Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A l'aube

    Les oiseaux chantent à cete heure ci.

     

    On a découvert un jouli bar, où les barmen sont pas farouches et se laissent embrasser en échange de verres gratuits -et ils sont casés parait-il-.

     

     

    Bref, peu importe, on y retoure ce soir, on le leur a promis.

     

    On est bourrées pour 10€. Faut l'faire, nan ?

     

  • C'est la fête.

    Ca y est.

     

    C'est fini.

     

     

    Y'a eu l'ancien français. Disserter sur le rôle du chevalier au Moyen Age, et ses missions.

     

    Le latin. Texte à traduire, plus grammaire.

     

    Le séminaire d'Orientation Professionnelle. Compte rendu à faire d'une des séances qu'on a eu. (Bibliothèque Nationale.)

     

    Le cycle de conférences sur les Terres Rouges (=bassin minier du Luxembourg.) Terriblement passionnant. Un compte rendu approfondi sur une des séances ("Regards distanciés de deux artistes contemporains sur le Bassin Minier.")

     

    Histoire des Poétiques. Qu'est-ce que l'Epître aux Pisons ? Les trois règles du théâtre classique ? Que veut dire la formule de Gautier "l'Art pour l'Art" ?

     

    Histoire des Mentalités Modernes : le roman d'initiation. Extrait de Nerval à commenter, à l'oral. Qu'est-ce que la mort symbolique ? La Franc-maçonnerie ? Plus Consuelo (Georges Sand) à expliquer brièvement.

     

    Linguistique. Phases accomplies, phases non accomplies. Futur antérieur, passé antérieur, plus que parfait, et d'autres temps bizarres. Que mine de rien, ça a l'air vachement simple, mais non. Surtout à l'oral, avec Marion et Manon.

     

    Linguistique du semestre précédent, rattrapage. Caca boudin.

     

    Philosophie. Dieu et le bonheur chez Saint Augustin. Résumer sous forme de thèses (5 pages maxi) 2 chapitres entiers du livres d'Alain de Libéra (= 150 pages. Les profs sont fous parfois)

     

    Stylistique : Etude d'une caricature de Plantu.

     

    Métaphores figées : Relevez les expressions idiomatiques du texte et les commenter. Donnez leur sens ascendant et descendant.

     

    Ecritures Narratives (1850-1950) : Dissertation Littéraire :  "Un nom propre est une chose extrêmement importante dans un roman, une chose capitale. On ne peut pas plus changer un personnage de nom que de peau. C'est vouloir blanchir un nègre." (Flaubert) (Mais bien sûr, une réussite TOTALE.)

     

     

    Tu comprendras donc aisément qu'après tout ça, j'ai bien mérité une soirée de folie.

     

    Histoire d'oublier les plantages, les ratages, et les rattrapages qui s'annoncent.

     

    Et puis j'me suis fait mordre par un chien abandonné que j'voulais aider (il avait une médaille.)

    Ptit con.

     

    J'ai mal.

     

     

     

    L'alcool anesthésiera tout ça ...

    J'suis pas sûre de te donner de la note demain. Si c'est le cas, ne m'en veux pas.

    J'serai en train de cuver dormir.

  • Pot Pourri

    Aujourd'hui, c'est la fin de l'année pour moi.

     

    Tu vas dire "Enfin !" et je te dirais la même chose.

    Passque non, franchement, 3 semaines de partiels, c'est la mort.

     

    J't'ai déjà parlé de Raymond ?

    C'est mon Directeur d'Etudes. Et un de mes profs aussi, forcément.

    Toujours est-il qu'il part en retraite d'ici 2 mois environ.

     

    Et même si ça se voit pas, ben j'suis triste.

    Passqu'il est génial, et très bon dans ce qu'il fait.

     

    Et tu vois, mercredi matin, il nous a dit qu'on allait aller dîner dans un restau' "branché" avec lui le mois prochain, une sorte de dîner d'adieux.

     

     

    Le seul truc qui m'inquiète, c'est que Raymond est un spécialiste du jansénisme. (Wiki si tu connais pas)

    Et du classicisme, 16è, 17è siècle tout ça, la préciosité, et tout ce qui s'ensuit.

    Donc oui, tout ça m'inquiète. Passque du coup, j'me demande ce qu'il considère comme "branché".

    Surtout qu'il a utilisé ce terme, "branché". C'est pas du tout son style.

     

    Il se teint les cheveux, s'habille uniquement en costumes-cravates, a une mémoire grande comme un de mes neurones, et nous autorise à utiliser nos feuilles de cours pendant le partiel. (D'où la note d'hier, où je disais que j'avais vachement révisé tout ça tout ça ...)

    Il boit de l'eau, ou des sodas, parce qu'il aime pas le café des machines à café de notre nouveau campus.

    On est 15 en 2eme année, elles sont 4 en 3ème année, et 18 en 1ère année.

    Y'a que 2 garçons dans ma promo, et il sait même pas les différencier ... Et il connaît le nom de personne.

     

    Sauf moi.

    Enfin, parfois il oublie.

     

    Mais je lui donne souvent à boire comme je le fais pour mon chien.

    Faut prendre soin de ses profs, surtout quand c'est ton directeur d'études.

     

     

    Allez, pour fêter ça, un pot-pourri des meilleures phrases de cette année.


    Raymond :

    "Le règne du roi Soleil s'est terminé par une véritable éclipse."  (On applaudit SVP !)

    "Un beau mensonge vaut-il mieux que la laide réalité ?"

    "Oui c'est pour quoi ? "     ma pote Flow, qui était en classe avec nous l'an passé, venait d'entrer dans la salle après la pause que nous avions eu entre deux cours différents, mais tous deux assurés par Raymond. Nous venions donc, si t'as tout bien compris, de passer 1:30 avec Raymond dans la salle, 15min de pause, et encore 1:30 de cours nous attendait.
    Donc, quand elle est entrée, il lui a posé cette question. a laquelle elle a répondu "C'est pour le cours, je suis étudiante, j'étais juste dehors pour la pause. Mes affaires sont encore là, au premier rang, sur la table."    "Ah. Et c'est quoi votre nom ?"   "Flow"   "Ah oui, c'est exact. Asseyez vous, je vous en prie.(phrase de l'an dernier, mais on en rigole toujours autant ...)

     

    Manon (Ancien Français) :

    "C'était un homme ullistre(au lieu de illustre)

    "J'arrête le cours maintenant, parce qu'il faut que je m'en vais."

     

    Marion (Linguistique Française) :

    "C'est des choses qui arrivent."   (Elle s'est pas pointée le jour de l'examen le semestre dernier, elle ne répondait pas au téléphone, et EVIDEMMENT, elle avait le sujet. Sinon c'est pas drôle. On a poireauté pendant une heure dans la salle, avant d'avoir le droit de partir venir repasser l'examen une autre fois.)

     

     

    J'en ai encore en stock, je les ajouterai quand j'aurais retrouvé l'endroit où elles sont écrites ...

    Et puis, faudrait pas que vous vous étouffiez de rire en lisant ça.

     

    Parce que quand même, c'est des profs diplômés d'Etat et tout. Et c'est eux qui nous jugent pendant les examens.

    (Oui oui, c'est eux, c'est des profs. Marion a dit "C'est des choses qui arrivent", donc nous aussi on peut le dire, non ?)

     

    Forcément, après y'a des gens qui s'étonnent de ce que je puisse faire des grosses fautes quand je crée des groupes, ou quand j'écris.

    Mais c'est pas ma faute.

     

     

    Ca vient de plus haut ...

  • Le ridicule ne tue pas.

    Ou plutôt, le ridicule ne tue PLUS.

     

    Oh non, sinon j'suis douze mille fois morte. (au moins !)

     

    Tu vois, hier on avait partiel sur l'Histoire des Poétiques. (ouais, passque même si certaines personnes ont fini, ben d'autres continuent à plancher !)

    Will pourra témoigner, j'me suis vachement bien préparée. (private joke ?)

     

    Et puis tu vois, ça fait 4 ou 5 jours qu'il fait canicuuuuuule au Lux.

    Donc je laisse ma fenêtre ouverte toute la journée, et toute la nuit, comme ça j'suis bien.

    Et j'traîne en tongs toute la journée, surtout dehors.

     

    Donc hier matin, comme d'hab, il faisait beau, chaud, je pars en tongs/tee shirt/pantalon, direction la fac, à 400m de chez moi environ.

     

    3h30 de Poétiques.   (Bon en fait, on a été interrogés sur la règle des 3 unités du théâtre classique, et sur le mouvement de l'Art pour l'Art de Gautier. Ouais, ça a vachement de rapports avec Aristote et sa Poétique, faut pas croire.)

     

    Et puis j'entendais du bruit au loin, je savais pas si c'était de l'orage ou bien des gens qui faisaient des travaux ou je ne sais quoi.

     

     

     

    Et tout à coup ...

     

     

     

    Le ciel est devenu tout noir, il s'est mis à pleuvoir des grosses, grosses cordes, et plein d'éclairs, de coups de tonnerre.

    J'ai tout de suite regardé mes pieds, et j'ai dit :

     

    "Nan mais ça va pas aller, j'suis en tongs, j'peux pas rentrer chez moi ..."

     

    (bon, on était plus que 7 dans la salle d'examen, plus le prof.)

    5 minutes plus tard, il continuait à pleuvoir comme ça.

    Et j'ai repensé à ma fenêtre, grande ouverte.

     

    "Putain j'ai laissé ma fenêtre ouverte en partant ce matin ...
    Rigolez pas c'est pas drôle, y'a tous mes cours posés sous la fenêtre !"

     

    (ouais, on est relax en exam' nous, c'est cool la fac par chez moi, non ?)

    Et puis j'me suis dépêchée de finir, passque quand même, merde, même si je révise pas beaucoup, j'ai besoin de mes cours.

    Et j'ai attendu un peu pour rentrer, passqu'il pleuvait toujours autant.

     

    Et puis ça s'est calmé.

     

    Il pleuvait normalement.

     

     

    Donc j'suis partie, avec mes tongs et mon tshirt en coton.

     

    Est-il besoin de préciser que la flotte avait des fait de très grosses flaques sur le parvis de la fac ?

    Que ça faisait presque des petites rivières qui dévalaient la pente ?

     

    Et qu'en moins de 10 pas mes tongs étaient transformées en éponges ???

     

     

    Est-il besoin également de préciser que mon joli tshirt en coton a vite voulu me faire concourir au concours de Miss Tshirt Mouillé, campus Limpertsberg, édition Juin 2008 ?

    Et que évidemment, pendant que mon tshirt était transparent (vive les soutifs, moi j'vous l'dis ...) , ben j'suis passée devant 2 groupes d'ouvriers, alors que bordel quoi, j'ai que 400m à pied à faire.

     

    C'est une CONSPIRATION !

     

    Pas la peine de réclamer comme certains l'ont déjà fait, y'aura pas de photos(J'suis sympa hein, j'donne pas de noms, ni de liens.)

     

     

    Par contre, j'peux te filer une photo de mon classeur, qui est tombé hier alors que je papotais avec D.

    J'ai tout cassé mon classeur, et il est pas réparable apparemment.

     

    100_1469.jpg
    Clique et tu verras mieux.
    Et si un bricolo veut s'occuper de ça, ben j'veux bien.
    Ce serait vraiment sympa ...
    EDIT de 8h30 : Remercions tous ensemble cette saloperie de marteau piqueur qui officie sous ma fenêtre depuis ce matin.
    Fenêtre BIEN EVIDEMMENT ouverte.
    Connard.
  • Juste par plaisir.

    Urumi : et en Bretagne c'est quand qu'il s'arrête de pleuvoir ?
    Psylo : ben aujourd'hui, hier et demain
    Psylo : ya 3 jours et on est en plein dedans
    Psylo : c'est la fete en bretagne
    Psylo : t'imagine pas
    Psylo : on fait sortir les malades pour les guérir
    Psylo : par contre il faut faire tres attention pendant ces 3 jours de l'année
    Psylo : une maladie inconnue touche ceux qui reste trop longtemps au soleil
    Psylo : leur peaux deviennent rouge comme celle des démons, des cloques se forme
    Psylo : et ils crient des qu'on les touche
    Psylo : en regle générale, ils sont abattus assez rapidement et donner à manger au cochon qui font le bon patée Enaf
    Psylo : et puis une fois fini, on remet nos ciré jaune et on va tous à la péche

     

    Juste parce que ça m'a trop fait rire.

    Et que ça fait du bien de rire.

    5 fruits et légumes éclats de rire par jour, c'est bon pour la santé !

     

  • FNAC

    Bon, on arrête de parler musique ?

     

    On parle BD maintenant.

     

    Laurel, tu connais ? Y'a eu pas mal de "buzz" autour d'elle y'a quelques temps de ça déjà.

    Et puis moi, ben j'aime bien son blog, j'aime bien comment elle dessine, et puis voilà.

     

    Du coup, j'ai acheté les deux tomes de Carmilla, la BD qu'elle a illustrée.

     

    Et figure toi que hier après midi, à la FNAC de Metz, elle dédicaçait.

    A partir de 14h.

     

     

    Même que y'avait pas beaucoup de monde quand je suis arrivée, vive les dédicaces qui se font en début d'après midi pendant la semaine :D

     

    Et même que j'suis pas toujours une figue pourrite, parfois j'suis une figue gentille.

    Alors j'avais l'album d'un ami parisien à faire dédicacer, en plus du mien.

     

    Voilà ce que ça donne :

     

    100_1440.jpg
    Ma dédicace à moi ...
    J'lui ai demandé un étudiante débordée par les exams ...
    Plutôt d'actualité,et en plus, elle a tout bien regardé comment j'étais habillée,
    coiffée et accessoirisée pour dessiner la jeune fille ...
    Donc, toute ressemblance avec la personne qui tient ce blog
    n' est pas purement fortuite.

     

    laurel moi.JPG
    Détail...
    N'empêche, limite j'fais
    vachement intelligente là dessus,
    tu trouves pas ?
    Chignon, lunettes, chemisier ...
    J'suis comme ça IRL, mais ça fait pas le même résultat ...

     

    100_1441.jpg
    La dédicace du pote ...

     

     

    100_1444.jpg
    Détail. (Will, - 18)

     

    Et en plus, Laurel, ben elle est super jolie, et super gentille.

     

    100_1439.jpg
    Elle a bien voulu que je prenne en photo quand elle dessinait ...

     

     

    Même que j'suis très contente d'y être allée. Et que j'y retournerais la prochaine fois, pour faire dédicacer mon deuxième album. :)

     

     

     

    (Et j'ai ENFIN mon billet pour les Vieilles Charrues ... Ca va déchirer sa race !)

     

    100_1474.jpg
  • La musique adoucit les moeurs, IV

    (Bon, et puisqu'hier Will m'a cassé ma note d'aujourd'hui avec sa question, j'vais lui répondre en GRIS à côté des affirmations, rien que pour lui faire plaisir) (Au passage, si quelqu'un réussit à m'esspliquer comment qu'on fait une blog-roll sur hautetfort, ben il serait vraiment gentil, passque je galère un peu tu vois ...)

    Mais qu'ai-je donc appris te demandes-tu ? (Si si, demandes toi lecteur de mon coeur, lecteuse de mon coeuse)

     

    J'ai appris des trucs plus ou moins utiles, comme dans tout enseignement.

     

    J'ai appris à boire, passque nous à la musique, ben on a un apéro avant le concert, un open bar pendant l'entracte, et un vin d'honneur après le concert.   (Ca, j'aurais peut-être pu l'apprendre ailleurs, mais pas dans les mêmes circonstances, et donc pas avec le même plaisir.)

    J'ai appris à gérer mes relations avec les autres. A être discrète quand il le fallait, à provoquer quand il le fallait.   (Ca, pas sûre que j'eusse pu l'apprendre ailleurs (comment j'me la pète avec ma tournure grammaticale) Encore aujourd'hui c'est dur à gérer parfois, et c'était pas gagné d'avance que je réussisse à "gérer" ne serait-ce qu'un ptit peu. Trop enflammée comme fille.)

    J'ai appris la notion de "complémentarité", et de "solidarité". Passque si y'a un musico qu'est pas là, un morceau peut être injouable. Passque quand quelque chose se passe mal dans ta vie, ils sont tous derrière toi à te soutenir. Discrètement, mais ils sont là.  (Idem, solidarité je l'aurais apprise de toute façon, j'suis un peu trop altruiste en général. Mais la complémentarité, sorte de "dépendance" vis à vis d'un autre musicien, ça, je ne l'aurais pas apprise ailleurs. Passque altruiste mais vachement indépendante, j'ai horreur de dépendre de quelque chose ou de quelqu'un. "Je n'ai besoin de personne, la la la")

    J'ai appris le respect des personnes plus âgées que moi, appris à être amie avec une personne de 7 ans ou de 80 ans. Sans que cette personne de 80 ans soit ma grand mère.  (Est-ce qu'une ado de 15/16 ans peut apprendre à être amie avec une quinzaine de personnes âgées de 60 à 80 ans dans la vie quotidienne de notre société ? Est-ce que sans la musique j'aurais autant parlé avec des gens de cet âge là ?Amis sociologues et psychologues, bienvenue.)

    J'ai appris à ne pas croire en la fidélité, ni en l'amoûûûr pour toujoûûûrs. Rapport aux relations adultérines qui ont l'air d'être monnaie courante dans ce milieu. Si, si. J'ai vérifié.   (Ca, si j'avais pas bercé dans le milieu pervers de la musique, j'l'aurais pas appris. Pas tout de suite en tout cas, j'aurais gardé mes illusions de petite fille, et je me ferais avoir beaucoup plus qu'à l'heure actuelle ... Bonne chose ou pas, j'en sais rien, et j'me pose pas la question.)

    J'ai appris aussi qu'à force de volonté et de persévérance, on pouvait obtenir ce qu'on voulait. Peu importe ce qu'on veut, que ce soit choper le prof de trombone ou de percu' (non, je n'ai pas fait ça ...) ; monter en grade au sein de l'orchestre ; ou encore avoir cette sonorité tant attendue, et pour laquelle on a tellement bossé et martyrisé ces pauvres lèvres, cette pauvre mâchoire.  (Volonté et persévérance, peut-être que je l'aurais appris, ou peut-être pas, je ne sais pas exactement. D'un côté, j'me dis que toutes ces années musicales ont forgé mon caractère et ma personnalité, alors peut-être que ça aurait quand même été moins flagrant qu'aujourd'hui ? Pour la mâchoire et les lèvres, j'aurais pas pu apprendre ailleurs. Apprendre que si tu n'écoutes pas ton prof chéri adoré, qui te dit de pas exagérer sur une sorte d'exercices, trop fatiguante pour la mâchoire, ben tu te retrouves avec une mâchoire défaillante et qui craque (crrr) dès que t'ouvres la bouche, non non, j'aurais pas pu l'apprendre ailleurs. Sauf si je m'étais vachement beaucoup entraînée à ---  |-18|  ---.)

    J'ai appris à ne pas dormir, à cause des stages de musique. Ou plutôt, des soirées des stages de musique. (Pour la marmotte que je suis, les rares longues soirées entre amis étaient difficiles. Et puis enchaîner les jours de stage, avec 3h de sommeil derrière soi, ça s'apprend. Plutôt vite même ... Et maintenant, merci aux profs qui faisaient des "relais 1x 1bière", ou des relais "4x fromage blanc", grâce à eux, j'arrive plus à dormir le soir.)

    J'ai appris à jouer au tarot.   (Pendant les pauses des stages, après les repas des stages, pendant les "pré-soirées" des soirées de stage ... Donc non, sans la musique, j'aurais pas appris. Ca me paraissait tellement nul, le tarot ... Ben maintenant, ça me manque !)

    J'ai appris que parfois, tu peux avoir les lèvres gercées en plein été, et que le Labello est décidément le meilleur ami de nombre de musiciens.  (Idem que la mâchoire un peu plus haut ... J'ai une collection complète de Labello.)

    J'ai appris que les feuilles OCB ne servent pas uniquement pour rouler toutes sortes de cigarettes.
    Non, nous on les utilise pour moins souffrir du dedans de la bouche. On plie la feuille OCB, et on la colle sur nos dents. Ou alors, on la met sous les touches de la flûte, et on tapote la touche, comme ça la feuille OCB ben elle absorde l'humidité de la salive, qui empêche de jouer correctement.  (Je fume pas, je connaissais à peine les feuilles OCB, donc forcément, ça, j'aurais pas pu l'apprendre ailleurs qu'à la musique ...)

    J'ai appris à écouter la musique, le silence. A apprécier la valeur du silence en certaines circonstances.   (Ca, non, j'aurais pas pu l'apprendre ailleurs. Définitivement non.)

     

    Et surtout, j'ai découvert que la musique serait toujours ma bouée de sauvetage, qu'elle me remonterait toujours à la surface, en n'importe quelles circonstances, comme elle l'a déjà fait à plusieurs reprises.   (Ca, ça se passe de commentaires je crois, c'est évident que j'aurais pas pu apprendre ça ailleurs, et je pense pas que j'aurais pu trouver cette certitude ailleurs. Peut-être que j'me trompe hein ?)

     

    Qu'il suffit de se lancer dedans à fond pour oublier tout le reste, et ressentir cette putain d'impression d'aller bien.

    Comme si tout le reste autour de soi allait bien ...

     

    100_0632.jpg
    Je te présente ma flûte ...
    Depuis maintenant 5 ans,
    c'est ma mienne.
    A moi.
  • La musique adoucit les moeurs, III

    Quand tu fais de la musique, tu rencontres plein de gens.

     

    Alors forcément, comme tu dois parler à ces gens, et que tu vis des trucs forts avec eux, ces gens deviennent peu à peu des potes, puis des amis, puis de très bons amis.

     

    Tes profs deviennent des gens que tu vois tous les jours, à qui t'envoies des cartes postales, chez qui tu dors, chez qui tu passes des jours entiers, et tu vas même au restau avec eux et leur famille.

     

    Et puis forcément, à force de faire une vingtaine d'heures de musique hebdomadaires, comme je l'ai fait durant toute ma période lycée, le seul temps libre que t'as …

     

    Non, en fait t'as pas de temps libre.

     

    Ta semaine commence le lundi matin, à 5:30.

    Quand y'a pas de concert le samedi soir ni le dimanche, ben ta semaine se finit à 20:30 le samedi.

    Et donc, le dimanche, t'en profites pour … Dormir. Bosser. Glander. Parfois t'es même maso perfectionniste, tu joues tes gammes ou des traits d'orchestre qui sont chauds à sortir.

     

    Quand y'a concert le samedi soir, ta semaine se finit le dimanche, vers 4h du mat'.

    Quand y'a concert le dimanche, ta semaine se finit vers 19:00, le dimanche soir.

     

    Et puis des fois, t'as des repas avec tous les musiciens de l'harmonie, pour fêter la Sainte Cécile (patronne des musiciens) ou pour la nouvelle année.

    Dans ces cas là, ta semaine se finit euuuuuh … Vers 3 ou 4h, le lundi matin.

     

    Et à 6h30, t'es dans le bus, pour aller au lycée.

     

     

    Une WARRIOR j'te dis.

     

    Donc, avec tout ce temps que tu passes avec eux, ben y'en a qui deviennent tes amants amoureux, plus ou moins "officiellement", selon leur statut relationnel/marital, selon leur statut au sein de l'Ecole de musique.

     

     

     

    Parfois y'a des clashs, des amoureux qui deviennent des ennemis, des étrangers, auprès de qui tu ne peux même pas t'asseoir pendant une répét, tellement t'as peur de la réaction de ton corps en les sentant si près.

    Parfois, tu fais de très jolies rencontres, comme ce bassiste professionnel, qui est devenu un super pote au fil du temps. Qui me demandait de faire partie du jury d'examen de ses élèves. Même si je connais rien à la guitare ...  Chez qui je dois passer depuis 2 ans déjà, mais d'imprévus en imprévus, c'est toujours décalé.

    Parfois, tu te demandes ce que tu fous dans une répét, passque de toute façon, t'arrives pas à jouer ce morceau de merde. Tu te demandes pourquoi tu préfères passer ton temps libre dans des répét/cours/concerts en tout genre, plutôt que d'aller au ciné avec tes potes, de traîner entre filles, ou d'aller faire un baby avec les mecs.
    Mais tout ça, c'était ton choix.

    Et même si parfois tu doutes, quand tu lèves les yeux de ta partition, et que Nico te lance un regard confiant et fait tout pour t'aider à retrouver où t'en es dans le morceau ; quand tu finis un concert ; quand tu regardes les gens qui t'entourent, si différents mais tous réunis pour une seule chose, tous les doutes s'envolent.

     

     

    J'ai "sacrifié" une partie de mes années adolescentes, mais j'ai appris plein de choses que je n'aurais sans doute pas appris auprès des potes de mon âge.

  • La musique adoucit les moeurs, II

    Donc je te parlais hier de ma relation "je t'aime moi non plus" avec Ben.

     

    Un homme adorable, qui a l'âge de mon père à peu de choses près. Tellement enfant dans sa tête quand je l'ai connu ...

    On va pas se mentir hein, y'a eu pas mal de clashs entre lui et moi.

     

    Paraît que jamais une élève ne lui a tenu tête comme ça, et n'avait été aussi "insolente".

    Mais 'tention, insolente dans un sens "positif".

     

    Passque quand quelque chose ne me plaisait pas, je boudais et je criais. Et accessoirement, je ne bossais pas.

    Et quand j'arrivais en cours, et que Ben ne pouvait pas me prendre à cause d'un rdv ou autre, ben je partais pendant qu'il parlait, et je claquais la porte bien fort.

    A 12 ans(Oui, j'étais une chieuse. Certaines mauvaises langues te diront que ça n'a pas changé, mais c'est faux. Si si !)

    T'imagines un peu ce que ça peut donner maintenant à 20 ans ? Bon, je suis plus subtile maintenant, je fais l'insolente intelligemment, et je m'en sors haut la main à chaque fois. Et en plus, mes profs en redemandent et communiquent avec les élèves de ma promo via MON adresse mail. "Pauline, auriez vous l'obligence de dire à untel que son examen est repoussé ?" et autres conneries du genre....

    Bref, nous digressons nous digressons.

     

    Donc, je claquais la porte au nez de Ben. 10 minutes plus tard, il m'appelait pour s'excuser du rdv en question qui l'empêchait de me prendre (en cours hein ? pas me prendre tout court) et pour faire la paix, afin qu'on se revoie la semaine d'après dans notre monde des bisounours.

     

    Et malgré tout ça, figure toi qu il me faisait suffisamment confiance pour me demander de le remplacer parfois, quand il ne pouvait pas assurer certains de ses cours. Pas à 12 ans hein, mais à 16-17 ans.

    Et ça, j'en étais super fière.

     

     

    Et je suis fière d'avoir eu cet homme comme professeur, surtout quand je me souviens du jour où un nouveau prof de trombone est arrivé. Un peu abasourdi par mes manières de rustre (entrer dans n'importe quelle salle de cours sans frapper, mettre un peu de bordel et repartir) il a demandé à Benoît si j'étais toujours comme ça.

    Réponse : "ah oui, tu sais, c'est LE phénomène de l'Ecole de Musique ..."

    Ce prof de trombone a voulu me mater, une fois. quand j'suis entrée sans frapper dans sa salle, il m'a fait ressortir et demandé de frapper PUIS d'entrer.

     

     

    Une fois dans le couloir, j'suis retournée voir Benoit ...

    Et maintenant, suite à une sombre histoire de début d'adultère dans laquelle il est impliqué (et moi aussi), c'est moi qui a maté ce prof et qui le mène par le bout de la queue du nez.

  • La musique adoucit les moeurs, I

     

    Aujourd'hui, c'est la fête de la musique.

     

    Et si t'as bien tout compris, comme je t'en parlais ici et ici aussi,  ben j'suis musicienne.

    Alors pour fêter cette Fête de la Musique, ben j'vais te parler Musique pendant les jours à venir.

     

    Donc j'espère que t'aimeras …

     

    J'ai commencé la musique à l'âge de 8 ou 9 ans, je ne sais plus très bien.

    Et tu m'croiras si tu veux, mais j'ai pas de souvenirs avant mes débuts dans la musqiue. Par contre, mes premiers moments, que ce soit solfège, flûte, orchestre, harmonie, c'est gravé comme dans de la roche.

     

    Même qu'aux moments d'inscription, il restait plus qu'une seule place pour les cours de flûte, et que je l'ai piqué à une autre fille, grâce à mon culot.

    On était en compétition, tu comprends, et déjà à ce moment là, j'étais une WARRIOR.

     

    Elle, elle attendait le prof dans son bureau, comme tout élève de 10-11 ans le ferait (ouais, en plus elle était plus vieille que moi !).

     

     

    Moi, fidèle à mes (désormais) habitudes, j'y suis allée au culot, et à la chance, j'ai cherché le prof dans les couloirs, et quand j'l'ai trouvé, j'lui ai dit que je l'aimais que je voulais apprendre la flûte. Et donc, quand on est retournés dans son bureau (qui était aussi sa salle de classe, on a des petits moyens dans la musique …) ben il a dit à l'autre fille que j'avais eu la place restante passque j'étais beaucoup plus jolie qu'elle j'avais été plus rapide.

     

     

    Ainsi commença mon amitié houleuse, une sorte de "je t'aime moi non plus" avec Benoît, le seul et unique prof de flûte que j'ai eu.

     

    Ouais, passque j'ai tenté le Conservatoire quand j'suis arrivée au Lux', tu comprends, j'me voyais pas vivre sans la musique.

     

    Mais ma prof, j'l'ai pas aimé, même que quand j'revenais de cours, je pleurais.

     

    Comme une gamine, oui, tout à fait.

     

     

     

    Et j'assume.

     

     

    Donc, j'ai stoppé le Conservatoire au bout de 3 semaines, passque nan faut quand même pas abuser, je fais pas de la musique pour pleurer ou pour appréhender chaque heure de cours. Pour ça, j'ai déjà mon bagage personnel, et les cours de latin et de linguistique.

     


     

  • Et un, et deux, et trois ... Zéros.

    Ils ont recommencé ...

     

    La semaine dernière, je regardais tranquillement Arte, la chaîne des gens intelligents et curieux Titi et Grosminet, lorsqu'un "clac" ou un bruit de ce genre m'a sortie de ma léthargie phase "je suis une grande gamine".

     

    J'ai levé instinctivement les yeux vers l'endroit d'où était venu le bruit, et j'ai vu ...

     

    Un moineau qui est tombé de la baie vitrée vers la terrasse.

     

    J'te rassure tout d'suite hein, il s'est envolé avant que j'ai eu le temps d'ouvrir la baie pour lui porter les premiers secours. (Chuis une WARRIOR, souviens toi !)

     

     

    Mais vlà t-y pas (j'suis encore en Picardie, j'reprends les habitudes linguistiques de ma région ...) que le lendemain, rebelote.

    Un autre moineau s'est claqué sur l'autre baie vitrée (ouais ouais, en Picardie il fait graaaaaave beau, y'a trop du soleil, ça necéssite deux baies vitrées MINIMUM !!!).

     

    Mais là, je l'ai vu venir, passque j'étais pas obnubilée par les Schtroumpfs, ni par Titi, ni pas les Pokémon. Rien de tout ça.

    Alors j'ai vu l'oiseau qui volait, j'l'ai vu arriver vers la baie vitrée n°2, et j'me suis dit en moi même :

     "Nan, il va pas se claquer dedans, il a bien que y'avait u..."

     

    Les "u...", c'est passque j'ai pas eu l'temps de finir la fin de ma pensée supra intelligente.

     

    Passque j'ai sursauté. Faut pas sous-estimer la mesquinerie et l'intelligence des baies vitrées picardes.

     

    Passque ce con, ben il avait pas vu qu'y'avait u... apparemment, et il a fait "clac" en heurtant la baie.

     

    Assommé, pendant 1 ou 2 secondes, et il est reparti.

     

     

     

     

    Donc non, je ne reviendrai pas sur la défaite footbalistique française, tout est dit dans les tags.

    Le titre n'est pas là pour ça.

     

     

    Le titre est là pour dire que bientôt, ma baie vitrée va être plus forte que le reste du monde.

     

    Baie Vitrée Picarde    3  -  0    Oiseaux en tout genre

  • Je suis de retour

    Pour vous jouer un mauvais tour.   (Oui j'avoue, j'ai passé 5 jours entiers à regarder des dessins animés en tout genre, alors pardonne moi cette référence pokemonesque.)

    Enfin bref. Figure toi que je ne reste pas longtemps, je repars vendredi matin.

    Et lundi, j'ai fait un A/R Picardie - Luxembourg. Debout 4h, train à 5h30, retour à 18h. Et seulement 2h passé dans le pays luxembourgeois.

    Pas mal non ?

     

    (Bon, évidemment, après une nuit de 3:30, j'peux te dire que j'me suis rattrapée dans le train lundi, et dans quasiment toutes les positions humainement possibles. Le train est ma deuxième chambre.)

     

    Et donc aujourd'hui, j'ai repris le train. (Et je le reprends après demain, quand j'te dis que les gares maintenant, c'est ma deuxième maison !)

    Et figure toi que j'avais que 15 minutes pour changer de gare et attraper ma correspondance. Gare du Nord ==> Gare de l'Est, c'est pas la mort hein ?

     

     

    Mais quand ton train Corail il a 10 minutes de retard pendant le trajet, et que tu sais que les portes du TGV se ferment 2 minutes avant l'heure de départ effective, MÊME en ayant fait un bac L, tu calcules vite fait dans ta tête que ça te laisse très exactement 3 minutes pour traverser la Gare du Nord, courir vers la Gare de l'Est, composter ton billet et monter dans le TGV.

     

    Ouais.

    C'est vachement faisable ça, non ?

     

    Même sans être une atteinte chronique du stress, là, je savais que si je ratais mon TGV, je pouvais pas passer mon partiel de linguistique. (Pragmatique et linguistique de l'énonciation, tout un programme -tu m'en diras tant !-)

     

    Et donc, si pas de partiel passé, un partiel à repasser en février, PENDANT mon Erasmus.

    Ouais, le système universitaire luxembourgeois est pas terrible de ce côté là, si tu rates des exams en juin, tu les repasses en février. Mais en général, en février t'es en ERASMUS à Perpette les Oies. Bon là, accessoirement, Perpette les Oies se situe vers Paris.

     

    Mais c'est PAS UNE RAISON !

     

    Bon, malgré cette petite poussée de stress dès 6h du mat' (c'est inhumain), tout est bien qui finit bien, on a juste eu 2 minutes de retard.

     

     

     

    ...

     

     

    Tu te doutes bien que je te raconte pas tout ça uniquement pour rendre à la SNCF ce qui appartient à la SNCF, à savoir le rattrapage du retard du train Corail 2008 entre Abbeville et Paris hein ?

     

    Ben t'as bien raison.

     

     

    Passque mon TGV, il m'a vraiment joué un mauvais tour, LUI.

     

    Il s'en va de Paris, avec moi dedans. Jusque là, tu en conviendras, tout va bien.

     

    5 minutes après, il s'arrête.

     

     

     

     

    Et il bouge plus.

     

     

    Pendant 20 minutes.

     

     

    Il redémarre, et il s'arrête au bout de 5 minutes.

     

     

    Pendant 20 minutes encore.

     

    Problème de signalisation y paraît.

     

     

     

    Mais bon, même en ayant rattrapé 5 minutes sur tout notre retard, ben ça fait encore 35 minutes de retard. (Ah, le TGV rattrape moins de retard que le train Corail, à noter)

     

     

    Je passais mon oral à 12:20.

     

    Théoriquement, j'étais censée arriver à la gare à 10:45 (bon, admettons 10:50, passque mon TGV a toujours du retard à l'arrivée), et à 11:30 maxi j'avais eu le temps de passer chez moi, de récupérer une feuille que j'avais oublié de réviser, et d'aller à la fac, pour me renseigner auprès de mes petits camarades pour savoir comment ça s'était passé.

     

    Sauf que.

     

    Sauf que. (Oui oui, y'en a deux, c'est fait essprès)

     

    10:45 + 0:35 = 11:20

    On est d'accord ? (Dis moi si j'me trompe, j'ai eu que 7 en maths en bac L -j'assume-)

     

    Ben j'suis arrivée à la gare, il était 11:35.

    A la fac, il était 12:13.

    Du stress du stress ...

     

     

    Bon, évidemment, j'avais préviendue les autres, que y'avait retard du TGV tout ça.

    Et qu'est ce qu'ils ont dit les autres ?

     

     

    Tu devineras jamais ...

     

     

     

    Ils ont dit "Mais elle aime le risque, prendre le train de loin comme ça juste avant l'exam, faut pas avoir peur ..."

    Ben non, chuis une WARRIOR moi.

     

    Surtout que ces 6 heures de train m'ont permis de réviser le sujet à fond.

    Limite j'étais tentée de reprendre le train ce soir, pour réviser l'exam de demain matin.

     

    Passque là, j'suis devant le PC, avec ma connexion toute magnifique rutilante et rapide.

    Alors je traîne.

     

     

    Comme d'hab.

  • Le rangement

    Déjà, faut que tu saches que sur la Fesse du Bouc, je fais partie de ce groupe. (et encore, il assez soft ç'ui là, y'en avait des pires, mais j'suis pas dedans.)

     

    Ca t'expose déjà le sujet du jour.

     

    Je suis bordélique J'ai un système de rangement particulier.

     

    Au fil des notes, tu as pu découvrir que je perdais mon portefeuille dans les rues de Paris, que j'oubliais les clefs de mon appart' luxembourgeois sur la table de la maison de mes parents, en Picardie, et puis là je peux te dire que tous mes papiers et mes cartes sont (au minimum) un double ou un duplicata.

    J'ai un duplicata de mon permis de conduire, que j'ai égaré au bout d'un an.

    J'ai eu 3 cartes étudiant(e) pour le semestre d'hiver.

    J'suis à ma deuxième CB dans chaque pays (à cause des codes que j'oublie).

    J'ai plein de livres en double.

    J'ai 3 cartes d'identité (oui, parce qu'en plus, au bout de 5 mois, je les retrouve !!!), bref je te passe tout l'énumération, t'as compris qu'est-ce que j'voulais dire.

     

    Et tu vois, chez moi, c'est généralement un tantinet pas rangé.

    Déjà, parce que j'aime pas ranger, ça fait perdre du temps, et je sais jamais où mettre les objets/livres/cours qui traînent.

    Ensuite, parce que mon bordel est organisé, même si ça se voit pas. Et que quand je range, je ne retrouve plus rien.

     

    Je sais que mes cours sont par terre, à côté de la chaise. Si je les range sur une étagère, je vais passer 20 minutes devant l'étagère à chercher partout où sont ces puta*ns de cours (une fois que j'me suis souvenue qu'ils étaient sur l'étagère hein ?)

     

    Et puis en plus, je sais pas comment je fais, mais même quand je range, on dirait que c'est en bordel.

     

    La dernière fois que j'ai eu une chambre impeccable, c'était en Juillet dernier, quand on a emménagé dans la nouvelle maison de mes parents.

    Dans la pièce qui m'était réservée, on avait mis que le lit, les étagères, le bureau, et le dressing qu'il est encastré dans le mur. Ben donc, quand tout ça était vide, que les cartons étaient pas encore vidés, c'était suuuuuuper bien rangé.

    Mais moi, je sais pas faire comme ça.

     

    Alors ça fait le désespoir de ma maman, passqu'elle m'a dit que y'a que les garçons qui sont bordéliques, et que les filles elles, ben elles sont organisées.

    Même qu'elle dit que le foot, y'a que les garçons qui aiment, et que y'a que les garçons qui savent pas faire la cuisine ni la lessive. Et qu'ils traînent tout le temps en jean-baskets.

    Alors forcément, quand elle voit que moi je fais tout comme ça, ben elle en vient à se poser des questions : est ce que sa fille est une vraie fille ? Après tout, ptet que son instinct avait raison avant que j'naisse ...

    Oui, passque ma maman, quand elle était enceinte, elle était AB-SO-LU-MENT persuadée, sûre et certaine d'attendre un petit garçon, brun avec des yeux marrons, et des cheveux tout bouclés ... Même qu'il s'appelera Antoine.

     

    Et puis j'suis née.

     

    Mais d'où qu'il est Antoine ? Qui c'est qui m'a mis une petite fille blonde à la place ? Pfff en plus elle a des yeux bleus et des cheveux raides comme des baguettes, c'est pas mon fils ça !!! (Je vois tes "aaaaaaah" effarés, alors je te rassure lecteur, je ne suis plus blonde aujourd'hui. Mes cheveux sont devenus roux-pas-beaux vers les 2 ans. Trop kioul non ?)

    Donc, j'en étais à ma maman qui se pose des questions. Et puis après, elle voit ma petite soeur, et elle reporte ses instincts maternels et castrateurs (cf les-filles-sont-pas-bordéliques-et-savent-faire-la-cuisine) sur elle. Faut dire aussi, ma soeur, elle brune, avec les yeux marrons et la peau mate, et des cheveux bouclés.

    Forcément, ça se rapproche davantage du modèle "Antoine 1988" tant convoité. On est sur la bonne voie tu m'diras, le troisième enfant il correspondra parfaitement au modèle désiré. Ah bah oui mais non, c'est c*n, mes parents se sont arrêtés à 2 filles. On saura jamais si la troisième fois était la bonne ...

     

     

    Donc voilà, de digression en digression, on arrive à la fin de l'article.

    Où je vais dire encore une fois que j'suis bordélique, mais pas tant que ça.

     

    Passque finalement, pour moi, j'suis pas bordélique. J'suis juste organisée d'une façon originale.

     

     

     

    PS : normalement, on est Lundi, si la programmation marche bien. Je ne sais pas encore quand je rentre au Luxembourg, passque tu comprends, demain soir (=mardi) y'a France-Italie quand même. Et que même si j'suis pas un garçon, ben je veux regarder ce match. Dnc je vais voir. J'ai pas TF1 ni M6 au Lux, donc si je peux rester pour le match, je reste, et je rentre mercredi.

    Voilà, bon début de semaine !

  • la devinette du week end ...

    Aujourd'hui, comme c'est le ouique eeeeeend, ben on va jouer un ptit peu.

     

    'Tention hein, c'est la note pour TOUT LE WEEK END.

    Alors soit que tu reviens pas demain, passque y'aura rien de neuf, soit tu lis pas tout, et tu lis le reste demain. C'est toi qui choisis lecteur de mon coeur.

     

    Donc, le JEU :

    Je te donne des photos, et tu trouves le point commun, et le rapport avec moi.

    Dacodac ?

     

     

    C'est parti ....

     

    D'abord, y'a elle.

     

    jpg_p13283.jpg

     

    Et puis lui,

     

    thomas-dutronc-9054.jpg

     

    et eux

     

    morcheeba%2001.jpg

     

     

    et puis eux aussi

     

    kooks3vrai.jpg

     

    encore un "eux"

     

    118512384492.jpeg

     

     

    lui, (même que ça, c'est presqu'une vengeance personnelle, parce *Lui*, il adore ce mec et ce qu'il fait, et que j'suis bien contente de pas partager ça avec *Lui*, et TOOOOOOOC comment j'suis vilaine !)

     

    24_4.jpg

     

    eux, (Sonia, ils sont SUEDOIS !!!)

     

    hives2020042003px3kz1.jpg

     

     

    eux,

     

    wombats06.jpg

     

    et puis elle :

     

    asa_large.jpg

     

     

     Y'en a d'autres, mais je m'arrête là, passque je suppose que t'as autre chose à foutre de ton week end que de regarder tout ça ...

     

     

    Alors, t'as trouvé ?

     

     

    Une info supplémentaire ?

     

     

    Ca se passe en Bretagne ...

  • Probleme de connexion

    Décidément, la connexion en Picardie est vraiment merdique.


    J'arrive pas à voir mon blog, et donc j'arrive pas à répondre aux commentaires.


    Dont acte :

    Will, pour la photo, j'ai aps fait gaffe à la date. En fait, j'ai récupéré un truc que j'avais écrit l'an dernier, et comme la plupart ont déjà eu leur anniversaire, j'ai ajouté un an à chaque âge/date.
    Je vérifierai ça à l'occasion, si cette connexion de m*rde veut bien m'afficher mon blog un de ces jours.

    Quant au jugement sur les mecs, même si c'est un peu généralisateur,  une majorité de mecs agissent comme D., en "privilégiant" un mec à une fille.

    J'crois que D. a secrètement peur de vivre seul avec deux filles, et que la présence masculine de J. le rassure.

    Dans les "cris" qui ont été lancés, j'ai précisé que nous n'étions au courant de rien, et que l'autre ferait bien de s'intégrer et de s'investir un peu, parce que sinon, c'était pas la peine ...
    On verra ce que ça donne.

     

     

    Et puis pour finir, j'aime pas vivre cachée ;-)

    Et j'adooooooore changer ma présentation, même si c'est déroutant je pense, mais j'ai pas encore trouvé celle qui restera longtemps, et comme je suis nulle en informatique et tout ça, j'peux pas créer ma mienne à moi toute seule.

    Et puis le changement, c'est cool non ? ^^

     

    En espérant que cette note va s'afficher correctement ...

    A bientôt !

  • Le jour où D. et moi nous sommes pris la tête ...

    Déjà, faut que tu te souviennes de la trilogie du remix de l'Auberge Espagnole.

    Alors, pour les retardataires et les endormis du fond de la salle, je remets des liens.

    (EVIDEMMENT, ceux qui s'en souviennent ils vont pas aller se retaper tout, j'suis pas cruelle ni inhumaine quand même ! )

     

    Episode 1

    Episode 2

    Episode 3

     

    Bref, comme tu l'auras compris à mon titre qui dévoile toute l'intrigue, la note d'aujourd'hui concerne D., le protagoniste de l'épisode 3.

    D., c'était vraiment mon espoir dans cette future coloc vouée à l'échec et aux engueulades.
    Celui avec j'aurais pu déconner même quand les deux autres m'auraient pris la tête (ce qui risque d'arriver souvent), celui à qui j'aurais pu piquer des CD, et emmener en concert. Celui avec qui j'aurais pu picoler dans les rues de Paris sans se soucier des z'autres.

     

    Mais j'ai négligé une constante typiquement masculine, et je ne sais pas comment j'ai pu faire ça ...

     

    Et là, tu t'exclames dans ta tête (en supposant que y'a du monde à côté de toi donc tu peux pas t'exclamer à voix haute et avec l'expression étonnée qui va avec) :

     

    Mais qu'est-ce donc que cette constante ????

     

    Haha, tu avoueras que c'est quand même la question la plus intéressante du jour, non ?

     

    Ben figure toi que cette constante, c'est un truc que toutes les filles savent, mais vraiment TOUTES les filles le savent un jour ou l'autre. Et le vivent, accessoirement.

    A fortiori quand le mec en question n'est qu'un simple pote.

     

    Face à un autre mec, une fille ne fait pas le poids.

     

    Il ne faut jamais, mais vraiment JAMAIS oublier ce principe.

    C'est ainsi que notre protagoniste D., quand sa camarade Figue Pourrite a gentiment critiqué fait remarqué que le J. de l'Episode 2  de la Guerre des Etoiles ne s'intégrait pas au groupe, ni ne s'occupait de la recherche de logements et tout le reste, s'est énervé et a défendu son très cher ami J.

    (Scuze moi pour la phrase, mais c'est ma période d'exams, alors faut que j'garde en tête le fait que j'suis quand même étudiante en Lettres, bordel)

    Passque figure toi que nous, on sait même pas si l'ami J. il est accepté pour son Erasmus. Et qu'il a pas l'air intéressé par notre Auberge Parisienne  (ni par notre existence tu m'diras, et t'aurais bien raison de dire ça, je t'approuve totalement).

     

    Mais en disant ça, tu t'exposes au courroux de D.

     

    Passque J., c'est le poooooote de D.

    Même s'il prend D. carrément un peu pour un con, ils sont potes quand même.

    Même si D. a tendance à oublier que J. ne vient jamais en cours, et qu'on s'amuse drôlement bien quand J. n'est pas là, ben ils sont potes.

     

    Et donc, en plein exam' de Latin, mercredi après midi, D. s'est énervé contre moi, comme quoi que je savais très très ce qu'il en était de J., que je le savais depuis le début, et que j'avais aucune raison de chercher à me débarasser de J. comme ça.

     

    A noter, quand il parle de "me débarrasser de J. comme ça", c'est parce que j'ai eu l'audace de chercher des appart' avec 3 chambres au lieu de 4.

    Ben voui, si l'autre ne s'implique pas et ne nous tient pas au courant, c'est qu'il s'en fout et qu'il a autre chose en tête non ?

     

    Enfin bref.

    On s'est pris la tête, et c'est bien parce que l'exam commençait 20 minutes plus tard, et que toute notre promo était dans la salle, sinon je me serais énervée davantage.

     

     

    J'appréhende cette coloc' de plus en plus.
    J'crois qu'il va y en avoir des trucs à écrire, et rien que pour ça, j'ai hâte d'y être ...

  • Smala

     

    Aujourd'hui ami lecteur, y'a d'la photo.

    Voui voui, de la photo, mais attention, va falloir suivre. Passque c'est des photos de ma famille, et puis c'est compliqué comment que j'ai rédigé tout ça (mais c'est volontaire, j'veux voir qui est capable de suivre)

     

     LPIC0226.JPG 

    Elsa, Louis, Marie-Charlotte, Angèle, Thomas.
    Gwladys, Théo, Quentin,Clément, Léane, Rémy.

     

    (Là, c'état d'après l'ordre de la photo.
    Maintenant, je te la fais d'après les liens fraternels. T'as intérêt de t'accrocher ...)

    Cousins, cousines. Frères et soeurs.

    Elsa et Angèle.
    Thomas, Marie-Charlotte et Louis.
    Théo.
    Rémy.
    Clément et Léane.
    Quentin et Gwladys.

     

    (On reprend l'ordre de la photo, comme ça tu peux mettre un visage sur chacun. De gauche à droite, et de haut en bas.)

    Elsa, 17 ans, en Tle. Soeur d'Angèle. Garçon manqué, folle de sport. La première fois que je la vis en jupe fut à l'occasion de cette photo. Toujours fourrée avec Rémy et Thomas, ils jouent au foot ensemble. Percussioniste à l'école de musique. Veut être prof d'EPS.

    Louis, 14 ans, classe de 3ème. Frère de Thomas et de Marie-Charlotte. Plus jeune garçon de notre génération. Cherche toujours à imiter son frère et Rémy. Sous entendu, fait les mêmes conneries qu'eux, espérant que cela les rapproche. Inutilement, puisqu'il se fait toujours choper et engueuler, et que les garçons continuent à ne pas vouloir de lui dans leurs pattes.

    Marie-Charlotte, 16 ans, en 2de. Soeur de Louis et de Thomas. Se transforme en femme petit à petit. S'intéresse à la mode, aux mecs, avec cette particularité de s'intéresser aux mauvais. Point commun avec sa grande cousine ? Peut-être. Mauvais caractère, elle répond tout le temps et à tout le monde. Elle se veut femme, mature et intéressante, alors qu'elle n'est encore qu'une enfant, et qu'elle ne le sait pas.

    Angèle, 14 ans, classe de 3ème. Soeur d'Elsa. Très proche de ses parents, adore les enfants et veut être puéricultrice. Toujours autour des plus petits de la famille (et de la photo, logiquement). Très douce, jamais un mot plus haut que l'autre. Brune aux yeux bleus et à la peau blanche. La seule de tous les cousins-cousines à part moi à avoir la peau blanche et les yeux bleus.

    Thomas, 17 ans, en Tle européenne. Frère de Marie-Charlotte et de Louis. Voyage aux USA prévu dans le cadre de sa scolarité. Doué en sciences. Doué presqu'en tout, à vrai dire. Fou de sport. Humour particulier, parfois à côté de la plaque. Devient adulte petit à petit, disons qu'il est sur la bonne voie.

    Gwladys, 4 ans. En maternelle. Soeur de Quentin, nièce de Rémy. Petite choupinette futée, qui ne se laisse pas faire face à son frère. Qui m'a offert un bonbon au citron pour mon anniversaire, et a fondu en larmes quand j'ai emmené son frère à la Galerie de l'Evolution, parce que elle aussi elle voulait "voir les dinosaures".

    Théo, 7 ans, CE1. Grand bavard, trimballé partout par ses parents, s'adapte à n'importe quel environnement, connaît beaucoup de monde mais a un problème avec l'autorité de personnes autres que ses parents.

    Quentin, 7 ans, CE1. Frère de Gwladys, neveu de Rémy. Mon filleul. Un petit bonhomme plein de vie et de ressources. Intelligent, observateur, et adorable. Autoritaire sur les bords, jaloux parfois, ne se laisse pas marcher sur les pieds. Aime embêter sa petite soeur, mais la protège constamment. Contrairement à elle, il m'adore, et est capable de se jeter dans mes bras en pleurant pour que je ne parte pas. Un ange vous dis-je ...

    Clément, 8 ans, CE2. Frère de Léane. Mélange de Picarde et de Breton. Petit bonhomme tout aussi adorable que Quentin, plein de vie et très intelligent. Futur saxophoniste, en attendant que les dents poussent il fait de la percussion. Footballeur également. C'est celui qui m'aide à faire le déjeuner quand je vais les garder, qui me fait des dessins avec plein de coeurs quand je vais manger chez eux, et qui est tout triste quand je m'en vais. Sauf quand je lui promets de revenir demain pour jouer avec lui. A moi le foot, les puzzles et les devoirs !

    Léane, 5 ans. En maternelle. Soeur de Clément. Même mélange que son frère. Fausse timide. Ne parle pas pendant 15 minutes, puis on ne peut plus l'arrêter. Choupinette adorable, pleine de malice. Est folle de joie quand je viens dormir chez eux pour faire la baby sitter le lendemain, parce que ça signifie double ration de dessins animés. Elle adore les scoubidous.

    Rémy, 18 ans, bac pro vente. Oncle de Quentin et de Gwladys. Fou de foot en général, mais du RC Lens en particulier. Et de rugby aussi. Toujours fourré avec Elsa et Thomas. Diabétique qui n'en fait qu'à sa tête et provoque ses parents avec son diabète. Les fait tourner en bourrique et les pousse à bout. C'est encore un enfant dans sa tête ... C'est dommage, parce qu'il peut être très intelligent et intéressant parfois.

     

     

    Tout ce petit monde réuni pour la communion d'Angèle, il y a 3 ans.

    Une fois n'est pas coutume, on a réussi à prendre une photo de tout le monde. Mis à part ma soeur et moi, évidemment. Il manque également Isabelle et Manuel, qui sont plus âgés.

    Alors oui, là on a une photo floue, mais magnifique à mes yeux. Parce qu'aucun d'eux n'est figé dans la vie, ils bougent toujours, partout, avec tout le monde. Une photo nette les aurait "enfermés" dans le cliché, mais là, ils sont eux mêmes, flous à force de changer, de bouger, de vivre.

     

    Les Absents :

    Isabelle, 33 ans. Maman de Clément et Léane, mariée à un Breton adorable. Institutrice, actuellement en maternelle. Auparavant, en école primaire. Je l'admire et l'envie, la remercie et l'aime profondément. Même si elle ne le sait pas.

     

    DSC00506.JPG

    Isa, avec le papa d'Elsa et Angèle

     

    Manuel, 28 ans. Papa de Quentin et Gwladys, marié à une Picarde un peu spéciale parfois, mais extrêmement gentille et motivante. Cuisinier-pâtissier, gère actuellemnt une boulangerie pâtisserie. Adore U2, vit loin de moi, me protège, voire même me surprotège, mais je sais que tout être masculin que je ferais entrer dans la famille, même pour un court laps de temps, devra avoir son "accord". Ainsi que celui du mari d'Isa.

     

    1525001354_small.jpg

     Manu chéri 

     

     

     

    N.B : Ces gens ne sont pas à vendre. Par contre, par ici, y'en a qui le sont (à vendre)

     

    N.B 2 : Demain, j'te raconterai le clash qu'il y a eu avec D., mon ami portugais, le seul avec qui la coloc s'annonce (s'annonçait ???) toute tranquille et reposante.
    Les mecs d'abord, c'est que des cons ils ont trop une psychologie bizarre. Enfin, on verra ça demain.

    Ou pas ...

  • Mi j' brais.

    (Arbée Sonia, eul'vlo ch't'accint qu'tu réclamoais ... Pis que pour ti in pluche !)

     

    J'ai la peau du visage très douce. Encore plus douce que le reste de ma peau.

     

    Faut dire aussi, comme indiqué dans le titre de cette fabuleuse note, je pleure beaucoup,  souvent, de temps en temps.

    Alors ça fait que les larmes adoucissent la peau.

     

    Tu vois, moi je pleure en regardant Le Seigneur des Anneaux, en regardant Camping, en regardant Sex and the City.

    Je pleure devant les Trois Frères, je pleure en lisant les poèmes de Victor Hugo, je pleure en assistant à un concert de musique classique.

    Je pleure en écoutant certaines chansons de rock ou de grunge, je pleure en regardant certains tableaux dans les musées.

     

    Et ça m'est déjà arrivé de pleurer lorsque j'étais assise pendant plusieurs heures devant les lieux que tu vois dans l'album, là, sur le côté ========>

     

     

    Bah en même temps, j'suis une fille quoi.

    Les filles, c'est bien connu, ça pleure tout l'temps. C'est tout émotionnable tout plein.

     

    Sauf que moi, j'suis bien élevée j'ai un très sale caractère (le côté picard qui ressort en extrême), et j'ai une réputation à tenir (bah oui, tu crois quoi ?)

     

     

    Alors je pleure pas en vrai.

    Personne il sait que je pleure.

     

    Les gens pensent que je ne sais pas qu'est ce que ça veut dire "pleurer".

    Et pis j'ai pas envie de leur dire que je sais ce que ça veut dire, et que je sais le faire.

     

    Mais du coup, j'ai la peau douce dont rêvent beaucoup de mes amies.

     

    "Comment tu faiiis ???????"

    "Je pleure sais pas, c'est naturel, j'y peux rien."

    (sur un ton à la fois hautain et moqueur)

     

     

    Bon (qu'elle dit, bien qu'elle fait pis qu'elle s'met à braire -- Sonia, tu te rappelles de cette phrase ??? -- ).

    Je disais donc : bon, si jamais je commence à pleurer devant Bob l'Eponge, ou devant les Looney Tunes (merde, c'est déjà arrivé ça ...) Totally Spies, promis, je le dirais pas.

     

    Histoire que t'aies pas trop honte de moi.

     

     

    Bon, et comme j'suis gentille, et que j'aime tout plein Sonia, j'lui remets un tchiot peu d'picard, passqu'elle aime bien ça (si si ...)

    Un ptit dicton pour la route ? Dicton de ce mois ci en plus.

     

    "Quante chès agaches i foait leu nids au bout d'chès branques, l'été i sra coeud."

     

    (Qui a dit qu'on avait besoin d'Evelyne Dhéliat pour prévoir le temps qu'il va faire, alors euq'chès dictons picards i son leu hein ?)

     

     

    EDIT : Cet article était paru hier en début de matinée, mais finalement, y'avait l'anniversaire du TGV à fêter, donc je l'ai décalé.

     

  • 1 an

    La première fois que je suis venue au Luxembourg, c'était il y a un peu plus de 2 ans.
    J'étais encore en Terminale, c'était un jeudi. Bac blanc, j'ai séché, j'ai pris le train toute seule comme une grande (bon, avec l'accord de Maman-Papa hein ?) et après 8h de train en tout genre, je suis arrivée en gare de Luxembourg.

     

    En train Corail.

    Paris - Luxembourg en train Corail.

    Mais cette infamie  torture  expérience ne pourra plus se renouveler. Mais pourquoi donc ???

     

     

    Passque aujourd'hui 10 Juin, c'est le n'anniversaireuh du TGV Est !

     

    1 an qu'il a été lancé, tu te rends compte ?

     

    Comme tu me lis régulièrement, tu sais bien que je l'emprunte vachement souvent tout plein sur la ligne Paris - Luxembourg.

    Même que je l'empruntais AVANT qu'il soit inauguré.

     

    Comment ça que c'est possible me diras-tu ?
    (vas y, dis le, tu vas voir, c'est une phrase trop jolie tout plein !)

    C'est possible passque avant le lancement, et après les trains Corail, le TGV roulait déjà entre Paris et Luxembourg, mais à la vitesse d'un TER ou d'un train Corail normal.

    Vouais.

     

    Ca veut dire que pour relier Paris, j'avais quasiment 4h de train.

    Aujourd'hui, j'en ai 2.
    2h09 très exactement.

     

    Et tu vois, le TGV Est pour moi, c'est plein de souvenirs.

     

    C'est celui qui me ramène vers la Picardie, que ce soit chez mes parents ou chez d'autres membres de ma famille.

    Celui qui m'emmène vers Rouen, là où mes potes vivent et étudient.

     

    Le TGV Est, c'est surtout celui qui m'a emmené très très très souvent sur Paris.

    Pour me permettre de passer toutes mes journées, tous mes weeks ends avec Romain.

    Pour passer du temps avec Tom, à se perdre dans les rues de tout l'Est et le Sud de Paris.

    Pour me perdre dans les musées, avec Solène, Fab', Florence, Tom (pas tous en même temps, sinon c'est le bordel).

    Pour passer des weeks ends avec Florence.

    Pour rencontrer Laurianne, Yves, Jess, Sonia et tant d'autres.

    Pour glander aux Tuileries, à Montmartre, aux Halles et dans les rues de Paris.

    Pour traîner à la FNAC et au Starbucks près de Saint Lazare.

    Pour aller au Millefeuilles organisé par Sonia. (hypra important !)

    Pour assister à des conférences en Sorbonne.

     

     

    Mais le TGV Est, c'est aussi celui qui me raccompagne jusqu'au Luxembourg, vers la construction de mon futur : la fac.

    Celui qui m'emporte vers mes nouveaux amis, portugais, luxembourgeois, italiens, belges, allemands, algériens, bulgares.

    Celui qui a vu couler mes larmes, après la rupture d'avec Romain, après Tom.

    Après les soirées familiales pleines d'émotions.

    Après les semaines passées à rattraper le temps perdu avec mes potes, les vrais, ceux qui me manquent terriblement et à qui je manque tout autant (paraît-il).

    Après mon échec à l'examen de flûte au Conservatoire l'an dernier.

    Après les journées entre potes sur Paris, malgré l'extrême fatigue, et les nerfs qui craquent à la pensée de la journée passée.

    Celui qui a vu mon sourire nostalgique après ces mêmes journées.

    Après les vacances campagnardes en Picardie.

    Celui qui a vu mes cernes, mes gueules de bois, ma fatigue après de longs jours passés à Rouen, à ne rien faire d'autre que la fête.

    Celui qui garde secrets mes rêves, mes espoirs, mes doutes et mes craintes. Qui écoute mes nombreux questionnements, sans jamais y répondre.

     

    Le TGV Est, en général, peu importe son trajet, c'est celui qui me voit dormir, travailler, rêvasser, écouter mon iPod, lire des tas de journaux et de livres. Celui qui me voit me cogner à sa foutue manette de dessous de siège à chaque trajet.
    Même que je sais toujours pas comment je fais pour me cogner à cet endroit là ...

     

    J'adore prendre le train. Même si pendant certaines périodes, il me sort par les trous de nez je ne le supporte plus (à cause de la fréquence et de la fatigue qui s'accumule).

    Parce que j'adore regarder le paysage par la fenêtre en pensant à plein de choses.

     

     

     

    Et que rien que pour ça, j'aimerais que le train Corail du début refasse la liaison Paris-Luxembourg de temps en temps.

     

    Passque dans le TGV Est, tu vois rien du paysage, ça va trop vite.

    Et pis passque dans les trains Corail, y'avait moins de monde que dans le TGV Est. Et que c'était plus silencieux, et ça ressemblait presque à une aventure, surtout quand je rentrais en Picardie ("et t'as combien d'heures de train pour rentrer ?"  "8h à peu près, en comptant l'attente entre les correspondances. Parce que j'ai que des trains Corail, rien d'autre.")

     

     

     

    Très Bon Anniversaire TGV Est de mon coeur !

  • Les trucs à supprimer ...

    Y'a des trucs que je supporte pas.

    Et que j'aimerais bien qu'on les supprime. Juste pour mon bien-être.

     

    Ouais, j'suis comme ça moi.

     

    Mais bon, ptet que c'est des trucs que vous détestez aussi hein, donc ce serait cool si c'était le cas, mon seul bien-être ne serait pas uniquement en jeu, puisque le vôtre le serait aussi !

     

         * Le bruit des talons sur le trottoir. De la dame qui marche derrière vous, qui se rapproche, de plus en plus, et qui va t'enlever te dépasser.
    C'est un bruit que je ne supporte pas, les "clac clac clac clac" que même mon iPod il réussit pas à camoufler.
    Ces "clac clac" répétés me stressent, et le stress dès 8h du mat', c'est tout bonnement inhumain.

         * Toujours ces foutumes manettes dans le TGV.  (Ouiiiiii, je me cogne encore et toujours dedans ... Sal*perie !)

         * Les mouches.
    J'aime pas les mouches. Y'en a qui aiment pas les araignées, d'autres qui aiment pas la couleur rouge, moi c'est les mouches.

         * Lorie, Priscilla & co. Cindy Sander y compris.
    Nan mais faut pas abuser les gens, y'a de la musique, de la vraie musique qui existe, du vrai bonheur pour les oreilles. Les papillons de lumière, Lorie qui va vite (avec Garou ?), et tout l'reste, ça va bien 5 minutes quoi ...

         *Les partiels.
    Parce que j'suis autant avancée dans mes révisions qu'il y a 4 mois, lors de la rentrée du semestre d'été. (T'en conclus ce que tu veux hein, mais j'ai pas pour habitude de réviser 4 mois en avance ... Et apparemment 4 jours en avance non plus.)

         * Les gens ternes. Faut mettre un peu de couleur, de folie et de magie dans vot' vie !
    Prenez de la drogue de la cortisone la vie du côté "tout est nouveau et si éphémère !". Regardez TV fünf, ça aide (tiens mamzelle Spinster, j'ai pensé à toi, j'ai regardé "Sous le soleil" sur cette magnifique chaîne francophone ...)

         * Les pannes d'encre des stylos.

         * La pluie quand on est en tongs dehors.

         * Le ciel gris au début du mois de juin.

     

     

    Mais surtout, faudrait arrêter de donner des yeux si bleus, si clairs, si beaux, si envoûtants à des mecs comme T., passque j'sais pas combien de temps j'vais résister ...

    Nan mais c'est vrai quoi.

     

     

    Manquerait plus qu'en plus j'aie du retard dans ma lessive par dessus toutes ces considérations hautement importantes, et là, j'pourrais directement aller me recoucher sous ma couette.

     

     

     

     

     

     Bah tiens, puisqu'on en parle ...

    J'vais me recoucher.