courant de la tour de contrôle des trains, en lui criant de sortir.




    Passque la voiture, ben elle était en train de crâmer.




    et qu'elle a brûlée toute entière.




    Alors bon, forcément, mon papa était tout perturbé, et puis moi aussi.


    Et puis on a relativisé, ma maman a dit qu'on avait eu de la chance.




    Que si ca s'était passé dans le sous sol, ben on serait ptet tous mourus.





    Déjà, si ça s'était passé comme ça, j'sais pas comment t'aurais survécu sans moi qui écrit ici.








    Et puis tu sais que je suis restée quelques temps avec un musicien marié.


    Que c'était cool, et tout ça.


    Je sais plus si je t'ai dit, mais depuis la rupture, je suis un peu "bannie" de pleins de choses.



    Bon en fait, pas réellement bannie, mais on me fait comprendre que j'suis pas forcément la bienvenue.


    Les regards en coin, les surveillances ...




    Passque oui, je suis surveillée figure toi.


    Je ne suis pas paranoïaque, rassure toi. 



    Quand on me sort que je suis une sal*pe qui va écouter des concerts dans le seul but de draguer des hommes mariés, en me citant des noms à l'appui, des dates, et que ce "on" en question n'était jamais présente à ces dates là, permets moi de penser que je suis surveillée.


    Et permets moi également de préciser que ces prétendues dragues n'étaient que discussions totalement pures et dénuées de sous entendus.



    Et que quiconque aurait participé à ces conversations s'en serait aperçu.




    Bien, la parenthèse est fermée.





    Donc tu vois, la plupart du temps, avant d'aller écouter un concert, faut toujours que je réfléchisse.


    Est ce qu'il y a une chance pour la Femme Bafouée soit là ? Est ce que le Diable sera là ? (Le Diable, c'est la fille qui me surveille tout le temps. Celle qui a eu les doutes en premier, et tout ça.)




    Au bout de 3 ans, je pensais que tout ça serait calmé.



    Mais en fait non, puisque chaque samedi, en allant en cours de flûte, j'ai toujours un énorme noeud dans le ventre à l'idée de croiser par hasard la Femme Bafouée, qui officie dans la salle voisine de ma salle de flûte.




    Et puis, cet après midi, j'ai appris la mort d'un musicien.

    Un de ceux avec qui j'ai joué, pendant pas mal de temps.

    Dont j'ai fréquenté le fils, à l'école de musique, pendant encore plus longtemps.




    "Et l'enterrement, ça se passe quand ?"


    "Jeudi, 15:30. Mais tu sais ... J'suis pas sûre que ce soit une bonne idée que tu viennes."


    "Ah ?"


    "Oui ... Femme Bafouée sera là, et y'aura tout le monde tu sais ... Je préfère te prévenir."






    Donc voilà, en gros, je suis privée d'enterrement, pour cause de tromperie.


    Ca m'emmerde.


    Passque ça fait 3 ans putain, passque j'étais jeune, passqu'il était censé être responsable, beaucoup plus que moi en tout cas.



    Passque si y'a quelqu'un de fautif dans l'histoire, c'est pas moi.


    C'est Homme Infidèle.


    Et ptet même Femme Bafouée.





    Passque comme je disais à une autre madame, ben c'était pas à moi de repousser les avances de Homme Infidèle, c'était à lui de repousser les miennes.

    Et si Femme Bafouée avait consacré davantage de temps à son couple, ben ptet que ça serait jamais arrivé.


    Et si j'avais été pleine de confiance en moi, ça ne serait ptet pas arrivé non plus.



    Et si je ne jouais pas avec les gens, si je ne m'amusais pas à les pousser dans leurs derniers retranchements, ben ça ne serait pas arrivé.



    Et si Homme Infidèle était totalement épanoui, jamais il ne serait venu tromper sa femme pour la première fois avec moi.


    Jamais il ne l'aurait trompé tout court.









    J'ai arrêté la musique à cause de la rupture, et de tout ce qu'il y avait autour, qui devenait trop pesant et trop lourd à porter.


    Je suis partie au Luxembourg à cause de tout ça.


    J'ai souffert, malgré tout ce que je me plaisais à dire.




    "Demain, y'a mon mec du moment qui vient au concert, ça te dérange pas ?"



    "Je t'aime tu sais ... Tu peux pas savoir à quel point."

    "Ah oui ? C'est cool."




    Je suis tellement fatiguée de devoir me battre contre tout ça, de devoir affronter le regard des profs de l'école (tous au courant), de devoir surveiller chaque truc que je fais et chaque envie que j'ai.




    Je me sens mal ces derniers temps.



    Les partiels se finissent dans 2 jours.


    J'espère que ça ira mieux d'ici là.


    En attendant, je me console avec ma chope de crème de Pomme artisanale. Et putain ... Qu'est-ce que ça fait du bien !

  • Sondage

    ARTICLE EDITE (CF LA FIN)


    Demain, je te ponderai l'article sur mon week end, qui fut très chargé en émotion.

     

    En attendant, sois cool.





    VOTE pour mon sondage  dans le blogitexpress.






    Passque quand même, plus de 100 visiteurs ce we, et seulement 4 votes ?

    C'est quoi ce bordel ???





    EDIT :

    Suite à des protestations véhémentes de gens distingués, je me vois dans l'obligation d'expliciter quelque peu ce sondage qui peut te paraître un peu débile.




    Alors si tu suis un ptit peu mon actualité estudantine, tu sais que je finis ma Licence en juin. 

    (On va dire Licence, ne chipotons pas, j'ai pas envie de tout réexpliquer aux nouveaux venus)




    Et figure toi que l'année prochaine, je sais pas quoi faire.


    Et donc, j'HESITE.




    Et les hésitations, c'est le MÂLE MAL.




    Donc j'hésite à :

    - aller en Angleterre/Irlande/Ecosse en tant qu'assistante de langue dans un lycée là bas.
    En plus, comme j'ai rencontré des Anglais à Paris qui étaient en Erasmus avec moi, ben on a dit que si j'y allais, on allait se revoir et tout ça tout ça.


    - reviendre à Paris pour faire l'Ecole du Louvre, et pis après enchaîner avec l'Institut du Patrimoine.


    - aller à Aix en Provence pour faire un master de journalisme.
    Même si le journalisme c'est BOUCHE. Passque mine de rien, mes potes journalistes fraîchement sortis de leurs écoles/masters, ben ils ont du boulot. Y'a qu'à voir T-l'ex comment qu'il est débordé hein ?
    Alors je vois pas d'où que c'est bouché franchement. 




    Et puis, tout à fait entre nous, il est tout à fait HORS DE QUESTION que je fasse un Master de Lettres.

    3 ans de tortures, ça suffit.



    C'est comme l'IUFM, c'est tout simplement pas possible.


    Moi prof ? 


    Nan mais JE pèterai un câble, les élèves aussi, quant au rectorat, n'en parlons pas, j'crois qu'ils feraient tout pour m'assassiner.




    Alors tu avoueras que le choix est limité, du coup.



    Mais que 3 propositions, ben c'est déjà PAS MAL.





    Maintenant que tu sais tout, BE NICE : ANSWER.




    Actuellement : 
     

    - 7 votes pour l'Angleterre


    - 3 votes pour Paris


    - 3 votes pour Aix





    (Je te prie de noter que si tu as toutefois autre chose à me proposer, genre un super stage avec toi, ou un assistanat de toi, ou des trucs du genre, qui pourraient coller avec mon Bachelor en Cultures Européennes mention Lettres Françaises, ben te prives pas : fais moi tes propositions : lieu, durée, rémunération, environnement, contenu, tâches à effectuer, etc.)

     

  • Découvertes / Restes

    Tu sais ce qui est logique ?


    C'est que quand t'es amoureux, ben tu fais plein de conneuries découvertes.



    Des trucs que l'autre apprécie, écoute, regarde, idolâtre, déteste, plagie, et j'en passe.





    En général, ce genre de choses te reste.

    En tout cas, c'est comme ça chez moi.



    Autant au début, ça peut sembler casse gueule de se souvenir de tous ces trucs, autant après, ça peut être bien.



    Ou pas.





    Chez moi, TF1 sera toujours relié à T-l'ex.

    C'est con hein ? Enfin tu m'diras, pour ce que j'regarde la télé ... 2 heures par semaine, et encore. 

    C'est raisonnable.




    Le reste ?


    J'te fais une liste, vite fait, sans explications. 

    Passque j'ai pas envie ce soir.


    Et j'ai pas non plus envie de faire une note rigolote.


    On fera ça demain, si t'es d'accord.

     





    Les tags de l'histoire de lui et de moi :


    Wax Tailor, Scrubs, Djivan Gasparyan, Arménie, génocide arménien, histoire, journalisme, volley-ball, football, Asnières, ligne 13.

    Bazbaz, mojitos, "Je vais bien ne t'en fais pas", Strasbourg, "Le seigneur des Anneaux", litchis, barbe de trois jours, Notre-Dame.

    TGV-Est, Châtelet, "Paris", Romain Duris, Starbucks, Paul.




    Et puis la douceur de ses mains.


    Et ce creux, là, dans le cou ...






    J'en oublie certainement.



    Mais cette chanson, ça me fera toujours penser à lui.

    Parce que ça résume tout le début.

    Toutes mes craintes, toutes mes excuses pour ne pas craquer, ne pas lui céder.


    Parce que plus je l'écoutais, plus je me demandais si j'arriverai à recoller tous mes morceaux.

    S'il attendrait.



    Il a été patient.

    M'a aidé à les recoller.






    Pour tout briser à nouveau par la suite.


    En beaucoup plus de morceaux.

  • "4 consonnes et 3 voyelles, c'est le prénom de Raphaël ..."

    Aujourd'hui, je suis désolée de copiter un peu le blog d'Alexiane et de Spike, mais on va causer un peu de musique de merde. 

    (On va dire que les grands esprits se rencontrent ?)



    N'aies quand même pas peur, malgré ce que peut faire croire le titre, on va pas parler de Madame, femme du président, passque tu sais bien que le président il a des espions sur le Net.

    Et que si j'vais en prison, ben qui c'est qui va écrire à ma place hein ?




    Y'en a qui sont allés voir Jean-Luc Lahaye samedi, moi chuis allée voir Raphaël hier soir.


    Avec un Lui que j'aime beaucoup tout plein.

    Qui m'a invité, très gentiment ...




    Et là, je vais casser un peu le truc : j'aime bien Raphaël.



    Sinon j'y serai pas allée, nous sommes d'accord.



    Mais.



    Passque oui, y'a forcément un MAIS.




    J'aime bien le Raphaël de l'album "Caravane".

    Celui qui te susurre à l'oreille des chansons qui donnent envie de se pendre.


    Ben oui, j'avoue, j'aime.




    Le Raphaël du dernier album, j'aime pas.


    J'accroche pas.




    Et Lui m'a dit la même chose.



    Ca commence déjà bien : on aime pas son dernier album.






    Devant le Zénith de Rouen (ouais, en plus faut aller en province, t'imagines un peu ?!), Lui me dit que les billets du concert se sont arrachés en une journée.


    Et ajoute : "Franchement, je comprends pas qu'il ait autant de succès."



    Là, tu m'excuseras, mais il a fallu que j'éclate de rire.





    Pendant une fraction de seconde, je me suis demandé ce qu'on foutait là.




    Et puis on y est allés.


    J'ai bien envie de te dire que nous avons pris notre courage à deux mains avant d'entrer dans le Zénith, mais en fait non.

    Ca nous faisait plaisir.



    Et dans le Zénith, y'avait plein de places vides.

    Alors Lui me dit qu'il comprend pas que ce soit aussi vide que ça, alors que tout s'est arraché en une journée. (cf au dessus)


    Là, j'ai sorti la phrase de la soirée (ouais, j'suis la meilleure normal) : "Ptet que les gens ont rendu leurs places après avoir entendu son album."






    Et puis tu vois, quand le concert a commencé, j'ai eu une grosse pensée pour Marika : on a eu Zaza Fournier en première partie.




    Chuis presque tentée de te dire que ça a été la meilleure partie du concert.



    Mais non.



    Même si c'est vrai, faut pas le dire.






    Passque la suite était vraiment très drôle, et m'a presque réconciliée avec Raphaël.




    Si tu suis bien l'actualité, tu sais que Miqueline a pris des mushrooms à Amsterdam, et tu sais aussi que les fans de Jean-Luc Lahaye ont pris des cactus magiques.



    Je t'arrête de suite : je n'ai pris aucune substance magique avant d'aller au concert.



    Moi non.



    Ce qui n'était pas le cas de tout le monde.





    Mais qui donc ?




    Ben Raphaël pardi !




    Alors je sais pas si c'était des mushrooms, des cactus ou de la vodka, mais il était bien allumé tu sais.




    A la troisième chanson, je me suis dit que c'était pas possible, que j'étais en train de rêver.




    Mais en fait non, c'était la réalité.




    A la cinquième chanson, je me suis demandé si c'était bien Raphaël qu'on était venus voir.



    Ben oui. 

    Le physique et les paroles ne mentaient pas.



    Passque tu vois, les jeux de mots, les blagues, ça passe encore.

     

    Mais Raphaël qui s'allonge sur scène, qui se jette à genoux avec sa guitare acoustique, qui saute sur place, bref qui se transforme presque en Kurt Cobain, ben c'est pas Raphaël.



    C'est ridicule.



    A la limite du pathétique même.





    J'ai eu pitié de lui pendant un long moment, je t'avoue.



    Et puis je me suis dit qu'il valait mieux en rire qu'en pleurer.




    Surtout qu'il avait l'air de s'éclater.


    C'était cool pour lui tu m'diras.

    Il nous a même sorti que "Le concert dure 3h47. On vous avait pas prévenus ?"

    C'était presque ça : 2h.



    Limite il m'a donné envie d'aller le voir à son prochain concert.

    Pour voir s'il sera encore dans le même état.




    Et puis aussi passque j'trouve qu'il est mignon comme tout.


    Et puis passqu'il a dit "Ne partons pas fâchééééés, ça n'en vaut pas la peiiiiine".






    Alors chuis pas fâchée. 

    (Mais un peu déçue) (Et j'ai même pas honte, passque ça m'a fait du bien de voir Lui.)

     

     

    EDIT de 18:00

    Je sais pas comment j'ai pu oublier cette phrase trop choupitrognonne de Lui, prononcée hier soir : "Tu vois, là je pense pas au moment présent, je pense au moment où tu partiras."



    Qu'esse tu veux que j'réponde à ça ?

    J'ai fait l'air de celle qui était vexée, jusqu'à ce qu'il s'excuse, soit tout gêné et s'emmêle dans ses explications pour me dire que ce qu'il voulait dire, c'est qu'il était incapable de profiter de ma présence, qu'il pensait juste au désespoir qui allait l'étreindre quand je partirai.



    Mouais.


    Je sais pas trop si je dois le croire ou pas ...

  • Mémoires

    Mémoire de BCE 3e année

    Réunion du 28.11.08

    Répartition des étudiants par directeur de recherche

     

    Prof de linguistique n°1 (et accessoirement directrice d'études)

    D.V.P, M : La figure de l’« anti-héros » : une approche stylistique de L’Éducation sentimentale de Gustave Flaubert

    G, S : Langue et identité chez J.P

    P, T : Le statut du français au Luxembourg

     

     

    Prof de linguistique n°2 (et accessoirement nouvelle venue, remplaçante de l'ancien directeur d'études parti en retraite)

    D.S.C, J. : Les Confessions, de J.-J. Rousseau

    F, V : L’Amant de M. Duras

    F, M Bel-Ami et Une Vie de Maupassant

    P, S Correspondance G. Sand

    R, A L’Histoire d’une Grecque moderne de l’abbé Prévost

    (NdlB : tous ces gens font des analyses STYLISTIQUES des romans cités.)

     

    Prof de littérature moderne (accessoirement, Frank, accessoirement, l'homme de ma vie)

    H, C : La mise en question du roman policier chez T. Forgiarini (ca c'est celle qui devait être ma deuxième coloc)

    R, Pau : La musique et les musiciens chez G. Sand romancière (c'est moi, donc je suis en rouge !)

    S, D : Les dandies chez Balzac (ca, c'est mon coloc !)

     

     

    Assistante de Frank, qui prépare son doctorat, et qui encadre des élèves quand même.

    G, S : Le roman policier comme roman contemporain

    V, P. : La littérature du deuil : la mort d’un enfant







    J'ai reçu ça par mail ce week end.


    Maintenant, je te propose de voter pour le sujet le plus pourri mieux.


    (Soit dit en passant, le sujet "le français au Luxembourg", j'aurai aimé faire un truc dans le même genre, sur la disparition des langues et tout ça. Mais j'savais pas qu'on pouvait ...)
  • Brussel*

    Donc, comme je te disais, Flow m'a proposé de l'accompagner à Bruxelles.


    Et comme j'adore les imprévus, les coups de tête, les voyages ET les marchés de Noël, tu te doutes bien que je n'ai pu qu'accepter.




    Vendredi soir, même pas peur de la route du lendemain, on va picoler prendre l'apéro dans un nouveau bar.


    Et puis vers 21h, on se dit "Heeeey mais y'a la STAR AC' à TF1, on rentre regarder ?????"



    Ami lecteur, chère lecteuse, pardonne moi de te dire ça, mais quand Flow et moi sommes réunies, nous perdons subitement l'usage de nos neurones, et devenons pires que des bêtes. 



    C'est ainsi que le demi neurone de Flow me souffla délicatement à l'oreille, lorsque nous nous affalâmes devant Nikos et Britney (ouais, affalâmes, chuis désolée, y'a pas d'autres mots !)


    "J'ai fait des courses pour faire la cuisine"


    "Oh coooooool on va essayer de faire brûler l'appartement de tes parents de réussir alors ! Tu veux faire quoi ?"



    "Un gratin dauphinois !!!"




    Bon, OK.



    Rappelons au passage que je cuisine très peu, que Flow cuisine autant que moi, et qu'à nous deux, ben on pourrait difficilement organiser un dîner qui soit autre que barbecue.



    Bref bref bref.



    Je te passe l'épisode du gratin, sinon certains vont dire que ma note est trop longue.


    Saches juste que notre gratin était mangeable, même si on avait pas les bons ingrédients.





    Le samedi matin midi, je me suis réveillée. Seule dans l'appartement.


    Et même si je me sens comme une princesse dedans (rapport au lit immense peut être, ou alors au jacuzzi dans la salle de bains, va savoir ...) ben j'me suis sentie abandonnée. J'ai eu peur qu'elle soit partie sans moi, en Belgique. 




    Nan j'déconne.

    Jamais elle m'abandonnerait.




    Toujours est-il que nous avons pris la route à 15:00. 


    Pour aller à Bruxelles.


    Même pas peur d'arriver super tard.




    Sur la route, y'avait de la neige.


    Alors oui, tu as droit à un dialogue en Flow et moi.

    Et OUI, à la fin c'est bien moi qui a dit "Hé mais on a plus Nostalgie au fait !"

    Passque oui, on a écouté Nostalgie pendant toute la première partie de la route ...





    Quand on est arrivées, on a presque tout de suite trouvé la route dans Brussel.

    Et on a pris le métro.

    Et quand on est sorties du métro, on était DEJA dans le marché de Noël !!



    J'peux te dire qu'on s'est bien amusées.

     



    Suite aux reproches de Vinsh sur la longueur de mes notes, je me tais et je laisse juste regarder mes photos.

    Et je te prie de ne faire AUCUNE REFLEXION sur le fait que je suis une bien piètre photographe, c'est le mode "photo de nuit" qui déconne sur mon APN. 


    Ou alors je sais pas l'utiliser. Va savoir.

     

    100_1680.JPG

     

     

    100_1681.JPG

     

     

     

    100_1685.JPG



    100_1691.JPG

     

     

     

    100_1686.JPG

     

     

     

     

    100_1698.JPG

     

    100_1694.JPG

     

    100_1690.JPG



    Et la plus magnifique de toutes :

     

    100_1693.JPG

     



    Oui, je sais, ne dis rien.

     

    Je devrais TROP être photographe quand je serai plus grande. (C'est une idée que je creuse sérieusement ...)

     

     

     

     

     

     

  • EXCLU ... EXCLU ... EXCLU ...

    En exclu, et passque chuis un peu débordée à ne rien faire (oui bon, ça vaaaaa hein ...), j'te poste juste une photo de mes compatriotes luxembourgeois en Erasmus avec moi, C. et D.

     

    D. étant mon coloc, si tu te rappelles bien.




    D. étant mon coloc que je me demande parfois s'il est sensible ou pas.






    A gauche, C.

    A droite, D.

     

     

    100_1596.JPG



    Tu peux dire tout ce que tu veux.

    Que C. est trop nulle passque son pull sort de 3 metres de la manche de sa veste, que son foulard est pas beau, que celui de D. non plus (c'est presque le même, même si on le voit pas), que D. met des pulls à capuche, bouuuuh, etc etc.





    Demain, si j'ai le temps, je te raconte Bruxelles.

     

  • Nouvelle rubrique


    Après tout, mon Uni.LoL mérite bien une catégorie à elle toute seule.



    Y'a quelques temps, j'ai reçu une lettre de mon Uni.LoL.

    Toute contente j'étais : ENFIN je recevais mon relevé de notes du semestre d'été 2008. 

     


    Rappelle toi, à la mi-septembre, je te parlais déjà de cet épineux problème.



    Donc, début novembre, à la réception de la lettre, trop heureuse j'étais, tu peux bien imaginer ça.






    Mais que nenni.


    Les meilleures choses se faisant toujours attendre longtemps, très longtemps, je peux te dire que mon relevé de notes va être assez incroyable, avec une moyenne de 45,25 / 20.

    Bien sûr que c'est possible. 



    Attends, chuis à Uni.LoL quand même, tu crois quoi ?!




    'Fin bref, j'ai reçu ça début novembre :

     

    100_1660.JPG

     

    100_1656.JPG




    Et comme chuis un peu naze en informatique toussa toussa, ben j'peux pas te mettre la suite, mais j'peux te dire que c'était signé Frank, Marion, Sylvie, Gian-Maria, Tonia et Jeanne.



    3 professeurs, 3 assistants doctorants/chercheurs/collaborateurs scientifiques (rayez la mention inutile).





    Donc, vendredi, je suis allée au Luxembourg.

     

    Pour la réunion de 14:30.




    J'ai pris le TGV avec D. (ben voui, réunion collective donc lui aussi il devait viendre !)

     

    Et je l'ai laissé pour aller déjeuner avec ma pote Flow (que si tu te rappelles, en juin je t'ai posté des photos d'elle et moi.)





    Apéro, déjeuner, dessert, et il est déjà l'heure de prendre mon train régional pour rejoindre Walfer (le nom de la ville d'où qu'il y a mon campus, si t'as bien tout suivi sur les photos).


    Et puis au moment d'où que j'allais partir, le patron du restau arrive pour dire bonjour à Flow (cette fille connait tout le monde tout partout : elle m'épatera toujours).

    Et il nous blablate, et il nous offre un digestif.




    Tu m'connais, j'suis alcoolique timide, alors j'ai pas pu refuser osé dire non.



    Un verre de liqueurculsec plus tard, me voilà partie en speed pour prendre le train, laissant Flow au resto, avec son verre de liqueur et la note à régler.

    Nan mais c'est elle qu'a voulu m'inviter. 

    Va pas croire des choses hein ?




    J'ai un peu stressée, rapport à que si j'avais pas mon train, ben j'serai pas à la réunion à l'heure, et que je risquais de me faire taper sur les doigts.

    Passqu'on a une nouvelle directrice d'études, et qu'elle est vilaine. Et stricte.



    D'ailleurs personne il a voulu faire son mémoire avec elle, alors elle a quémandé des élèves aux deux autres profs.


    Sacrée Marion ...





    Bref, revenons à nos moutons.




    J'ai quand même réussi à avoir mon train, et j'ai même eu ma correspondance pour Walfer.


    Et si tu veux, Walfer, c'est le deuxième arrêt après Luxembourg-ville.




    Et comme j'avais dormi que 3h cette nuit là (je sais, j'accumule le retard de sommeil ...) ben je comatais un peu beaucoup dans le train.





    Et je regardais par la fenêtre.



    Et c'était beau.





    J'ai vu la vallée, pleine d'arbres.


    J'ai vu des champs.


    Oh, une vache.




    Ouaaaah un arbre !



    Ah tiens, la fac. Ca faisait longtemps ...





    LA FAC ?!

     

    Mais pourquoi que le train il s'arrête pas ?

    Mais qu'est-ce qui se passe ?

    Mais qu'est-ce que je vais faire, il est déjà 14:28, j'étais censée être pile à l'heure !



    "Prochain arrêt : Mersch."



    A 10 km de Walfer.

     

    Prochain train en direction de Walfer : 14:49.



    Ok. Chuis dans la merde.



    Arrivée prévue à Walfer : 15:03.



    Ok. Chuis VRAIMENT dans la merde.



    Crédit disponible sur mon GSM pour prévenir D. que je ne suis pas morte/perdue/bourrée dans un coin : 0.06€.


    A raison de 0.15€ pour envoyer un sms, chuis grave dans la merde.






    Et en plus, il fait froid.

     

    A 15:13, j'entre dans la salle de réunion.


    Où que tout le monde il est assis en cercle autour d'une table, comme Arthur et ses abrutis de compagnons dans Kaamelott.


    Ben en l'occurence, mon Arthur à moi, il était en train d'expliquer comment qu'on fait un mémoire.



    Et alors que je tente d'être le plus discrète possible (bien que repérée par les 19 personnes présentes dans la salle, en même temps, avec une table ronde, c'est pas simple d'être inaperçue !), mon Arthur à moi (= Frank), il me dit, bien distinctement : "Bonjour !"


    Je réponds, poliment avec un grand sourire.


    Et le voilà qui me demande si j'ai une chaise pour m'installer, que sinon on va aller m'en chercher une, et toussa toussa.





    J't'ai déjà dit que Frank est l'homme de ma vie ?

     


    En plus, c'est mon tuteur pour mon mémoire.




    T'en fais pas, j'te prépare une note sur mon mémoire.


    Passque c'est assez comique cette histoire en fait.





    Enfin voilà.


    Après tout ça, mon excursion à Walfer était finite.




    Il était l'heure que je retourne au bureau de Flow, passque je dormais chez elle le soir.

    Et puis j'ai voulu checker mon compte bancaire luxo.


    J'savais pu si j'devais payer des mensualités pour la CB, tu sais ?


    Donc j'voulais regarder si c'était le cas, et si oui, si j'avais encore assez dessus pour payer les mensualités jusque février.





    Ben en fait, faut croire que nan.



    Passque le monsieur, ben il a avalé ma CB.

     

    Mais bon, j'ai quand même réussi à rejoindre Flow.



    Et là, c'était la question qui tue : 


    "Tu repars à quelle heure demain ?"
     

    "Ben normalement à 14:00, mais j'peux partir avant si tu veux."


    "J'avais envie d'aller à Bruxelles demain en fait ..."


    "Ah ok, ben pas de souci, je repars demain matin alors !"


    "Ou alors ... Tu viens avec moi ? Enfin si tu veux seulement ..."


    "Youhuuuuu"

     



    Maintenant si tu veux bien, je vais au cinéma avec la Fée Marika
    .

    On va voir "Mesrine, l'ennemi public n°1".

     


    Alors je te narrerai le périple belge demain ...