Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tralala

 Je sais pas si tu te souviens, mais je t'ai déjà parlé maintes fois de mes futurs colocs.

Notamment du dernier appel téléphonique/coup merdique de J., ce très cher J.




Ben figure toi qu'il m'a appelé hier, encore, et que évidemment, comme moi je n'ai jamais mon GSM avec moi, ben i est tombé sur la messagerie.



Pôv choupinet.


Il a laissé un message.



Que j'ai eu la bonne idée d'écouter jusqu'au bout.



Que j'ai même eu le courage de te retranscrire ici, mot pour mot. J'te raconte pas le travail !

Salut Pauline, c'est J.

Ben j'aimerais te parler pour paris, parce que tout le monde est inquiet, où est Pau, où est Pau, ça va on essaie de te sauver.

Moi en tout cas j'essaie de savoir comment tu vas, et où t'en es pour Paris.


Moi j'ai cherché quelques trucs, j'ai envoyé des mails, j'ai eu des réponses, j'ai demandé quelques rendez-vous, et j'sais pas ce que vous avez fait pour le moment, pas grand chose apparemment, mais j'aimerais qu'on en discute, savoir ce qu'on fait, si je cherche un truc pour moi, si je suis avec les autres, parce qu'à ce qu'il parait les autres sont ok pour aller habiter, même si il parait que toi tu veux plus, ils veulent quand même aller habiter à trois, moi je suis pour, mais bon, j'aimerais bien que tu viennes alors j'aimerais bien que tu me rappelles si t'as envie, parce que moi j't'appelle pour parler avec toi, même malgré nos petites mésententes, tout ça. Bon, c'est pas très important tout ça.



J'attends que tu me rappelles, salut !

Et là, évidemment, la seule réaction que vous avez, c'est celle ci :

"Mais qu'as tu dit, qu'as tu pensé, qu'as tu fait ?"




Ben tu peux attendre longtemps !

Ca, c'était ma première réaction à la fin du message.


Ensuite, j'ai piqué une colère.



Une colère de Picarde, évidemment.







Je suis officiellement brouillée avec mes futurs colocs, qui ont de toute façon prévu un aller-retour à Paris la semaine prochaine, sans me demander mon avis.

C'est déjà une chance qu'ils m'aient proposé d'y aller j'trouve.






Y'a des jours où je déteste les gens.

Mais VRAIMENT.

Commentaires

  • Et où les gens te détestent aussi, visiblement.

  • Moi aussi j't'aime Will.

    Merci de me remonter le moral de cette façon, c'est drôlement efficace tu sais ?

Les commentaires sont fermés.