Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Octave

Dans le pays tout petit petit qui m'accueille pendant la durée de mes études, c'est la fête de l'Octave.

 

Watt ? (C'est comme ça qu'ils disent ici, au lieu de "Gnééé ?" ou "Quoi ???" ou encore "Hein ??????")

 

La fête de l'Octave mamzelle, madâme, môssieur.

"Dernière semaine d'avril et première semaine de mai : "Octave" et "Märtchen"
La tradition de l'"Octave à Notre Dame de Luxembourg", en l'honneur de la Vierge Marie, mère de Jésus et patronne du Luxembourg, est d'origine religieuse. La vénération à Notre-Dame de Luxembourg remonte au XVIIème siècle. Le duché de Luxembourg et le comté de Chiny élisaient, en 1666, la Consolatrice des Affligés comme patronne protectrice du pays.La première octave eut lieu en 1639, lorsque l'on transportait la statue de la Sainte Vierge de la chapelle du Glacis
 vers l'église jésuite (aujourd'hui la cathédrale Nôtre-Dame) pour la vénérer pendant huit jours.
Jadis, les habitants des villages pratiquaient un pèlerinage vers Luxembourg-Ville et communiaient à jeun. Après la messe, ils traversaient la rue pour le "Märtchen" ("petit marché") à la Place Guillaume et ses stands de nourriture.
Aujourd'hui, le "Märtchen" a quelque peu perdu sa vocation originale, mais continue à offrir des stands de nourriture (notamment le traditionnel poisson frit ou "gebakene Fesch"), de boissons, de musique et d'animation. L'Octave attire chaque année plus de cent mille pélerins. En 1921, l'Octave a été étenude à 15 jours.
Le fait que les émigrés luxembourgeois aux Etats-Unis célèbrent toujours l'Octave montre l'importance que les Luxembourgeois attachent à cette tradition.
" (source : http://www.gouvernement.lu/tout_savoir/tourisme/fetes_tradition.html )

Bon, alors si t'as pas voulu, c'est une fête religieuse, en l'honneur de la Vierge Marie. Ca suffit pour comprendre à peu près le contexte.
Donc, sur la place Knuedler, y'a un "märtchen". Un marché quoi. Enfin, un marché, c'est beaucoup dire.

Y'a plein de stands qui vendent de la bouffe, en tout genre. Pâtes, pizzas, burritos, thüringen, etc.

Y'a plein de stands qui vendent de la boisson. De la bière, du vin, etc.

Y'a plein de stands qui vendent de tout et n'importe quoi. A savoir (liste non exhaustive) : chapelets, livres pour enfants, sacs indiens, vêtements d'enfants, bougies, etc.

Y'a plein de touristes. Enormément. De tout le pays, d'Allemagne, etc. Et donc, y'a un défilé de bus assez incroyable, quasiment tous les jours.

 

Et aujourd'hui, ma poêle à frire m'a proposé qu'on se rejoigne au Märtchen en fin d'aprem. (Bon, ma poêle à frire est une fausse poêle à frire, c'est ma pote Flo. L'histoire de ce surnom est très trèèès longue, elle fera peut être l'objet d'une prochaine note ... Qui sait ?).

En attendant la fin de l'aprem, comme j'avais pas mal de boulot à faire, j'suis allée squatter à la Bibliothèque Nationale (abrégée en BNL).

 

Et là ... Ce fut le drame.

 

Bah oui, t'imagines bien que si je te raconte tout ça, c'est qu'il y a une raison, c'est pas uniquement pour te renseigner sur les curiosités touristiques du pays qui a bien voulu m'accueillir pour la durée de mes études (quoique, j'attends toujours ma régularisation, et le bout de papier qui prouve que je suis en règle ...).

Figure toi qu'une dissert' sur une citation de George Sand, c'est pas vraiment simple comme bonjour, et que ça nécessite tout un attirail pour réussir à bosser dessus : une table pour soi tout seul, afin de poser et d'étaler les 17 livres dont on a besoin (véridique !), des feuilles, des stylos, de l'ananas pour tenir le coup (j'adooooore l'ananas !) et du silence.

La BNL semblait donc l'endroit idéal.

Mais déja, tu te doutes de ce qui a foiré, à cause de ce joli verbe "semblait".

Hé oui, pendant la période de l'Octave, les cloches de la cathédrale sonnent toutes les demi-heures environ. Pendant 5 à 10 minutes à chaque fois. En tout cas, c'est ce qu'il m'a semblé.

 

Parce que figure toi que ces cons, ils ont mis la BNL dans des bâtiments anciennement jésuites, qui se trouvent ...

 

 

 

 

 

 Oh allez, un peu de suspense quoi ...

 

 

 

 

 

 

Juste à côté de la cathédrale.

Même qu'il y a un mur commun entre eux deux.

 

 

T'imagines comment j'étais trop concentrée sur Sand, et tu te doutes de comment j'ai trop avancé sur ma dissert' : j'ai rien foutu, à part mon plan, en l'espace de 4h, je m'épatate moi même.

 

Vivement la fin de l'Octave.

Les commentaires sont fermés.