Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Oh là là

    Ca devient grave.




    Les Feux de l'amour et les veaux me feraient presque oublier mon blog, te dis tu ?




    Que tu crois !




    J'avais écrit tout bien ma note sur les Vieilles Charrues vendredi, et j'ai voulu la publier : "Internet Explorer ne peut afficher cette page."






    J'ai dit "Zut."




    Non, en vrai j'étais vraiment pas contente.


    Et totalement démotivée pour réecrire tout, et ensuite j'ai été débordée par la préparation de la fête surprise pour mes parents, ce week end, c'était la fête justement, et hier j'avais la migraine, et aujourd'hui ...





    J'ai pas d'excuses, à part que je suis plongée dans l'autobiographie de Simone de Beauvoir, et que j'aime beaucoup.



    Tellement que je trimballe mon livre partout depuis dimanche.




    Et que va falloir que j'achète la suite, sinon j'sais pas ce que je vais faire ...






    On me suggère d'alimenter ce blog plutôt que de me lancer dans des achats qui réjouiraient mon libraire, et qui me tiendraient éloignée du monge blogesque.



    Soit.



    Mais demain, je vais ptet à Paris, et jeudi aussi.

    Et lundi, je pars à Rouen pour une durée indéterminée.




    Donc soit que je vous prépare des z'articles qui s'affhicheront au fur et à mesure, soit vous attendez que ma vie redevienne calme.




    Bon, pour vous éviter ce choix cornélien, je vous préparerai des notes.


    Passque vous l'valez bien ...

  • J'ai un coeur grand comme ça ...

    Voilà.



    Aujourd'hui est le jour où je vais te montrer à quel point je t'aime, lecteur, lecteuse.


    Passque j'ai un coeur groooos et graaand comme ça.




    Schrei! Bis du du selbst bist
    Schrei! Und wenn es das Letzte ist
    Schrei! Auch wenn es weh tut
    Schrei so laut du kannst!



    Tu auras bien entendu reconnu mon groupe préféré, avec le chanteur dont je suis trop folle amoureuse.

    Même que je veux la même coiffure que lui.




    Une mauvaise langue me souffle à l'oreille qu'on ne sait pas encore si le chanteur est un chanteur ou une chanteuse.






    Et sinon, le chiffre du jour est : 4.




    Y'a 4 veaux dans le champ en face de ma maison.

    Petite journée.




    C'est vraiment un coup du sort que LE JOUR PRECIS OU JE VEUX COMPTER LES VACHES, elles s'en vont.



    Enfin bref.







    Tu seras également ravi de savoir que la voiture est réparée, et que maintenant la voiture est silencieuse.


    Même que j'suis restée 1h chez mon pote garagiste, à papoter avec lui, sa femme et ses enfants.



    Et que j'suis rentrée à 19h10 chez moi.



    J'te rappelle au passage que j'avais concert hier soir.





    Mais comme j'ai préféré aller aux VIEILLES CHARRUES plutôt qu'au mariage de mon chef, ben je savais pas à quelle heure on avait rdv.



    En rentrant de chez mon garagiste (Fred), ben j'ai appelé quelqu'un pour avoir l'heure de rendez-vous.



    On m'a répondu "19h30 sur la place."





    Etant donné que j'ai 10 bonnes minutes de route jusque là bas, que j'ai téléphoné à 19h15, que je n'étais pas prête, que je n'avais pas mangé, et qu'il y avait du monde pour l'apéro à la maison, quel est l'âge du capitaine ?



    Même pas de panique.

    Ca, c'est dû à la quantité de Nesquik que j'ai mangé quand j'étais petite.




    J'crois que j'ai jamais été aussi rapide à faire la route. J'ai eu le temps de me changer, de me maquiller, de manger quelque chose, et j'suis arrivée là bas à 19h37.






    Y'a des jours où je me trouve fantastique.









    (Note que j'ai une grande culture au niveau de la pub ... Si toi aussi, tu comprendras les références de l'article, et des tags.)



    Demain, j'te parlerai des VIEILLES CHARRUES.

    Passque j'abuse, une semaine de passée, et j'ai toujours rien dit.

  • Blablabla

    Bah j'ai toujours pas envie d'écrire.



    J'suis toujours aussi fatiguée qu'hier, voire même plus.

    J'ai pas dormi mes 10h de sommeil nécessaires, donc plains moi lecteur, lecteuse.




    J'attends un des conseillers municipaux, qui doit venir chercher la voiture à la maison.

    Il est garagiste.



    Oui, passqu'il paraît que j'ai cassé la voiture.


    Y'a plus de silencieux.



    EVIDEMMENT, le silencieux se pète LA PREMIERE FOIS que je conduis la voiture.

    Et seule en plus.




    Et il arrive pas. (le conseiller-garagiste).

    Ce qui a le don d'énerver mes parents, mais pas moi.



    Passque moi j'suis zen en toutes circonstances.



    Le principal, c'est que j'aie la voiture pour aller au concert ce soir à 20h00.

    Sinon j'suis dans le caca.






    A part ça ? Pas grand chose.



    J'ai retrouvé 4 paires de chaussures dans un carton, me demande pas ce qu'elles foutaient là bas, j'en sais rien.


    Je réfléchis sur le changement des catégories.

    (Nan, en fait je joue à la Bonne Paye avec ma soeur, et le pire, c'est que ça m'éclate. Je regarde aussi des feuilletons débiles à la TV, et si rien ne change, j'pense que demain j'pourrai écouter Tokio Hotel en chantant les paroles / suivre avec attention Les Feux de l'Amour / compter le nombre de vaches qui habitent à côté de ma maison.)




    Ou alors j'vais essayer de bouger mes neurones pour vous écrire une note digne de ce nom.










    Mais c'est pas gagné ...

  • Pas de note

    Voilà, y'a pas de note.




    Pas le temps là tout de suite maintenant, pas l'envie non plus.



     

    Mais j'ai une grande nouvelle à t'annoncer !!!




    J'arrête ce blog.



    Mon chef s'est bel et bien marié, samedi.



    Jusqu'au bout j'aurais espéré un revirement de situation, un "NON", un truc comme ça.








    Bah va falloir attendre.



    J'suis triste.






    Et déçue.

     

    Retour des notes demain, j'te raconterai succintement mon périple breton, les Vieilles Charrues, et aussi la soirée surprise que j'ai orchestrée (avec ma soeur, mais elle m'a pas beaucoup aidée) pour les 20 ans de mariage de mes parents. Et j'peux te dire que c'était compliqué ...


    Ah et on a concert aussi demain soir.



    Bon, on fera pas tout le même jour hein ?




    Ah, et puis bientôt, si t'es d'accord, on changera toutes mes catégories.

    Si t'as des idées d'ajout ou de modif', fais toi plaisir. (Surtout si tu t'emmerdes au taffe, je ne dirais pas de nom --mais y'en a, suivez mon regard--)

  • Oui, je le veux

    Bon, une note en speed speed speed.


    Passque toute nulle que je suis, j'ai pas préparé la note d'aujourd'hui, sur le mariage de mon chef d'orchestre, et j'ai pas préparé mes affaires pour partir en week end.



    Et il est exactement 19:50, je dois partir dans 10 minutes pour espérer être à l'heure à la répé.

    Et je dois laver mes cheveux aussi.




    Le premier qui dit que de toute façon, je suis TOUJOURS en retard est banni du blog.


    Nan mais.






    Nous disions donc, mon chef se marie demain.

    Avec une saxophoniste de notre orchestre.



    Comme quoi la musqiue ça crée des liens ...




    Le seul truc, c'est que lui, il est pas chaud du tout pour le mariage.

    Et ce depuis des années.



    Depuis toujours en fait.





    Les mauvaises langues diront que c'est normal, c'est un homme.


    D'autres, comme moi, diront que cet homme est censé, et que lorsque l'on voit ce que sa future femme a concocté et a fait pour qu'ils se marient, ça tourne au délire.




    Mais graaaaaave.




    Déjà, elle a cassé le couple que lui il avait avant.



    Bon, on ne la hue pas, ce sont des choses qui arrivent.


    Qui arrivent même couramment dans le monde de la musique, je trouve. (oui, je parle par expérience ...).

    En même temps, celle d'avant n'était pas du tout dans la musique.


    C'était forcément un désavantage.




    Bref bref.



    Depuis qu'ils sont ensemble (3 ans), elle n'arrête pas de lui dire, en pleine répé, devant 50 personnes : "Hein oui qu'on se mariera mon chéri ?"

    Et lui de répondre, le nez dans sa partition, même pas tourné vers elle : "Mais oui, bon allez s'il vous plaît, on reprend parce qu'on a du pain sur la planche ce soir quand même" avec cet air exaspéré que j'aime tant.



    Et puis y'a pas longtemps, en répé, elle a dû lui faire promettre devant tout le monde (encore une fois) qu'il serait présent le jour du mariage.




    La semaine dernière, elle n'était pas à la répét, elle devait bosser.

    Quand on a demandé à Nico à quelle on devait venir pour jouer pendant son mariage, il s'est mis à réflécihr, et à dire (en rigolant, SVP) "Attends, je sais même pas à quelle heure le mariage est prévu !"





    Déjà, là, tu te dis que ça la fous mal tout d'même.

    Que lui, à 33 ans, et elle, à 27 ans, ben ils agissent un peu comme des mômes.



    OK, surtout elle en fait.




    Mais le pire est à venir.



    Oui oui, y'a du pire ...




    Tu te souviens du feu d'artifice du 13 Juillet que j'ai regardé avec lui ?



    Ben on a parlé du mariage.




    Et on lui a demandé s'il était sûr de dire "Oui" ce jour là.







    Ce à quoi il a répondu : "Ben je sais pas. Faudra que j'prenne un cacheton le matin, comme ça j'suis HS l'après midi, et j'serai sûr de dire oui."








    Allez, on applaudit ce joli couple, si touchant, qui se marie dans moins de 24h.





    (La prochaine étape : les enfants. Il ne veut pas en entendre parler, elle ne rêve que de ça. Ca annonce de très belles répétitions et de dialogues amoureux publics ...)






    19:59, je suis à la bourre, je file et vous souhaite un très bon week end ...

    Musical pour moi, comme souvent.

  • Erasmus, du nouveau

    Allez, une fois n'est pas coutume, on va se moquer un ptit peu.


    Pour les formulaires et modalités de l'Erasmus, on a un correspondant privilégié en Sorbonne.




    Alfonso de son petit nom.




    Il spamme régulièrement nos boîtes mail, pour nous dire toujours la même chose.




    Voici le dernier, en intégralité, et sans modification aucune.




    "Bonjour,
    Je vous envoi ce mail pour répondre à quelques unes de vos questions. Vous avez tous reçu une lettre d'acceptation par mail et non pas par courrier postal. Il y a quelques brochures avec le programme des cours pour l'année 2008 - 2009. Si vous consultez ce lien vous trouverez le programme pour la philosophie :
    http://www.paris-sorbonne.fr/fr/spip.php?article6387
    Il faut voir dans les brochures où auront lieu vos cours, il ne faut pas oublier qu'aucun cours en licence 1 et 2 à lieu en Sorbonne. Vous avez un cours par semestre et non pas un par an, exemple:
    UFR Histoire licence 1:
    L1HI0103 Monde Grec, Athènes au VII siècle avant notre ère 5 crédits
    L2HI0103 Monde Grec, Athènes au V - conquête romaine 5 crédits
    Donc L pour licence 1 pour premier année premier semestre et vous avez deux cours différents. Vous avez donc L1, L2, L3, L4, L5, L6, M1, M2, M3, M4 qu'il ne faut pas confondre avec Licence 1, Licence 2 Licence 3 Master 1 et Master 2.
    Vous avez signé aussi un contrat d'études pour une durée qui peut aller d'un mois à 10 voir 12 mois. Vous ne pouvez pas faire trois semestres ou quatre, un semestre en second semestre puis un autre au premier semestre. Je vous conseille aussi de venir en septembre pour vous inscrire et en février pour ceux qui viendront au second semestre.
    Aucun cours est en anglais, je crois que même les cours à l'UFR d'anglais sont en français. Si vous voulez avoir d'autres informations sur la partie pédagogique il faut contacter le coordinateur pédagogique mais en septembre, je ne pense pas que maintenant ils vont vous répondre.
    Certains étudiants allemands et britanniques viennent pour suivre des cours sans passer des examens et à la fin de leur séjour on leur dit qu'il faut avoir des crédits. A Paris Sorbonne pour avoir des crédits il faut passer des examens et avoir 10/20 minimum. On ne peut pas ajouter ou diviser les crédits. Il n'y a pas de cours de doctorat et les étudiants en thèse qui souhaite suivre des cours doivent s'inscrire au cours de master.
    Pour le logement, encore une fois, toutes les chambres ont été attribuées. Si vous utilisez votre mail personnel plus que le mail de l'université je vous conseille de m'envoyer un mail pour changer de mail. Ce n'est pas la peine d'envoyer le contrat d'études et il ne faut pas remplir la liste de cours choisis maintenant.
    Pour finir, si vous connaissez d'autres étudiants qui ne reçoivent pas ce mail ou qui n'ont pas remplir le formulaire de candidature en ligne, il faut leur dire. Ce n'est pas facile de faire un séjour Erasmus dans un pays étranger et encore plus si on n'a pas toutes les informations importantes.
    A bientôt,
    PS. Désolé mais je ne peux pas répondre à tous vos mails, en ce moment nous essayons d'envoyer les relevés des notes aux étudiants de cette année."



    Soit dit en passant, y'a bien qu'en France où les cours de l'UFR d'anglais sont en français ...

    Même au Luxembourg, les cours de la filière des Lettres Françaises sont parfois en allemand, et parfois en anglais.




    Voilà, maintenant, si tu veux bien, je retourne m'allonger, parce que ma migraine résiste un peu.


    Demain, ça ira mieux, et avant de partir pour la Bretagne, je te parlerais (enfin !) de mon chef d'orchestre chéri adoré, et de son mariage super imminent (après demain).


    Et de son futur divorce.


    Ptet un peu moins imminent, on verra.




    En attendant, si t'as rien à faire de tes vacances parce qu'il fait pas beau (ce qui n'est pas le cas en Picardie, mouhahaha), ben amuse toi à retrouver les fautes d'orthographe, de grammaire, de syntaxe, d'accords, bref, toutes les fautes possibles et imaginables dasn le mail d'Alfonso.






    J'ai pas tout compris dans le mail d'Alfonso, rassure moi, toi non plus ? Cette phrase par exemple : "Vous ne pouvez pas faire trois semestres ou quatre, un semestre en second semestre puis un autre au premier semestre."




    Perso, j'aime beaucoup le P.S.

    C'est rassurant de savoir qu'on part dans une fac qui ESSAYE d'envoyer les relevés de notes aux étudiants.




    Ca laisse entendre qu'ils ont des difficultés pour réaliser cette tâche, tu trouves pas ?

  • Fête Nationale

    Sauf si tu vis sur une autre planète, tu sais que ce week end fut un week end de fête en France.

     

    Même qu'au Luxembourg, d'après mes sources, ils avaient prévu des repas spécial "Fête Nationale française".

    Trop la gloire.



    Bref, j'me suis engueulée avec une bonne femme un peu pétasse sur les bords dimanche soir.

    Même que ça a failli tourner à la bagarre.



    Passque la madame, ben elle rigolait quand son mari jetait des pétards allumés au milieu des gens.




    Et moi j'peux te dire que les pétards, j'm'en fiche un peu.

    Sauf quand on les balance dans mes jambes.



    Et puis après une heure de défilé, et un mini concert avant le feu d'artifice, ben j'avais les nerfs un peu à vif.

    Surtout que j'me suis broyée la mâchoire avec mon piccolo. Je manque d'entraînement.

    Donc ça a ajouté à mon état nerveux.



    Et puis y'a des connards qui s'amusaient à jeter des pétards dans l'orchestre pendant qu'on jouait.




    Alors bon, ca commence à bien faire quand même, j'me suis énervée contre la dame, comme quoi elle pouvait jeter ses pétards ailleurs, là où y'avait personne.





    Ben juste pour ça, il paraît que je ne suis qu'une "coincée du cul qui n'accepte pas qu'on puisse s'amuser le 14 juillet".


    Déjà connasse, on est le 13 Juillet. Ensuite, mon cul est sans aucun doute beaucoup moins coincé que le tien.

    Et puis si jeter des pétards au milieu d'une foule équivaut à s'amuser, ben là OK, je n'admets pas qu'on puisse s'amuser de la sorte.




    Sinon, j'ai regardé le feu d'artifice avec mon chef chéri adoré, Nico.

    Qui se marie samedi, quel dommage.

    Enfin, c'était un très joli feu d'artifice.


    Surtout grâce à Nico.




    Lundi, ma soeur a reçu son diplôme de sapeur pompier.

    Finie l'école de JSP, maintenant c'est sérieux.

    Et le maire de la ville où nous sommes allées défiler (elle en pompier, et moi avec la musique si t'as bien tout suivi), ben il a pas voulu faire de discours au monument aux morts.

    Alors la cérémonie a été quelque peu "bâclée", et rapide.



    Bref.

    Ensuite, on a fait un repas dans notre village à nous, avec notre maire (qui fait des discours et que j'aime fort tout plein -non je ne fayote pas-) et tout plein de gens.




    Et l'après midi, on a fait une sorte de rallye-chasse aux trésors dans le village.



    Même qu'il a fallu qu'on ramène (entre autres) un oeuf dur.

    Alors comme mon popa il a des oiseaux, ben on a souvent des oeufs durs dans le réfrigérateur.

    Et dessus, c'est écrit au crayon de bois "DUR".

    Pour pas qu'on confonde.



    Sauf que là, y'en avait plus. Donc j'en ai fait cuire.



    J't'ai déjà dit que j'savais pas cuisiner ?



    J'les ai fait cuire pendant 3 minutes dans le l'eau bouillante.

    Même qu'au téléphone, mon papa m'a dit "Mais naaan, c'est 10 minutes les oeufs durs. Mais tant que tu y es, fais en un pour mon équipe aussi."



    Et après, j'ai papoté avec une amie qui est à Aix en Provence. Et comme je galérais pour mes oeufs, elle m'a dit "oui oui, c'est bien 10 minutes."



    Sauf que là, au bout de deux minutes, les coquilles étaient fendues, et le blanc de l'oeuf commençait à sortir de la coquille, comme quand l'oeuf est bien dur, limite trop dur.



    Tu m'diras, c'était pas pour manger, donc c'est pas grave.



    Son homme, derrière le téléphone, il a soutenu que les oeufs durs se faisaient cuire seulement 3 minutes.

    Comme il était du même avis que moi, j'en ai conclu qu'on était les deux seuls à connaître le fin fond de l'histoire.



    J'ai donc sorti les deux oeufs.



    J'en ai ramené un à mon pôpa, qui en avait plus besoin, il en avait déjà trouvé un.



    J'te raconte pas le retard qu'on a eu, mon équipe et moi, à cause de ces oeufs.

    On est partis les derniers d'ailleurs.



    Bref, nous nous sommes bien amusés sur la route avec les questionnaires et les jeux, on a triché soudoyé des gens pour qu'ils nous aident à trouver les réponses, on a essayé de soudoyer les responsables des jeux pour avoir plus de points, et on a picolé.



    On s'est régulièrement arrêté en route pour boire un coup.


    Un peu dans le film de Dany Boon, tu vois ?

     



    Sauf qu'on était pas bourrés comme eux à la fin.



    Mais on est quand même rentrés au point de départ à 19h30, tout le monde nous attendait pour les résultats.

    Nous, on sirotait une bière au soleil.



    Tranquilles.






    Et en arrivant, pour prouver que l'oeuf était dur, ben on a du le casser sur la tête d'un de nos coéquipiers.

    Comme j'étais la chef d'équipe, j'ai cassé l'oeuf sur la tête de Bruno, un des conseillers municipaux qui devrait faire gaffe à sa jolie bouille, passque j'l'aime bien lui.



    Et puis après, personne voulait casser les oeufs sur la tête des coéquipiers.

    Bruno, il avait bu un peu, et puis c'est une grande gamelle.




    Et j'te rappelle que comme mon papa a pas voulu de son oeuf, j'en avais deux dans les mains.



    Donc Bruno a dit très fort "Nous dans l'équipe, on se fait confiance. On devrait avoir des points en plus parce qu'on est les seuls à avoir confiance comme ça. D'ailleurs, on recommence."



    Il m'a pris un oeuf des mains, se l'est éclaté sur la tête.




    Sauf que cet oeuf là, il était pas dur.



    Mais pas dur du tout.




    Ses cheveux, mes fringues, tout dégoulinait de jaune et de blanc d'oeuf.


    Et on puait l'oeuf en plus.




    Y'a qu'une explication : dans les deux oeufs que j'ai pris dans le réfrigérateur, un des deux était DEJA dur.


    Et en avril, j'ai réussi à balancer une boule de neige pleine figure au mec de ma pote, quand ils sont venus me voir, il avait pas eu l'air d'apprécier.

    En même temps, tu m'diras, entre le soleil du Sud et la neige du Lux, y'a une grande différence.




    Donc maintenant, on est quitte. Lui la neige, moi l'oeuf.







    Dernières nouvelles du front : un nouvel oiseau vient de décéder suite à sa collision avec notre baie vitrée.

    Non seulement on va finir par avoir la Fondation de Brigitte Bardot sur le dos (sans critique aucune, je respecte énormément toutes les personnes qui font partie d'associations comme celle ci), mais en plus ils vont finir par nous péter les baies.

    Déjà qu'elles sont toutes dégueulasses à cause de ces oiseaux non équipés de GPS ...

  • J - 4

    Bon voilà.



    Y'a quelques temps, j't'ai dit que j'allais aller aux Vieilles Charrues.

    Bon, OK, en fait j't'ai mis des photos des gens qui y seraient, et tu devais trouver pourquoi j'te mettais la photo.




    Will avait gagné, un peu trop facilement à mon goût.


    Enfin BREF.





    C'est dans moins d'une semaine maintenant, et j'réfléchissais en regardant mes horaires de train.





    Comme je loge à Quimper, chez une de mes meilleures amies, et que c'est elle qui viendra me chercher à la gare, selon ses horaires de taffe et tout ça, ben j'ai décidé de voyager entre deux.




    De faire du tourisme-express.






    Le samedi 19, je visiterai Rennes.


    Enfin, je traînerai dans Rennes serait une expression plus exacte pour résumer cette journée.



    3h dans Rennes, donc cher ami de Rennes, si tu n'as rien à faire le samedi 19 Juillet entre midi et deux, ben on peut boire un verre ensemble, si ça te branche.





    Amis Nantais, ne soyez pas jaloux, je serai là lundi 21 Juillet, entre 10h et 13h.


    Idem, si t'as rien à faire, ben on peut aller boire un verre.







    Ou faire autre chose hein, j'suis pas difficile comme fille ...





    (Evidemment, si y'a un(e) Nantais(e) ou un(e) Rennais(e) qui me lit, ben j'aurais déjà sacrément du bol. Et si EN PLUS il est dispo ces jours là, et qu'il répond pour me dire "Oh oui, je t'aime tellement, allons boire un verr ensemble !", j'aurais vraiment le cul bordé de nouilles.

    Donc NON, je ne m'attends pas réellement à ce que quelqu'un accepte d'aller boire un verre avec moi. Je déambulerai donc dans les rues de Nantes et de Rennes, et dans celles de Quimper.

    Après, j'passe aussi par Paris, EVIDEMMENT. Si y'a des Parisiens qui ont rien à faire, bah lâchez vous les gens.

    J'suis là.)

  • Lou-Anne

    Vendredi, comme d'hab, répét.

    Et répét importante, puisque c'était pour préparer les défilés du 13 et 14 Juillet.




    Et y'avait une gamine de 7 ans qui était à la répét, assise à ma place quand j'suis arrivée.


    Toute en blondeur, en timidité et en sourires.


    Lou-Anne.





    D'où le titre de l'article, tu l'auras bien entendu deviné par toi-même.




    Ben malgré mon désamour habituel des enfants, mon manque de patience et mon caractère de merde, en même pas une heure de temps Lou-Anne était devenue ma meilleure amie.




    J'te rappelle au passage qu'entre mes colocs et moi, ça va bientôt se finir en enterrement être la guerre, donc faut bien que j'retrouve des gens prêts à devenir mes amis quand même.






    Même que moi, la maniaque des partitions, celle là même qui a mis 9 ans à accepter que des écritures, des traits ajoutés par un prof ou par êlle même étaient très utiles pour bosser un morceau, celle qui au bout de 12 ans de musique a enfin accepté de se munir du crayon à deux mines, rouge et bleu (un jour je te ferai une photo ...), hé bien celle là a laissé Lou-Anne dessiner et écrire des phrases entières sur ses partitions. (là aussi, dès que mon APN voudra bien refonctionner, j'te ferai une photo.)

    C'est pour te dire à quel point j'ai besoin d'amis tout d'même.




    Même qu'elle est venue avec nous défiler le 13 Juillet, et que c'est vraiment ma nouvelle meilleure amie.









    Elle revient vendredi prochain.

    Et même si je l'aime bien, j'vais prévoir des feuilles vierges, parce que mes partitions sont plus importantes que n'importe quel dessin au monde.








    Sinon, la répét, c'était encore du n'importe quoi.





    En vrac, le chef qui demande à un musico s'il sera au bar' dimanche soir (saxophone baryton, c'est plus simple de dire "bar") et le musico qui rétorque " Attends Nico, depuis l'temps qu'on se connaît, tu sais bien que j'suis tout le temps au bar, si tu veux j't'offrirai une bonne bière fraîche."


    Les trompettistes qui se foutent encore des flûtes parce que paraît-il que nous n'étions pas très justes, et ma collègue de pupitre qui dit "Ben c'est ptet parce que Pauline elle joue pas très bien et qu'elle fait plein d'erreurs ?"  Et moi qui enchaîne "Ah ben non, ça peut pas être moi, je joue jamais pendant les répétitions, je fais juste semblant."



    Et ensuite, le chef, Nico, qui coupe en plein milieu de morceau, pour dire que tout le côté gauche de l'orchestre n'était pas juste, et que tout le côté droit sonnait faux.

    Heureusement, qu'y'a t-il au milieu de l'orchestre ? "Tu vois, mine de rien, heureusement que les flûtes sont là, elles sauvent le morceau parce qu'ELLES au moins elles étaient justes." (signé moi même, phrase applaudie par ma camarade saxophoniste.)




    Demain, je te raconterai l'épopée de ce 14 juillet.

    Et un autre jour, je te parlerai du mariage de mon chef d'orchestre, qui a lieu samedi prochain.




    Et aussi de son futur divorce. 

  • Tralala

     Je sais pas si tu te souviens, mais je t'ai déjà parlé maintes fois de mes futurs colocs.

    Notamment du dernier appel téléphonique/coup merdique de J., ce très cher J.




    Ben figure toi qu'il m'a appelé hier, encore, et que évidemment, comme moi je n'ai jamais mon GSM avec moi, ben i est tombé sur la messagerie.



    Pôv choupinet.


    Il a laissé un message.



    Que j'ai eu la bonne idée d'écouter jusqu'au bout.



    Que j'ai même eu le courage de te retranscrire ici, mot pour mot. J'te raconte pas le travail !

    Salut Pauline, c'est J.

    Ben j'aimerais te parler pour paris, parce que tout le monde est inquiet, où est Pau, où est Pau, ça va on essaie de te sauver.

    Moi en tout cas j'essaie de savoir comment tu vas, et où t'en es pour Paris.


    Moi j'ai cherché quelques trucs, j'ai envoyé des mails, j'ai eu des réponses, j'ai demandé quelques rendez-vous, et j'sais pas ce que vous avez fait pour le moment, pas grand chose apparemment, mais j'aimerais qu'on en discute, savoir ce qu'on fait, si je cherche un truc pour moi, si je suis avec les autres, parce qu'à ce qu'il parait les autres sont ok pour aller habiter, même si il parait que toi tu veux plus, ils veulent quand même aller habiter à trois, moi je suis pour, mais bon, j'aimerais bien que tu viennes alors j'aimerais bien que tu me rappelles si t'as envie, parce que moi j't'appelle pour parler avec toi, même malgré nos petites mésententes, tout ça. Bon, c'est pas très important tout ça.



    J'attends que tu me rappelles, salut !

    Et là, évidemment, la seule réaction que vous avez, c'est celle ci :

    "Mais qu'as tu dit, qu'as tu pensé, qu'as tu fait ?"




    Ben tu peux attendre longtemps !

    Ca, c'était ma première réaction à la fin du message.


    Ensuite, j'ai piqué une colère.



    Une colère de Picarde, évidemment.







    Je suis officiellement brouillée avec mes futurs colocs, qui ont de toute façon prévu un aller-retour à Paris la semaine prochaine, sans me demander mon avis.

    C'est déjà une chance qu'ils m'aient proposé d'y aller j'trouve.






    Y'a des jours où je déteste les gens.

    Mais VRAIMENT.

  • Les musiciens sont des gens rigolos

    Comme tu le sais, y'avait concert dimanche dernier.



    Et y'a eu un ptit dialogue entre deux morceaux qui m'a bien fait rire.


    Les trompettistes se sont plantés dans le tout premier morceau, et c'était prévisible inhabituel.




    Toujours est-il que pour une raison X ou Y (dont je ne me souviens plus, EVIDEMMENT), ils ont lancé une boutade au chef avant le début du deuxième morceau.

    Lequel chef a répliqué avec un grand sourire maliceux :




    "Méfiez-vous, sinon j'vous fait lever à chaque fois que vous mettez un pain."


    Jargon musical : un pain, c'est un plantage dans un morceau.



    Tu as rencontré mes amis trompettistes ici, tu te doutes bien qu'ils ne l'ont pas joué à la discrétion.






    Oh que non.



    "Ah, ben dans ce cas là on peut ptet rester debout pendant tout le concert, vu comment c'est parti ..."




    Ca a occasionné le fou rire des gens du premier rang.

  • Réponses

    Réponses




    1° > Mes camarades de classe.

    Mon nouveau campus est composé certes de la fac, mais aussi d'une école primaire.

    Et tous les matins je voyais ces z'enfants jouer pendant leur récré.




    2° > Mon nouveau campus.

    La cours des étudiants.

    Pas des enfants.




    3° > Mon ancien campus.





    4° > Sur la façade de mon nouveau campus.




    Ouais, je sais, c'était pas très varié tout ça, mais bon, je fais ce que j'peux avec ce que j'ai, tu comprends ?

  • T.O.C ?

    Tu vois, un jour, y'a longtemps, j'avais écrit ce texte :


    "Il y a des habitudes qu'on aimerait perdre parfois ...

    L'habitude de te regarder, de t'appeler pour savoir comment tu vas, l'habitude de penser à toi, l'habitude de t'apprécier.
    L'habitude de te voir près de moi.
    L'habitude d'entendre ta voix, de sentir ton odeur, l'habitude d'être habituée à toi.

    L'habitude de t'aimer aussi peut être, parce qu'aimer par habitude est le pire des amours...


    Perdre l'habitude de me réveiller à 7h pour aller en cours, l'habitude de rouler trop vite, l'habitude de boire trop, l'habitude de me penser supérieure à vous tous.
    L'habitude de faire n'importe quoi, n'importe quand, sans réfléchir.
    L'habitude d'être attachée aux gens, et de t'être attachée ...
    L'habitude de compter sur eux. D'avoir confiance en eux.

    Perdre l'habitude d'avoir des habitudes, tout simplement ..."


    (Bon j'te préviens de suite, quand j'dis "y'a longtemps", c'est y'a au moiiins un an. Si ce n'est plus. Et personne en particulier n'était visé dans le texte.)


    Et tu vois, moi j'ai plein d'habitudes. Et des habitudes aux T.O.C, paraît qu'il n'y a qu'un pas. Alors peut-être que j'ai des T.O.C, va savoir.

    Quand je vais à la BNL pour bosser mes cours (ouais, mine de rien, j'suis une étudiante sérieuse et studieuse.), je passe toujours chez "Pasta Phil", prendre un cornet de pâtes à emporter, que je mange sur le parvis de la cathédrale, qui est juste à côté de la BNL.

    100_1431.jpg
    A gauche, la BNL.
    Au fond, la cathédrale.
    Tu comprends mieux maintenant,
    l'histoire de cette note ?


    Toujours aux 4 fromages (les pâtes).
    La BNL est à 3 pas du centre ville piéton. Je prends toujours le même chemin pour y aller, alors qu'il en existe au moins 6 différents.



     

    Quand je vais à la fac le matin, je pars à pied, pendant 2 km, même si je suis à la bourre. Et je rejoins mon arrêt de bus, devant la piscine.
    Alors que j'suis pas obligée hein, j'ai un arrêt de bus à 20m de chez moi.
    En chemin, généralement vers 9:00, je m'arrête au Cactus, supermarché situé pile poil en plein milieu de mon trajet pédestre. Et j'achète ma bouteille d'Evian.



     

    Quand j'arrive chez moi, je mets de la musique, directement. Souvent les mêmes trucs, des playlists que je me crée et que j'écoute en boucle.
    J'ai 5 000 chansons sur le PC, et une quantité assez incroyable de CD qui ne sont pas sur le PC, mais je n'écoute u'une centaine de chansons différents.
    Idem pour l'iPod. Toujours les mêmes trucs. Et Dieu sait que j'achète quantité de CD que je n'écoute pas, juste parce que j'ai eu un coup de coeur sur le moment.

    C'est pareil pour les livres. Je culpabilise quand je suis dans une librairie, parce que bordel, je fais des études littéraires, et je lis 5 livres par an, dont 3 imposés par mes profs. (Même si j'exagère un peu, l'idée est là.) Alors j'achète ces "classiques" de la littérature, Montaigne, Zola, Hugo, Proust, que je ne lis pas.
    Alors que j'ADORE lire. Dans le train, le bus, le matin, le soir, l'après midi. Mais depuis 2 ou 3 ans, je lis des conneries.
    Peut-être pour compenser ? En 3ème, je lisais Sade et Pascal. Je dévorais des bouquins de philo de ma propre initiative (connerie n°1), et je n'ai eu que 10 en philo au bac L (connerie n°2).

     


    Quand je vais en répét le vendredi soir, je me gare toujours au même endroit. Dans le métro et le bus, je m'asseois généralement et autant que possible à la même place.
    Dans le TGV, toujours dans la même voiture, côté fenêtre.



    J'achète toujours mes journaux au même endroit, Relay de la gare du Nord ou de l'Est, selon le sens du trajet.
    Gare de l'Est, c'est celui qui fait face (et pas dos) aux voies 1 à 4.
    Gare du Nord, celui qui est tout au bout de la gare à côté de la voie 1.

     


    Je vais toujours à la FNAC des Halles, même si ça me fait faire un détour.

     


    Et puis je trie mes trombones par couleur.

     

     

    Je sais, ça craint.



     

    Et tu sais le pire ? C'est que malgré tout, j'adore l'imprévu.

    Si tu veux bien, on en parlera demain.

     


    Là, je dois aller ranger mes livres par taille et par ordre alphabétique.

    Et après, je rangerai mes CD par genre, et par ordre alphabétique à l'intérieur des genres.

     

    (Et si tu rigoles, tu viendras m'aider. Na.)

  • Il fait bon vivre ...

    ... en Picardie.


    Si si.


    J'entends déjà
    les mauvaises langues dire que nous n'avons qu'une vache et un mouton pour toute richesse.



    Mais c'est FAUX.


    Nous avons d'autres choses particulières, certes, mais tellement enviables.




    Tu vois, par exemple, je peux te révéler en EXCLUSIVITE (Attention, SCOOP inside !) que la Picardie, ben c'est le pays où tout disparaît.

    (Oui, le pays. Passqu'en picard, ben un village ou une région, ça se dit un pays. Et tiens toi bien, bientôt j'vais te pondre des articles tout en picard. Faut bien passer l'temps, non ???)



    Je disais donc : le pays où tout disparaît.



    Ca a commencé pas plus tard que jeudi soir, 1h après mon retour triomphal dans cette région ensoleillée et caniculaire (ne rigole pas, c'était d'actualité jeudi !).



    Figure toi que j'étais à table avec mes parents et ma soeur, en train de manger (ma vie est passionnante, n'est-il pas ?), quand soudainement, en tout début de repas en plus, je me suis retrouvée seule en train de manger.

    Les gens qui étaient là avant ? Disparus.

    La vaisselle ? Disparue.

    Les victuailles ? Disparues.



    Sauf si c'était à moi.



    Mais c'est diiiiiiingue ça, non ?

    Pour un retour triomphal, on peut dire que c'est mission accomplie.



    Je te passe l'épisode de mon pic à cheveux qui était sur la table basse au RDC, et qui se retrouve sur mon étagère à l'étage, en l'espace d'une nuit.


    Je te passe également l'épisode de mes lunettes de soleil, qui sont passées du bureau de l'étage à la chaise en bois dehors.


    Tout cela est sans intérêt.



    Vendredi, pour faire plaisir à ma maman (surtout passqu'elle l'avait demandé, mais bon, ceci n'est qu'un infime détail), je me suis employée à crocher le linge sur le séchoir.

    Truc passionnant. (Papa, dépêches toi de fabriquer les piquets et le fil à linge, bordel !)



    Et je l'ai mis sur la terrasse, passqu'il faisait suuuuper beau et chaud (Quand j'te dis qu'il fait BON VIVRE en Picardie !), pour qu'il sèche plus vite.



    2h après, mon papa a fermé le volet de la baie vitrée, pour pas que le soleil il tape trop et qu'il fasse canicule aussi dans la maison.

    Je lui sors innocemment :

    "Oh, t'aurais pu rentrer le linge avant de fermer, j'vais être emmerdée pour rentrer le truc par la petite porte."




    Et là ...


    "Bah y'a pas de linge dehors."

    "Tu l'as rentré déjà ? Ooooh merci !" (On retrouve bien ici les compétences linguistiques et grammaticales particulièrement exemplaires et exceptionnelles caractérisant les étudiants en Lettres.)



    "Ben non, j'l'ai pas rentré, j'pensais que tu l'avais fait, y'a plus de linge."


    Tu te doutes bien qu'en tant que Sherlock Holmes débutante mais motivée, j'suis allée voir là où était mon papa. Et en effet, pendant qu'il descendait le volet roulant, ben on voyait rien sur la terrasse.



    Mais CATASTROPHE me suis-je exclamée !

    (Non, en vrai j'ai dit "Ben ... Comment ça se fait ?" Oui, on ne peut pas toujours avoir la classe, que veux-tu ...)

    J'suis allée sur la terrasse, et là ...

    Le séchoir était complètement renversé par terre.

    Mais même pas sur la terrasse hein, non non, carrément sur l'herbe.

    Presque sur la haie du voisin. (Heureusement, c'était du bon côté, de l'autre côté, nos voisines sont vaches. Mais des vraies vaches hein ? Qui bouffent de l'herbe, pondent des oeufs donnent du lait et tout.)

     

     



    Je ne te parle même pas des CD qui disparaissent, des clefs de voiture qui se retrouvent dans un tiroir ou dans un sac plastique, et de toutes ces choses qui jouent avec mes nerfs ...

    Par contre, encore une fois, les gens ont disparus. Je me retrouve seule avec le chien.



    Tu crois qu'ils vont rentrer un jour quand même ???

  • Les Picards sont des gens rigolos

    Si faut encore que j'te répéte que j'suis musicienne, j'm'en vais.

    Sur cette fabuleuse introduction, je m'en vais te narrer la fabuleuse répétition de vendredi soir.



    Oui passque quand même, il s'en passe des choses pendant les répét'.



    Déjà vendredi, on était une petite quinzaine, alors que d'habitude on plutôt dans la quarantaine tu vois ?

    Et puis c'est pas sérieux tout ça, passqu'on a quand même un concert à assurer aujourd'hui.



    Même que j'étais pas au courant.


    Et qu'avec ma main bleue-verte (à cause des prises de sang) ben j'vais m'amuser pendant le concert.

    Passque j'arrive pas bien à jouer, ni à conduire. Alors c'est rigolo à regarder, c'est vrai quoi, je me transforme en Madame Hulk.

     

    (Bon, je sais pas ce que ça va donner sur ton PC, mais sur le mien, on distingue bien les couleurs différentes et tout ...)

    03-07-08_1528.jpg
    C'est joli hein ?


     
    03-07-08_1529.jpg
     Réalisé sans trucages, je te promets.
    Et ça, c'est le résultat 5 jours après la prise de sang.


    04-07-08_1130.jpg
    L'avantage, c'est que je suis assortie
    à mon mur ET à mon drap ...

     

    Bref.



     

    Moi, j'suis tout devant dans l'orchestre, avec les autres flûtistes et les clarinettistes.


    Les trompettistes, ils sont tout derrière. Ils étaient trois vendredi, et comme d'habitude ils en avaient après nous (les flûtes si tu as bien suivi.)


     

    C'est depuis toujours ça, ces petites frictions rigolotes et "pour du rire" entre eux et nous.



    Et comme on était pas nombreux, ben on papotait. Surtout qu'au premier rang, y'avait que des filles, donc ça piaille quoi.



    Et les trompettistes, que des mecs, se plaignaient :

    "Oh les flûtes là, on se tait et on se concentre s'il vous plaît, c'est pas possible ça."
    "Hé les filles, vous comptez jouer un peu ce soir ou c'est réunion Tupperware ?"




    Bon, rappelle toi que ce n'est que de l'humour, plus destiné à détendre l'atmosphère et faire rire qu'à augmenter les tensions.




    Parfois, le chef il fait travailler seulement une sorte d'instruments dans un certain passage difficile.

    "Allez les flûtes, c'est pas difficile, vous allez y arriver, courage !"

    "Ah forcément, les flûtes encore une fois ... Faut bosser à la maison les filles !"



    Et parfois, on a pas les partitions (surtout moi, qui ne viens pas régulièrement du fait de la distance)

    "Ah bah démerdes toi, joue d'oreille, t'avais qu'à être là quand on l'a distribué !"




    Et parfois, les trompettes elles jouent pas quand elles le devraient.

    "Bah alors les gars, vous nous faites quoi là ? C'est pas fini encore, il reste encore une heure !"

    "Hé les mecs, fallait jouer là. Nous on a joué j'vous signale, et vous faites tout foirer !"



    Et puis parfois, elles jouent très mal.

    "AH !!!!!! Vous voyez, nous on papote ptet, mais au moins on joue BIEN, et on nous fait pas de remarques !"





    Oui, tout ça est puéril, mais on assume.

    Les trompettistes ont une moyenne d'âge de 40 ans, les flutistes et clarinettistes féminines une moyenne de 25 ans.



    Et on s'aime.



    La musique, le pays des Bisounours ?

  • Devinette

    Encore un jour avec de la photo et de la devinette.



    Souviens toi, ici, je te disais que j'avais voulu te faire un jeu.

    Ben j'ai retrouvé le câble du Motorola, donc je peux te faire le jeu.



    YOUHUUUUUUU !!!




    Donc voilà. Pour la peine que j'ai pris du retard pour faire le jeu, ben j'te donne plusieurs photos.



    23-05-08_1025.jpg

     

    Qui sont ces gens pour moi ?


    a -- Mes camarades de classe

    b -- Mes voisins

    c -- Des inconnus qui me servent à alimenter mon blog












    100_1410.jpg




    Où sommes nous ? (Et là, pas d'indices. Faut pas exagérer non plus !)










    100_1315.jpg




    Même question, sans indices : Quel est cet endroit ? (Oui, ça revient AU MÊME que "Où sommes nous ?")

    100_1412.jpg





    Où peut-on trouver cette plaque ?

    a -- à la fac

    b -- à la Bibliothèque Nationale

    c -- à la Mairie de la ville de Luxembourg

  • Chose promise, chose dûe

    J't'avais dit que je mettrais des photos du week end dernier.

     

    Ben les voilà ... (Seulement de vendredi soir, qui était la "meilleure" soirée pour nous, et seulement des photos pas trop méchantes. Ouais, je fais qu'est-ce que je veux d'abord !)

    Donc pas beaucoup d'écriture (ça changera, pour une fois !) et des photos.

     

    Sel la.jpg
    J'te présente Flow.
    N'aies pas peur, elle est toujours comme ça ...






    Apoteca.jpg
     Là, c'est elle et moi, et FRED.
    Un des deux barmens pas farouches.
    (Il est quand même à croquer non ???)
    Celui qui est un peu beaucoup sosie de Monsieur n'Ex.
    C'est pour ça que j'ai beaucoup bu.






    P comme princesse.jpg
    Ca, c'est un monsieur Lettonien.
    T'as déjà entendu causer anglais avec l'accent Lettonien ?
    Ben moi voui.
    Et j'avais déjà un peu bu avant de l'entendre, alors j'te raconte pas ...
    Mais très gentil le Lettonien.
    Mais j'ai pas compris son prénom.






    Je vois deja double.jpg
    Merci Fred !
    Le truc blanc, tout à droite, c'est Manu, le 2ème barman pas farouche.
    Allez, un ptit jeu : devines quel verre est à qui ?






    Po et flo.jpg
     Toujours les mêmes.
    L'alcool commence à se voir, où j'me trompe ?






    100_1481.jpg
     Le bar.
    Et nous, on était tout au bout du bar, la meilleure place.







    100_1495.jpg
     Fin de soirée.
    Au revoiiiiiiiir et à demaiiiiin !








     
    Foto081.jpg
    Tu excuseras ma tête sur cette photo,
    mais ça date de l'époque où j'étais sous cortisone.
    Flow, toujours aussi tarée,
    a pris cette photo en pleine séance de cinéma.
    Sex and the City, un mercredi ou jeudi soir,
    autant dire qu'il y avait du peuple quand même ...
    J'la mets parce qu'on est trop bien dessus.
    Complètement à l'Ouest, mais trop bien.
  • Jour J.

    Comme tu le sais peut-être (ou pas), aujourd'hui je me barre.

     

    J'rentre dans ma Picardie si jolie si fleurie (t'as vu, j'sais faire des rimes !).



    Donc forcément, puisque t'es un lecteur suuuper fidèle, ben tu sais bien qu'en Picardie là bas, au pays tout fleuri et tout pourri joli ben les gens ils ont un accent à couper au couteau pas de connexion internet avec ADSL.


    Enfin si, y'en a qui ont cette fabuleuse connexion + ADSL, mais pas moi.


    Nous, fallait choisir. Soit on prenait l'ADSL, soit on prenait la cargaison d'
    oiseaux suicidaires. (Clique si tu te rappelles pas.)


    Tu penses bien que nous, l'ADSL, qu'est ce qu'on en a à foutre quand on peut passer des journées entières assis devant la baie vitrée pour compter combien d'oiseaux vont se taper la baie et faire "BOUM" ?


    Donc non, nous n'avons pas voulu prendre l'option ADSL.


    Ca, plus la vie en Picardie qui est trop moisie jolie, ben il se passe pas grand chose quoi.


    Ptet quelques fêtes chez des voisins, quelques sorties avec mon maire
    (et pas ma mère).

    Ptet un travail super important à faire pour lui *TOP SECRET*.

     


    Ah oui, y'a aussi la semaine interrégionale de BBQ en août, avec deux ou trois potes.

    Ca, j'pense que y'aura matière à raconter. Y'a que des mecs alcooliques, et c'est ma première participation.

    Et puis ça dure une semaine entière.

     

    Dans une maison en pleine campagne. Vide (la maison).

     


    Et puis les Vieilles Charrues.


    Et la recherche d'appart' sur Paris avec mes colocs.


    Ouaaaaah mais avec tout ça, j'ai presque l'impression d'avoir un été chargéééééé.

     


    Mouais
    .

     

     


    J'voulais juste te dire qu'à partir de la semaine prochaine, je sais pas trop à quelle fréquence je vais bloguer.

    J'aimerais bien essayer de bloguer tous les jours, mais comme t'as compris, sans ADSL et sans vie trépidante, ça va être difficile.

     

    Donc on va dire que si y'a une moyenne de 3 posts par semaine, ce sera déjà génial :D

     

     

    Alors pas d'inquiètude mon lecteur chéri, ma lecteuse préférée, même si j'suis pas souvent là, ben j'me casserais la tête pour te trouver un truc passionnant à raconter.

     

    J'suis gentille hein ?

     

     

     

     

     

     

    Allez maintenant, dis moi que tu m'aimes.

  • Grrr

    ***** Flash express *****

     

     

    Nous avons des nouvelles concernant la future Auberge Parisienne.

    C'est fini. J. et moi ne serons plus jamais potes.

     

    D. l'a appelé pour lui dire que toute cette histoire nous prenait la tête et nous foutait le moral à plat. Alors J. a gracieusement décidé de nous appeler chacun notre tour pour s'expliquer sur son absence d'hier, et sur tout le reste.

     

    Quelle chance, il a commencé par moi.

     

    Figures toi qu'avant-hier soir, il a bu, et que c'est la raison pour laquelle il ne s'est pas pointé hier.

    Soit. Enfin, boire la veille d'un RDV matinal, y'a mieux comme plan.

     

    Mais passons.

     

    Moi j'ai dit ce que j'avais à dire, que j'avais pas confiance en lui, la preuve, il se pointe même pas aux RDV que LUI MÊME fixe. Idem pour les exams, on attend toujours qu'il passe un examen (ah, on m'informe dans l'oreillette que je ne suis qu'une mauvaise langue, il a passé 4 examens ce semestre) (sur douze initialement prévus).

    Bref, bref, bref.

     

    Il a dit qu'il venait toujours avec nous, ce à quoi j'ai répondu qu'il avait intérêt à s'investir un peu plus alors.

     

    "Attends, mais je m'investis quoi."

     

    MAIS BIEN SÛR !

     

    Suis-je bête à ce point ?

    Je n'avais pas compris que durant tout ce temps qu'il ne passait ni en cours, ni en partiels, il le passait à S'INVESTIR.

     

    J'suis cruche à ce point là tu crois ? (Heureusement qu'il m'a pas dit la phrase ci dessus, sinon j'crois que j'aurais pété un plomb.) (Genre j'ai pas pété un plomb de toute façon en voyant le résultat.) (Et t'as pas le droit de dire "oui")

     

    Donc, il a dit que nous étions un peu en froid en ce moment, et que c'était difficile de communiquer.

    Soit.

    Nous sommes en froid, il est vrai. Nous ne communiquons plus, certes. Sauf quand je suis bourrée et avec Flow, certes.

    Mais quand même, comme je le lui ai rappelé, j'ai quand même fait le premier pas plusieurs fois vers lui, histoire que notre coloc se passe bien, ou tout au moins, qu'elle parte d'un meilleur pied qu'il y a quelques jours encore.

     

    Et tu sais ce qu'il a répondu, avec sa voix toute mielleuse qui donne envie de gerber quand tu l'entends, cette voix réservée à se foutre ironiquement des autres ?

     

    "Oui mais moi, j'ai aucune envie de faire le premier pas vers toi en ce moment."

     

     

     

    Oui, youhuuuu j'adoooore ce mec.

    Tu crois qu'il en fallait davantage pour me faire sortir de mes gonds ? Non ? T'as bien raison.

     

    "OK, ben dans ce cas là tu te démerdes avec C. et D., moi j'en ai plus rien à foutre."
    Ca c'est moi que je l'ai dit hein ? Confonds pas ...

     

     

    Et j'ai raccroché.

     

     

    Et j'ai pas répondu quand il a rappelé.

    (déjà, là, faut se demander pourquoi j'arrive pas à faire la même chose avec *Lui* ...)

     

     

    J'ai prévenu les deux autres. Qu'il était hors de question que j'ai encore un contact avec lui. Qu'il soit là ou pas l'an prochain, ben j'm'en foutais, parce que j'lui parlerais pas.

    Paraît que ça lui va très bien comme ça, qu'il pense qu'on peut être capables de vivre à quatre comme ça.

     

     

    Moi j'dis ...

     

    Vivement Septembre.

    Là, y'en aura de la matière pour le blog ... J'me poserais pas de questions pour savoir quoi raconter, faudra carrément que j'fasse du tri si ça continue ...

     

    Fort heureusement (dit-elle avec un immense soupir de soulagement) il fait pas son Erasmus au même endroit que moi.

    Quelques heures de liberté par jour ... Hurrah.

     

     

  • Aïe.

    Bon, tu l'auras compris, ce fut un très dur week end.

     

    J'ai des bleus partout, j'ai eu le droit à deux prises de sang, et y'a des gens qui ont appelé Flo pour savoir comment j'allais.

    Chose qu'elle ne savait pas, puisque je suis sortie SANS elle.

     

    Mais on a décidé de ne plus sortir séparément.

    Passque de toute façon, quand on sort séparément, on fait la même chose. Par SOLIDARITE.

     

    Tu vois, moi j'me suis endormie dans le bar dimanche matin. Flo, elle, elle s'est endormie dans la voiture de J.

    Tu te souviens de J. ?

    On va en reparler plus loin dans la note ...

     

    J'suis allée à l'hôpital dimanche matin (comment ? pourquoi ? avec qui ?), et Flow y est allée le dimanche après-midi.

     

    D'ailleurs, elle est sous cortisone, tiens, ben moi aussi j'étais sous cortisone y'a quelques temps.

     

    Donc tu vois, tant de points communs, ça rapproche.

    Elle a fait couple avec J., aussi, y'a quelques mois de ça. Et elle l'a appelé samedi soir pour qu'il vienne nous chercher pour nous emmener en ville rejoindre D. passqu'on pouvait pas conduire.

    Et ... IL EST VENU.

     

    Il est venu, il a dit qu'il en avait rien à foutre, que si on voulait aller en ville voir D., ben on avait qu'à y aller toutes seules, en voiture, et qu'on avait qu'à crever dans un accident de voiture, il en avait RIEN A FOUTRE, c'est pas ses affaires.

    Mais il nous a quand même emmenées en ville, on est allées voir D., on est allées voir nos amis barmen, et quand on est revenues sur la place, 1h après, il nous attendait.

    Et il nous a raccompagnées chez nous. Moi j'habite tout près du centre, Flow habite à 20 km de chez moi. Et donc Flow s'est endormie dans la voiture de J.

     

    Et moi j'suis ressortie toute seule comme une folle grande. J'aurais pas dû, mais bon. Paraît que j'suis une fille super géniale, que les gens se sont trop bien amusés avec moi, tout ça tout ça. Faut les croire sur paroles, passque moi, côté souvenirs, j'me suis arrêtée à 2h du mat, et j'ai recommencé vers 9h, en rentrant.

     

    Breffoyons.

     

    Toujours est-il que ce matin, on avait RDV entre futurs colocs de l'Auberge Parisienne*.

    A 10:00, au café. Même que c'est J. qui a demandé à ce que ce soit à 10:00 (c'est important ce point crucial de l'histoire, si si.)

    Bon, comme d'hab, j'suis arrivée en retard (on parlera de ça dans une prochaine note, si tu veux bien et si tu veux pas ça revient au même.)

    Mais figure toi que y'avait PERSONNE au café. Alors soit mes potes ils ont trouvé LE truc pour me faire arriver à l'heure (me donner une fausse heure de RDV), soit ils étaient tous en retard.

     

    D. et C. étaient coincés dans les embouteillages (à 10h du mat, youhuuuu). Et J. ?

     

     

    Aucune idée.

     

    Aucune nouvelle.

     

    10:15, les deux embouteillés sont arrivés.

     

    10:30.

     

    Bon, on va prendre le petit déj ensemble ?

     

    10:40.

    Coup de fil.

    Monsieur J. était encore chez lui, à 30 min de route du centre ville où nous étions. Même que C. l'a réveillée, quand elle l'a appelé 10 minutes avant.

     

     

    Alors on a fini notre petit déj, on a attendu un peu, et à 11:15, on s'est BARRES.

     

     

     

    Faut arrêter de prendre les gens pour des cons quand même.

    Même qu'on est en train de réfléchir sérieusement à faire une Auberge Parisienne* à 3 seulement.

     

     

    * : D. m'épate de plus en plus. La dernière fois, il a sorti cette expression, "Auberge Parisienne, comme un remake de l'Auberge Espagnole" en parlant de notre coloc future.
    Soit il lit ce blog, soit il est tout simplement génial. J'opte pour le totalement génial. Passqu'il lit pas les blogs. Et aussi qu'il a le même humour que moi, et les mêmes références cinématographiques. Donc ...

     

    P.S : un jour j'te mettrais les photos de ce week end. J'te rassure de suite, les photos sont vachement bien. Fallait nous voir pour constater l'étendue des dégâts.

    P.S 2 : si y'a pas eu de nouvelles depuis samedi, c'est parce que j'avais pas de connexion Internet ce week end. Et de toute façon, j'avais emmené mon PC chez Flow samedi aprem, et il est resté dans son coffre de voiture jusqu'hier soir. Avec mes clefs. Et mon portefeuille. Voilà.

    A part ça, tout va bien ...