Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'Auberge Espagnole, le remix 3

    T'as compris, après C. et J., il ne manque plus que ...

     

    D.

     

    D. est un chouette gars, un mix des deux zoziaux dont j't'ai parlé précédemment, mais seulement au niveau des origines.

    D. est portugais, mais est né et a toujours vécu au Luxembourg.

    D. va avoir 26 ans en septembre.

    D. est cool, comme je te l'ai dit dans la note d'hier.

     

    Il est cool parce qu'il a l'alcool joyeux. Ok, c'est pas forcément un bon critère, mais tout d'même.

    Il écoute le même genre de musique que moi, a le même humour pourri ("- T'as vu le match de l'Equipe de France hier ? - Ouais, t'as vu qui jouait ? Y'avait Thuram   - Nan je rame pas moi, et toi ?").

    Il a la même passion que moi, à savoir dénicher des ptits groupes pas connus (genre Tokio Hotel) avant moi, pour me passer leurs CDs.

    Il va à plein de festivals, et de concerts. Même que C. lui a déjà dit, y'a deux fois "Tu m'emmèneras avec toi aux concerts à Paris ?" (véridique).

     

    A noter tout d'même, que D. a eu la formidable idée de me péter mes crayons lors du dernier jour de cours. Ouais. Il a trop de bonnes idées.

    D., il est pas prise de tête.

    Sauf pendant les périodes d'exams. D'ailleurs, ça va recommencer, au secours !

    Pendant les périodes d'exams, il est capable de m'appeler 5 fois en une après midi.

    OK, c'est pas grand chose dit comme ça.

     

    Mais en considérant que pour lui, l'après midi commence à 14h et se finit vers 19h (ce qui nous laisse 5h devant nous ...) et que ses appels durent entre 15 et 40 minutes à chaque fois (!), tu peux comprendre mon exaspération ras le bol désespoir au bout de quelques jours à ce régime.

    Tu comprends aussi pourquoi, après chaque période d'exams, je reste pendant une semaine sans allumer mon portable.

     

     

    Avec D., je me fais pas de soucis.

    On a déjà fait nos plans dans nos têtes. Lui, il s'occupera de gérer J.

    Parce qu'ils sont des mecs tous les deux, parce que D. ne s'est pas disputé avec J. plusieurs fois, et que J. lui adresse toujours la parole (c'est pas mon cas.). Et aussi parce que D. se sent capable de gérer les peurs / angoisses / crises de J. Pas moi.

     

    Par contre, moi je me sens capable de gérer les crises / pleurs / cris / angoisses / méprises de C. Parce qu'on est des filles toutes les deux, parce que je suis plus patiente et tolérante avec elle qu'avec J. Et que D. n'arrive pas du tout à la gérer. (Il a plutôt envie de la claquer contre un mur quand elle commence ses chouinements, mais chuuuut ...)

     

     

    Moi j'dis, avec tout ça, la coloc, ça va être cool.

    Vivement qu'on trouve cette maison. Qu'on puisse commencer à se réjouir.

     

     

    Le but du jeu maintenant, c'est comme pour la Star Ac'. Faut que tu devines QUI sera toujours vivant après 6 mois de coloc' dans ces conditions.

    D. ?

    J. ?

    C. ?

    Moi, la formidable et merveilleuse moi ?

     

     

     

    (Oses me dire qu'après cet aperçu, t'as pas un peu hâte de voir l'apparition de cette catégorie "la figue et ses colocs" et le récit de la vie avec eux ? )

  • L'Auberge Espagnole, le remix 2

    Après le récit sur C., voici celui sur J.

    Comme je te l'ai annoncé hier en exclu, il vaut également le détour.

     

    J. est portugais, et va avoir 23 ans dans 2 mois.

    Quand je dis portugais, ça veut dire qu'il est né et a grandi au Portugal. Il a débarqué au Luxembourg il y a 4 ou 5 ans je crois.

    Et un portugais, vrai de vrai, tu sais ce que ça veut dire.

     

     

    Non ?

     

    Pas de soucis, je peux t'expliquer, j'ai vécu tout ce qui va suivre pendant quelques mois ...

    J, on va dire le portugais moyen, macho, interdit à la fille moyenne (en l'occurence, moi) de sortir seule.

    "Attends, tu vas pas rentrer de la fac à chez toi à pied ? T'es folle, j'te ramène en voiture, allez viens !"

    ==> précision, avant que tu n'oses dire que c'est super gentil de sa part : la dite fac était située à à peine 500m de chez moi ...

     

    Idem quand il s'agissait de rentrer de chez une pote. La distance était aussi courte longue, donc Monsieur me raccompagnait.

    Figure toi que je n'avais le droit d'aller nulle part à pied, et en train c'était limite aussi. Il était prêt à traverser la moitié de la France pour que je passe une soirée avec mes potes de lycée. Si si.

    Il est aussi super envahisseur. Tout comme C. tu m'diras.

    Le genre à t'appeler continuellement, surtout si tu ne réponds pas. A t'appeler avant de partir de chez lui, quand il est devant chez toi, quand il est rentré. Et à t'envoyer des SMS sur la route, sinon c'est pas drôle.

     

    J. est un gros buveur, et un gros fumeur (même de trucs pas autorisés). Bref, J. est un fêtard.

    Et j'suis un peu fêtarde aussi, faut l'avouer. Donc, J., c'est celui avec qui j'ai pris de sacrées cuites fait de sacrées soirées, à savoir, gueule de bois très grosse fatigue pendant 2 jours. Avec J., on fai(sai)t des soirées plutôt rigolotes parfois, on s'embrasse et on s'engueule. On picole joue à la playstation à deux, j'me retrouve avec un suçon dans le cou le lendemain, mais c'est pas lui.

    Non non, j'me suis cognée dans une poignée de porte, c'est çaaaa !

    Enfin ...

     Tout ça, c'était AVANT.

     

    Parce que maintenant, on se boude. Bon maintenant on se boude plus ou moins, mais les derniers mois ont été très ... froids.

    Passque figure que moi, tout gentille que je suis, paraît que je suis mesquine. Voui madâme. Voui môssieur. Tu savais pas hein, que j'étais une vilaine figue mesquine ?

     

    Mais je ne m'en fais pas, parce que J. considère que tout le monde est hypocrite, que personne ne mérite sa confiance (que j'ai tout de même eu pendant quelques mois, soit dit au passage !), et que tout le monde il est beau con.

    J., il vient en cours 1 fois par semaine. Et encore, c'est une moyenne.

    J., dans ses mauvais jours, il regarde personne, il parle à personne, il connaît personne.
    Dans ses bons jours, il te dit bonjour et te demande comment tu vas.

     

    Mais J. est un homme qui fait la cuisine, ce qui risque d'être utile, vu que C., comme nous l'avons vu hier, n'a pas l'intention de cuisiner, et que D., dont nous parlerons demain, ne me semble pas être un grand cuistot.
    Quant à moi, n'en parlons pas. J'ai pas envie de tuer mes futurs colocs tout d'même.

    Y'a des limites à ma haine envers eux la connerie. 

     

     

     

    (oui je généralise sur le portugais macho, c'est mâââââââl, mais ami portugais ne m'en veux pas, demain je te fais le portrait d'un autre portugais, super génial, à savoir D. !)

  • L'Auberge Espagnole, le remix

    Donc, comme je te disais hier, nous allons faire un remake de l'Auberge Espagnole, quand nous trouverons une maison en région parisienne avec 4 chambres et pas trop loin des transports en commun (message subliminal).

     

    Et comme je te l'ai également dit, ça va être du gâteau cette histoire ...

     

    Je te présente les protagonistes, histoire que tu puisses imaginer ce que ça va pouvoir donner ...

    On est 4. 2 garçons et 2 filles.

    Oui, je sais, ça fait pas mal de possibilités, mais étant donné qu'à ce jour nous sommes tous quatre hétéros, ça limite ...

     

    Y'a C., D. et J.


    Et moi bien sûr.

     

     

    C., c'est la deuxième fille. (moi je suis la première, juste au cas où certains n'auraient pas tout compris ...).

    C. a 21 ans, n'a jamais quitté ses parents et est angoissée de le faire. En même temps, elle a hâte.

    Mais elle a clairement dit que sans maman qui fait la cuisine, elle ne bouffera rien.

    Ou si, des pizzas et des trucs à emporter/se faire livrer. Et elle ne compte pas laver son linge.

    Elle veut prendre 3 énormes valises de fringues, histoire de pouvoir tenir avec des fringues propres jusqu'au moment où il faudra qu'elle rentre chez elle. Donc, elle se baladera dans le TGV avec ses valises de linge sale, ou alors elle va rester 6 mois sans laver un seul vêtement.

     

    Je sais pas trop.

    Ah, et C., c'est le genre de filles qui te demandent sans cesse de l'emmener avec toi quand tu sors, quand tu vas à un concert.

    Une fille à qui il faut tenir la main, parce que la pauvre est traumatisée par sa rupture d'il y a un an, et elle ne peut rien faire toute seule.
    C'est limite si tu lui appartiens pas. Si t'es pas sa mère de remplacement.

    Et donc, elle réagit en enfant. Si je chante une chanson avec D., C. cherche tout de suite quelle chanson c'est, veut que je la lui envoies, et va ensuite la chanter pendant des semaines et des semaines.

    Idem avec les jeux de mots ou les blagues que je fais avec D. toujours. C. les répète pendant longtemps après, alors que ça n'entre pas dans le contexte.

    Déjà ça, c'est super chiant. Mais le pire, c'est que si tu réagis pas, elle t'en veut.

    Si je vais avec D. plutôt qu'avec elle, elle m'en veut.

     

    Un jour, j'avais en pseudo aime-esse-haine la phrase :

    "T'es vraiment qu'une patate pourrite ... Même pas la peine que tu m'appelles !"

    LA dite phrase s'adressait à un n'ami de moi, que je surnomme "patate". Et comme ça faisait un bout de temps qu'on essayait de se voir, sans succès (emplois du temps divergents), j'arrêtais pas de l'appeler. Et il répondait pas. D'où le pseudo ...

     

    Devines quoi ?

     

     

     

     

    Et OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!!

     

    C. a cru que je parlais d'elle. Que je lui faisais la tête. Que je lui en voulais. Et elle était toute malheureuse.

    Elle était toute malheureuse aussi quand au tout début de l'aventure, je lui ai dit qu'il était hors de question que j'habite avec eux trois, mais qu'ils pouvaient habiter ensemble s'ils le voulaient.

    "Oui mais toi, les garçons te parlent différemment qu'à moi, ils t'ont mieux acceptée."

     

     

     

     

     

    Allez s'il te plaît lecteur, lectrice, sois cool.

    Sors un mouchoir, et verse une larme pour C.

     

    (Ouais, aujourd'hui j'fais ma vilaine avec C., j'essaie d'imiter la demoizelle qui officie ici ...)

     

     

     

     

    Demain, si t'es sage, je te parlerais de J.

    Il vaut le détour lui aussi, si si j't'assure.

  • Susceptibles les Italiens ?

    Cet après midi, pour me consoler de quelques heures de fainéantise bossage intense à la BNL, je suis allée faire les magasins avec une amie de classe. Et après, nous sommes allées manger une glace, dans une "Gelateria" italienne.

    Jusque là, tu en conviendras, tout va pour le mieux. Même si la chaleur de la ville est étouffante, on survit.

    Et on bouffe des glaces.

     

    Le gentil monsieur, ou plutôt le jeune homme, nous amène la carte, s'en va, et revient à peine 2 minutes après.

    Ma pote a déja eu le temps de choisir ce qu'elle voulait, moi je n'avais pas encore ouvert la carte (une carte pour deux, précisons le. Non pas que ce soit grave, mais ça explique pourquoi j'ai mis tant de temps.).

    J'ai alors demandé gentiment au serveur s'il pouvait repasser un peu après, le temps que je choisisse.

     

     

    Ben apparemment, j'aurais pas dû.

     

    Parce qu'il a été vesqué tout plein.

    Il est parti, et après, pour MA commande, c'est une dame qui est venue la prendre.. Lui, il a apporté la commande de ma pote, et moi, c'est la dame qui est venue prendre ma commande qui me l'a apportée.

     

    Même qu'après, il me regardait méchamment et semblait m'en vouloir.

    Et que ma pote était morte de rire, et que moi j'étais mal à l'aise, parce que j'comprenais pas pourquoi il m'en voulait, j'lui ai juste demandé de revenir un peu après.

     

    C'est quand même pas la mort, si ?

     

     

    Après la glace, sur le chemin du retour, ma pote m'a dit qu'il était Italien, un vrai de vrai.

    Et que ça a dû l'emmerder de se faire rembarrer par une fille.

     

     

    Oui mais tout d'même, j'vais finir par fermer ma gueule. (Nan j'déconne, ça, ça va vraiment être dur ...)

     

    Bon et sinon ça n'a rien à voir, et on s'en fout un ptit peu, mais j'ai été acceptée à la Sorbonne pour mon semestre ERASMUS.

    Ce qui explique le ptit message du blog-it express. Passque du coup, comme on est 4 à être acceptés sur Paris, ben on veut faire un remake de l'Auberge Espagnole.

    Sauf que ça va s'appeler l'Auberge Parisienne. Passque Paris et Madrid, c'pô pareil.

    Et puis nous, on sera que 4. 1 luxembourgeoise, une française, un portugais, et un portugais-luxembourgeois.

     

    Et vu nos caractères, il va s'en passer de belles dans cette future auberge ...

     

     

    Faudra que j'crée une nouvelle catégorie tiens, "la figue et ses colocs", ou alors "la figue vit dans une auberge parisienne" ou bien ...

    Oh, on a encore un peu de temps pour y réfléchir.

     

    Mais crois moi lecteur, lectrice. Cette Auberge Parisienne, ça va pas être du gâteau tous les jours.

    Je t'expliquerai dans l'article de demain le pourquoi du comment.

     

     

    Tu vas bien rire, et tu me souhaiteras bien du courage après, de vouloir vivre avec ces zigotos là ...

  • Cadeau ...

    Aujourd'hui, parce que tu l'as bien mérité lecteur, lectrice, je te fais un petit cadeau.

    Je t'offre ... Un "truc" (je sais pas comment l'appeler autrement ...) écrit par une "amie" (ouais, disons plutôt une conn*sse qui croit qu'elle est mon amie ...).

     

    Vouala, si ça te fait pas rire, j'y peux rien. Même moi, à chaque fois que je le lis, je suis morte de rire ... Alors imagines !

     

    (Au passage, oui oui, c'est bien de moi dont ce "truc" parle, et le jeu, c'est de trouver ce qui est vrai, et ce qui est ironique. Parce que mon amie maîtrise très bien l'ironie, et que je kiffe à mort ce "truc".)

     

     

     

    AIDEZ-NOUS!!! SAUVONS LA PAULINE!!!!!!!!!!!!!!



     

    Nous nous devons d'attirer l'attention sur cet animal extraordinaire. Son avenir est menacé!

    La Pauline est une espèce en voie d'extinction, merci de participer avec nous, ENSEMBLE, à ce petit prospectus sur ses caractéristiques.

    La Pauline est un genre nouveau... un genre unique, que l'on a envie de chérir car la Pauline n'est jamais lunatique... Jamais agressive, la plus adorable espèce au monde.

    La Pauline est un animal débordant d'énergie! Vous ne parviendrez pas à suivre cette cadence infernale car la Pauline est sans arrêt en déplacement.

    La Pauline déteste internet, la modernité est pour La Pauline la destruction de l'humanité, vous ne trouverez jamais la Pauline sur MSN.

    La Pauline déborde d'humour, jamais elle ne vous en voudra de la taquiner!

    Il va de soi que la Pauline se nourrit essentiellement de bananes, la Pauline aime le pisang gambon en guise de boisson.

    La Pauline est incroyable, elle s'adapte à tous les milieux : les cimetières, les musées de dinosaures... La Pauline est principalement localisée au Luxembourg, cependant vous la trouverez au fin fond de la baie de Somme durant sa période migratoire!

    La Pauline ne se deplace qu'en train, elle aime la compagnie des hommes, surtout le Nicolas, elle adore l'avoir à ses cotés, l'humour du Nicolas la séduit...

    La Pauline est un animal naturellement propre et présentable, jamais elle n'oublie de brosser sa crinière cuivrée or durant 3 semaines!

    La Pauline est un animal qui attise les jalousies, oui, la Pauline a du répondant mais jamais, O grand jamais, vous ne la verrez prendre la parole en classe de latin pour étaler sa connaissance.

    La Pauline est travailleuse, un animal doué, doté d une grande intellingence!

    Mais LA Pauline n'est pas du genre à mordre, elle est d'un genre innoffensif...

    La Pauline aime se vendre, "qui veut une pièce d'occasion d'une valeur de 2€45?" ! eh oui, La Pauline donne cher de sa personne pour le bien de l'humanité!

    La Pauline n'a pas mauvais caractère, jamais elle ne vous dira de dégager, et jamais elle ne vous criera dessus un jour où elle est de mauvaise humeur, puisque, de toute façon, la Pauline n'est jamais de mauvaise humeur.

    La Pauline n'est pas vulgaire. Elle ne vous interpellera jamais de la sorte "Nan mais c'est bon, dégages tu m'fais chier là !" ou encore : "Vas te faire foutre, toute façon t'es qu'un connard/qu'une connasse"

    La Pauline n'est pas lunatique. Son humeur est toujours constante, et ne peut jamais vous surprendre.

    La Pauline ne crie jamais, et ne boude jamais. D'ailleurs, quand la Pauline ne parle pas (ça arrive parfois), ce n'est pas par bouderie, mais juste parce qu'elle n'a rien à dire.

    La Pauline est très émotive. Il est fréquent de la voir pleurer, rire, aimer et détester. Ses émotions sont écrites sur elle comme dans un livre.

    Il n'existe pas de lieux particuliers où rencontrer la Pauline. On l'a récemment aperçue à Paris, à Abbeville, ainsi qu'à Luxembourg-ville. Des rumeurs prétendent que l'on pourra bientôt l'observer loin de son milieu naturel, à Milan, Glasgow ou encore Stockholm.


     

    En espérant vous avoir effacé cette crainte de la Pauline que vous possédiez, nous vous remercions de ne pas la maltraiter si vous la croisez, de prendre soin d'elle, comme vous prendriez soin de tout autre animal en voie d'extinction.


     

    L'avenir de la Pauline est entre vos mains!


    ENSEMBLE, TOUT EST POSSIBLE!!!

    Prochaine campagne : le Panda d'Asie.

     

     

    (La mise en page est merdique, je vais voir un peu plus tard comment je pourrai modifier ça ...)

     

    Des bisous !

    Et si vous voulez, dans un prochain article, on fera le point sur ce qui est vrai et ce qui est ironique, ou alors vous préférez que je conserve l'aura de mystèèèèèère qui m'entoure ? Bref, la parole est à vous, profitez en !

     

     

    (PS : 00:05. Je voulais vous prévoir un petit jeu pour demain ou après demain, mais mon Motorola veut pas se connecter à mon PC, et comme la photo qui constitue le jeu se trouve dans le Motorola, j'suis emm*rdée. Toujours avoir son APN avec soi, toujours ...)

  • Pas croyable ...

    (Ou comment, d'entrée de jeu, mettre des tags trop cool mortels de la laïfe.

    Et même pas pour rameuter du lectorat, mais bien parce que ça concerne la note qui suit -nan nan, j'deviens pas totalement abrutie niveau télévision ...-)

     

    Jeudi en fin d'aprem, y'a une conférence à la fac, sur la façon dont nous regardons la télévision. Et c'est sérieux, c'est un prof de Paris III qui vient faire ça.

     

    Et tu sais que les profs m'aiment beaucoup : entre Frank qui me poursuit à la Bibliothèque et propose de me ramener chez moi, et Raymond qui communique avec tous les étudiants de la classe via mon adresse e-mail, je ne sais plus où donner de la tête.

     

    Si, comme moi, tu es d'origine "populaire" et que chez toi on parle du patois, et on se fie aux proverbes et aux dictons pour savoir le temps qu'il va faire, et tout le tralala, tu connais sûrement le fameux "Jamais deux sans trois."

     

     Frank : 1

    Raymond : 2

     

     

    Je te présente le numéro complémentaire, le 3, représenté par ... Marion.

    Prof de linguistique française de son état, qui m'a gentiment demandé si je pouvais aider son assistante à gérer la logistique de cette conférence sus-citée.

     

    Alors bon, moi je veux bien être gentille et tout ça, mais j'ai quand même un dossier de philo à faire, une dissert' sur L'Education Sentimentale à finir, sans parler d'autres dossiers tout aussi ennuyeux urgents.

    Mais y'a d'autres trucs à prendre en considération : c'est notre future directrice d'études (en remplacement de Raymond), son exam ce semestre est à l'oral, et je me suis déja plantée le semestre dernier chez elle, donc je dois repasser l'exam.

     

    Et puis, je sèche son cours la semaine prochaine pour suivre un colloque sur l'Art à Paris ...

     

    Donc je suis faible calculatrice serviable et gentille, et j'ai dit oui.

     

     

    C'était l'effet de surprise qui m'a fait accepter. Parce que du coup, au lieu de rédiger ma dissert' pendant ma journée de jeudi (théoriquement toujours libre), ben je vais assister à : "La promesse du genre télévisuel : comment regardons la télévision ?" et aussi assister l'assistante de ma prof au niveau logistique.

    Et je sais toujours pas à quoi ça correspond.

     

     

    Par contre, je sais que c'est bénévole. C'est sûr et certain.

     

    Mais si ça peut me faire "bien voir" par la prof, et qu'elle soit un peu plus indulgente aux exams, pourquoi pas. (Non non, je ne cherche pas à être injustement privilégiée par rapport aux autres, mais simplement par rappor à quelques mauvaises habitudes que j'ai dans le cours de cette prof, comme lui tenir tête à propos d'interprétations possibles d'un temps conjugué, ou de la subtilité de certains connecteurs, etc.)

     

    Grand sondage : quel est le prochain truc pas croyable qui va m'arriver ?

  • Vilaine figue ...

    Je suis une méchante.

    Une vilaine.

    J'ai promis des notes qui ne sont jamais arrivées, pour cause de feignasserie / emploi du temps de ministre / manque d'ADSL / partiels qui approchent.

    Fais ton choix là dedans, sachant que chaque proposition a influé (chacune à une échelle différente) sur ce résultat médiocre (aucune note en plus d'une semaine ...).

     

    Réjouis-toi ô lecteur, lectrice, puisque pendant cette semaine qui s'est écoulée, je ne me suis pas tournée les pouces, non non.

    J'me suis cassée les méninges à trouver quelque chose à te raconter.

    Et puis finalement, j'ai eu une ampoule qui s'est allumée au dessus de ma tête (comme dans les dessins animés -j'ai passé une semaine entière à me gaver de dessins animés tous les matins alors pardonne moi cette référence hautement culturelle) cet après midi, alors que j'étais confortablement installée dans mon TGV-Est en direction de Luxembourg (ça fait tellement longtemps que je le prend, c'est un peu comme si c'était le mien, tu comprends ?).

     

    Figure toi que j'ai été bien punie de ne pas t'avoir raconté tout plein de choses pendant mes vacances ...

    Tu seras d'accord pour affirmer qu'il m'arrive toujours des trucs presqu'invraisemblables ? Entre le portefeuille égaré en plein Paris, la séance de travail intensif à la Bibli Nationale avec la cathédrale qui sonne toutes les 15 minutes, et mes bleus quasi éternels sur différentes parties de mon corps, j'vais finir par être la femme qui a tout tenté et tout vécu avant sa mort. (à prendre au 250è degré, évidemment.)

    D'habitude, je fais mon sac 10 minutes avant de repartir, et je vérifie constamment si j'ai bien pris mon portefeuille, mes billets de train, mes clefs, mes GSM + chargeur, mes cours, etc. Mais là, j'ai préparé mon sac la veille, pour une fois, donc j'ai rien vérifié.

    J'aurais dû.

     

     

    Parce que quand je suis arrivée à la gare, après avoir acheté des billets pour le we prochain (Y'a Mille Feuilles party avec Sonia) j'ai eu un de ces sursauts où tu vois une pièce de chez toi, avec les objets qui y sont, etc.

     

    Hé ben moi, j'ai vu la cuisine de ma môman et mon pôpa.

    Avec le buffet, sur lequel j'pose le courrier le matin, et les clefs de voiture de pôpa.

     

    Sur lequel j'ai posé mes clefs de maison 4 jours auparavant.

    Et qui s'y trouvent toujours ...

     

     

    Enfin voilà, j'ai failli me retrouver à la porte de chez moi, un dimanche soir, dans un pays étranger et hostile. (ouh la menteuse !)

    Fort heureusement, y'a un agent de sécurité qui doit rester en faction 24/24. Bon, ils sont 3 à se relayer, mais le résultat est le même : y'avait quelqu'un pour m'ouvrir la porte ...

    On m'a gentiment fourni un double des clefs ce midi, et j'attends que ma môman trop géniale m'envoie mes clefs par la Poste.

     

    Avec le bol que j'ai, ils seraient bien capables de pommer mes clefs dans leur système d'envoi international, tu crois pas ?

     

     

    (P.S : Suite à une très récente découverte, qui date d'il y a une bonne demie heure, je précise également que sur mon trousseau de clefs, qui est resté donc à 500 km environ de ma serrure, se trouve également les clefs qui ouvrent mon placard de sous sol, avec ma lessive, mon assouplissant, etc. Et EVIDEMMENT, loi de Murphy [ptit con va !] oblige, j'ai renversé du ketchup bien tachant sur mon tee shirt blanc ... La galère pour frotter dans le lavabo, et enfin réussir à gratter un peu de lessive à une amie voisine [c'est une chose dont j'ai horreur, demander qqc à qqn ...])

     Et j'ai pas précisé à ma maman que les petites clefs étaient à joindre au colis pré-cité.

    Donc, pas de lessive avant deux ou trois jours. Demain, je vais etre obligée de me lever à 7h pour aller en acheter, au cas où une autre merde me tombe sur le coin du tee-shirt ...

     

     

    Enfin voilà, en ce moment dans ma laïfe, c'est que du bonheur.

  • Le ciel est bleu ...

    Oui, le ciel est bleu. Totalement bleu.

    Quasiment comme ma jambe.

    Oui, comme tu l'as lu (ou pas) sur le blog-it express, j'suis pleine de bleus. Genre, avec ma peau de rouquine qui habite dans un pays froid où il a neigé encore y'a un mois (comprendre : peau d'aspirine), je commence à sortir mes gambettes parce qu'il fait super beau, super chaud, et j'me rends compte que j'ai plein de trucs bleus, verts et violets sur les dites gambettes.

    Bon, l'énooooorme machin gonflé et violet sur le mollet droit, je sais d'où il vient.

    Comme tu le sais, je suis une grande voyageuse. Enfin, une grande utilisatrice du TGV-Est, puisque c'est lui qui m'emmène sur Paris, qui me ramène chez moi, qui me relie au monde et me fait me sentir vivante. Hé bien, à chaque fois, mais vraiment à chaque fois que je le prends, j'me cogne.

    Et toujours au même endroit hein, faut pas changer une équipe qui gagne.

    Et puis ce serait pas aussi ridicule si j'me cognais à différents endroits du train, comment je ferais moi pour m'y retrouver ??

    Sous le siège, il y a une sorte de manette pour avancer ou reculer ton siège.

     

    C'est cette sal*perie que je me prends tout le temps dans la jambe. Et quand c'est pas elle, j'me prends l'accoudoir en m'asseyant.

    Ouais.

     

     

    Me demande pas comment j'fais, tout c'que j'sais, c'est que j'y arrive.

    J'suis trop forte hein ?

    Et puisque le ridicule ne tue pas, je vais te donner une info en or massif qui brille tout plein : ce put*in de TGV, je l'utilise depuis 20 mois. Et je fais en moyenne 3 allers retours par mois (c'est variable), alors imagine le nombre de bleus que j'ai eu depuis ce temps là ...

     

     

    Et puis y'a les autres aussi.

    Ceux que je sais pas de comment ils sont arrivés là. (dans cette sublime phrase se révèle mon statut d'étudiante de lettres, tu trouves pas ?)

    J'ai des bleus, mais aucun souvenir de m'être cognée, battue, tombée, pincée, frappée, etc.

     

    Tiens, j'suis de bonne humeur aujourd'hui (na, c'pas vrai, je dois passer toute ma journée à la bibli pour bosser et ignorer les 30° de dehors, alors imagines l'état du moral ...), je te donne une photo.

     

    1353823747.jpg

     

    Alors bon, là tu vois bien que la photo, c'est mon bras, et qu'elle date de septembre dernier.

    Mais est-ce que tu vois aussi le bleu là, vers le milieu du bras ?

    Tu veux son histoire ? J'te jure, c'est à mourir de rire. Mais juste rire hein, pas se moquer ?

    Les escaliers de la fac, sur mon ancien campus, ils sont en marbre. Et j'ai fait ma fille, j'ai mis des ballerines et un joli pantalon pour aller voir un prof, au 3eme étage.

    Sauf qu'en redescendant, avec les ballerines, j'ai glissé.

     

    Et j'suis tombée.

    J'te raconte pas le mal que j'ai eu les jours d'après.

     

    Tu t'es déja cogné le derrière dans des escaliers en marbre ? Moi j'ai testé. Et je déconseille vivement.

    Parce que non seulement tu te tapes une put*in de douleur au coccyx pendant plusieurs jours/semaines à chaque fois que tu t'asseois ou que tu fais des mouvements brusques, mais en plus, EN PLUS, comme tu cherches à te rattraper pour ne pas te vautrer royal (bah quoi c'est vrai, y'a des profs qui traînent ici, et puis quelques elèves parfois ... Le ridicule ne tue pas, OK, mais faut pas pousser ...) ben tu te cognes l'avant bras dans l'escalier.

    Oui oui.

     

    Et ça donne un bleu.

    Pendant presque 3 semaines (j'te juuuuuuure !!!).

     

  • Blabla (presque) inutile

    Vendredi, comme je l'avais annoncé dans une note programmée, j'ai passé la journée à Paris. Avec un pote de moi, pour fêter mon anniversaire rien que lui et moi (et quelques bières). On a traversé Paris en scooter, avec l'intention de partir à Sceaux.

    Bref, je te passe les détails, mais à peine 40 minutes après mon arrivée, j'ai perdu mon portefeuille sur la route. Avec billets de trains, CBs, papiers d'identité, argent, et tout le toutim. Ouais, y'a vraiment qu'à MOI que ça arrive. Et, tiens toi bien, je te rappelle que nous sommes en PLEIN PARIS, que le portefeuille n'était pas sur la route, et qu'au bout de 30 minutes de recherche acharnée, nous sommes allés faire une déclaration de perte au commissariat le plus proche. Je te rappelle aussi que j'ai fait faire un duplicata de mon permis de conduire y'a un mois, parce que je l'avais perdu.

    Tu t'imagines bien la scène dans ta tête ?

    J'ai 20 ans, et tous mes papiers sont au moins des doubles, voire des triples, même ma carte bancaire ...

     

    Et ben, même à Paris, alors que mon pote était complètement désespéré par cette perte, j'suis resée stoïque, zen, détendue, blagueuse.
    J'avais plus de billets pour le soir ? Pas grave, j'étais passée au guichet le matin, ils allaient se souvenir de moi. (J'suis une fille utopique.) J'avais pas d'argent sur moi ? Et alors ? Pas de pièce d'identité ? de toute façon, je les ai rarement avec moi. Mais ... Ca veut dire que je suis plus personne ? Si le pote disparaît et me laisse, personne ne me connaît, n'a de preuve de mon existence. J'ai même pas le numéro de téléphone de mes parents dans mes portables. Ouaaaaaaah si j'meurs à Paris avec mon pote, personne le saura, puisque lui non plus n'avait pas ses papiers d'identité, et n'avait pas son portable.

    T'imagines ???????

    enfin bon, tout ce délire n'a duré qu'une heure, maximum.

    Parce qu'au commissariat, quand je remplissais la déclaration de perte, y'a une madame qui est venue ramener mon portefeuille, qu'elle avait vu tomber et qu'elle avait ramassé. Mais comme elle était en plein déménagement, elle a pas attendu de voir si on revenait pour le chercher, elle a continué son déménagement et est allée au commissariat après.

    Et même que mes 78€ étaient encore dans mon portefeuille, tout comme mes CBs, mes billets de trains, et tout le reste.

    Ouais ouais, même si on était à Paris et que mon pote était tout pessimiste "Tu le retrouveras jamais, et puis si tu le retrouves, t'auras plus rien dedans ... Et toi tu prends ça comme ça, t'es toute calme, tu t'en fous, mais comment tu fais ? Même moi j'suis trop stressé pour toi ..." 

    Et après tout ça, on a tellement glandé dans le parc de Sceaux qu'on a failli arriver en retard à la gare pour mon train de retour. Encore une demie heure de stress et de panique, pour savoir si j'allais pouvoir prendre mon train, et être rentrée pour ma fête, celle que j'avais organisée avec mes potes de classe pour mon anniversaire ... (oui, pour l'instant j'ai fêté mon anniversaire QUATRE FOIS, et rien ne dit que c'est fini ...)

    Finalement, j'suis arrivée juste à temps (ça s'est joué à quelques minutes près ...), j'étais là pour ma propre fête, pour la préparer, pour la vivre, et j'me suis couchée à 5h.

     

    ***** 

     

    Hier samedi, j'me suis dit que je devenais bigrement vieille.

    Je me suis dit ça quand j'ai entendu une de mes amies de classe dire "Oui je le veux" à son (désormais) cher et tendre, à l'église.

    Jusqu'à présent, je ne suis allée qu'à des mariages dans ma famille de moi. Ou des musiciens que je connais, et où on jouait des trucs pour rendre tout ça super joli, et ça fait une sorte de "geste" pour notre pote musico, qu'est vachement ému aux larmes tout ça et puis nous aussi, parce que bigre alors, c'est un des nôtres qui se marie.

    Mais là, c'est une jeune fille que JE connais, qui est dans ma classe. Une amie. 25 ans tous les deux, ensemble depuis 2 ou 3 ans, un petit mélange luxembourgeois-japonaise. Avec la famille japonaise qui a fait le déplacement, avec des tenues hallucinantes alors que moi j'étais perchée sur mes talons tant bien que mal, tout en récupérant de ma gueule de bois la fatigue dûe à la soirée de la veille. Déja qu'à jeun que reposée j'ai du mal à tenir dessus, j'te laisse imaginer le résultat ...

    Enfin bref, beaucoup d'émotion quand je l'ai vue marcher vers l'autel au bras de son papa, tandis que son chéri suivait au bras de sa maman.
    Du traditionnel, certes, mais vachement émouvant tout plein.

    Même que du coup, comme la famille de la mariée ne parlait ni français ni luxembourgeois, et que la famille du marié ne parlait pas japonais, la cérémonie a été faite en français ET en japonais.

    Les voeux ont été échangés dans les deux langues, pass que les tourteraux eux ils causent les deux langues.

    Et puis donc, quand je l'ai entendu jurer fidélité et amour éternel devant le prêtre, je me suis rappelé cette phrase que Davide m'avait dite, le jour de mes 20 ans : "Ca y est, t'entres enfin dans la vraie vie, bienvenue dans le monde !!!"

    Et oui, je te promets que j'y ai pensé, et que je me suis dit qu'il avait bien raison.

    J'ai 20 ans, et certaines de mes amies se marient. Et je suis invitée à leur mariage, pas pour faire de la musique ou parce que je fais partie de la famille, non, juste par amitié.

    Ca, c'est nouveau. Et déstabilisant.

     

    J'deviens vieille.

    Adulte, responsable, indépendante.

     

     *****

     

    Sinon, il fait super beau aujourd'hui.

    Comme hier et avant-hier.

    Tu crois quoi, que c'est le printemps (que dis-je, l'été !) qui arrive, ou alors c'est juste une accalmie, et dans quelques jours il faudra ressortir l'écharpe, les gants, les après skis et les pneus neige ?

     (C'est un sondage, oui oui, t'es OBLIGE(E) de répondre, sinon j't'aime plus.)

    Et j'suis sérieuse, attention hein ...

  • Ces choses qui n'arrivent qu'à moi, systématiquement ...

    Y'a de ces trucs parfois, quand on te les raconte, t'as l'impression que ce sont des "fake" (ouais, la figue se met au langage geek international quoique je suis pas sûre que ce soit uniquement employé par les geeks).

    Alors tu vois, mercredi après midi, après les cours fantastiques dispensés à la fac, je suis allée me réfugier à la Bibliothèque Nationale.

    Histoire de faire ma "streber" (quand j'vous dis qu'on fait dans l'international ici ! si si, le luxemborgeois est une langue !!!) et accessoirement, mais vraiment accessoirement hein, de progresser sur ma dissert' de merde.
    J'te passe les détails (j'suis sympa non ? QUI a dit non ?????) mais toujours est-il que j'ai trouvé des trucs intéressants dans une encyclopédie.

    Me voilà donc partie faire des photocopies à l'accueil de la BN.

     

    Devine un peu QUI est arrivé pendant ce temps là et m'a tenu le crachoir pendant 10 bonnes minutes ???

     

    Allez ...

     

    Frank !!!

    Te souviens-tu de Frank ?
    Je t'en parlais déja ici.

    Bon ok, c'était très succinct. Un jour, je te ferais tout un article sur Frank, et tu comprendras pourquoi il compte autant pour moi.

    Mais Frank m'a parlé, encore et encore, alors que je l'avais eu en cours ce matin là ... Je ne me plains pas, il m'a tendu quelques perches pour ma dissert' ... J'le kiffe (L)

     

     

    Et puis jeudi, 1er mai, férié. Normal tu m'diras.

    J'suis allée chez une amie qui habite à 10 minutes à pied de chez moi. J'avais une enveloppe avec une carte de félicitations à lui remettre : une de nos camarades de classe se marie ce samedi, et donc il faut qu'elle fasse signer la carte par toute la classe. Bref, je digresse (mais pas tant que ça, tu vas voir ...)

    Il faisait super beau en début d'aprèm, après la pluie de ce jeudi matin. Le soleil me faisait de l'oeil, j'ai carrément hésité à y aller en tongs (10 minutes à pied, c'est rien du tout ...).

    Va savoir pourquoi je me suis ravisée avant de franchir ma porte ... Une intuition ptet ?

    A mi parcours, j'me suis pris une de ces saucées ...

    J'ai bien cru que mon brushing la carte n'y survivrait pas ... (j'te rassure, même si je sortais de la douche, j'avais pas fait de brushing, comme d'habitude, donc mes cheveux avaient la même allure brouillonne et sauvage que les autres jours ...)

     

    Rassure toi, elle y a survécu, et même très bien.

    Vive moi !

     

     

    (P.S : Au moment où cette note apparaîtra, je serai sur Paris, pour glander et me promener, alors prie pour moi, pour que le soleil soit au rendez-vous ... MERCI !!!)