Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ferme ta grande gueule

Tu vois, j’ai toujours pensé que mon visage était harmonieux, limite qu’il était beau.

 

 

Toutes ces taches de rousseur parsemées, ces yeux bleus, le tout parfaitement symétrique et teeeeellement magnifique. 

 

 

Mais tout ça, c’était avant Benoît.

 

Ou plutôt, c’était avant que Benoît ne me fasse complexer à mort.

 

 

 

 

Benoît, c’est le seul mec à qui je suis fidèle, et ce, depuis ... Pfiouh.

 

 

12 ans cette année.

 

Et comme je suis pas une fille fidèle en général, laisse moi te dire que ces 12 ans sont assez exceptionnels.

 

 

 

 

Bon, faut pas se leurrer hein, ces 12 ans ont été difficiles.

Beaucoup de coups de gueule, de coups de tête, de fous rires, d’engueulades, de claquements de porte et de rancune.

 

Pas mal d’incompréhension des deux côtés, et deux têtes dures et butées qui s’affrontent dans des combats silencieux.

 

 

C’est le quotidien de Benoît et moi.

 

 

Pas facile quoi.

 

 

D’ailleurs, quand je suis partie au Luxembourg, on a fait un break tous les deux, sur ma demande.

 

 

Break qui a duré 1 an et demi, et qui s’est terminé quand je suis revenue vers lui, la queue flûte entre les jambes.

 

 

 

 

 

Passque oui, Benoît, c’est mon prof de flûte.

 

 

Et j’ai l’impression qu’il se venge de ce break en me faisant complexer sur ma bouche.

 

 

 

Ouais, figure toi qu’il n’arrête pas de parler d’elle, et pas forcément en bien.

 

 

 

 

En même temps, tout ça, c’est pas ma faute.

 

C’est pas la sienne non plus.

 

 

C’est juste que j’ai quelques difficultés à jouer de la flûte (un mythe s’effondre, je ne suis pas la nouvelle Jean-Pierre Rampal, quel dommage ...) et que mon son n’est pas top tous les jours.

 

 

C’est comme les articulations tu sais, ça dépend du temps. Ou des jours. Ou de l’humeur.

 

 

Mais surtout de l’état des lèvres (merci le Labello en toutes saisons).

 

 

 

Et encore plus de la bouche.

 

 

 

 

Ben figure toi que Benoît trouve que c’est à cause de ma bouche, qu’est TROP PETITE.

 

 

 

Alors depuis qu’il me dit ça, je ne vois plus qu’elle.

 

 

Ma toute petite bouche, toute minuscule.

 

 

 

Moi qu’on dit « grande gueule », j’ai une petite bouche.

 

 

 

Plutôt ironique non ?

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.